Affichage des articles dont le libellé est été. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est été. Afficher tous les articles

mercredi 24 février 2021

Pita à l'ail

Aaaah, le Coup de Foudre... Aaaah, Pitaman, Rue des Wallons... L'année ou j'ai koté au GCL mes cokotteurs du CI avaient imaginé un système pour faire descendre un petit seau avec des euros* directement chez Pitaman, et le remonter avec des pitas, c'était très astucieux. J'ai dit imaginé, pas réalisé. 

Bref, les pitas, c'est super. Une fois n'est pas coutume, voici une recette estudiantine riche en crudités. Attention, choisissez des légumes pas trop riches en eau sinon la pita fuit (nous avons toutes et tous vécu un jour cette tragédie); donc, on oublie les tomates et on préfère le chou et les carottes rapées. 

Pour les blocs de tofu, utilisez du tofu lactofermenté (si vous voulez le faire fermenter vous-même c'est très facile, avec de l'ume su ou juste de l'eau salée - voir cette recette de salade grecque.)


Pour deux pitas

  • Deux petits pains pita
  • 100 g de tofu lactofermenté ou de tofeta coupée en petits cubes
  • Une carotte rapée
  • Une petite poignée de chou rapé (chou blanc ou chou rave)
  • Une petite boîte de grains de maïs
  • Quelques tranches de pomme
  • Quelques feuilles de laitue
  • Quelques càs de veganaise additionnée de plein d'ail en poudre
  • Quelques petites feuilles de menthe

Préparation

  1. Préparer une salade en mélangeant les carottes rapées, le chou rapé, les cubes de tofu, le maïs, les tranches de pommes et la véganaise à l'ail
  2. Faire réchauffer les petits pains (attention, pas trop longtemps, ils doivent rester mous)   
  3. Couper une ouverture dans le petit pain et les farcir avec quelques feuilles de laitue et la salade à l'ail
  4. La touche finale: les petites feuilles de menthe par dessus

 


* Anecdote socio-linguistique passionnante: au tout début de l'euro on était un peu perdu-es et on utilisait le mot euro pour dire "des sous".
Exemples: Je dois aller retirer des euros, J'ai plus d'euros, Tu me dois des euros, etc.

lundi 12 octobre 2020

Gurkensalat

Une salade toute simple, rapide et croquante. Aussi délicieux pour agrémenter une tartine que pour accompagner un repas plus consistant. Personnellement, je me contente des rondelles de concombre avec du sel de de l'aneth quand c'est pour une tartine, mais pour faire les choses dans les règles de l'art,  il faut respecter la Procédure et les faire mariner dans une petite vinaigrette.

L'idée générale c'est que les rondelles de concombre doivent dégorger et ramollir un peu - une demi heure suffit si vous avez peu de temps.


Pour trois à quatre portions

  • 1 concombre
  • 1 pincée de sel
  • 1 à 2 càs d'aneth haché, frais ou sec
  • Poivre blanc du moulin
  • Pour la vinaigrette: 1 càc de vinaigre de vin blanc, 1 càs d'huile de tournesol, 1 petite pointe de moutarde
  • Quelques fines rondelles d'oignon rouge (facultatif)
Préparation
  1. Nettoyer le concombre et le couper en très fines rondelles
  2. Les placer dans un bol avec le sel, bien mélanger. 
  3. Préparer la vinaigrette: mélanger la moutarde et le vinaigre, ajouter l'huile progressivement
  4. Mélanger les rondelles de concombre avec la vinaigrette, l'aneth et éventuellement l'oignon finement haché
  5. Laisser mariner au moins une demi heure 
  6. Poivrer et rectifier l'assaisonnement juste avant de servir

jeudi 4 juin 2020

Taboulé au sureau

Encore une recette très rafraîchissante et réconfortante. 



Pour trois ou quatre portions 
  • 3 ombelles de fleurs de sureau
  • 2 bonnes grosses poignées de persil plat
  • 1 bonne grosse poignée de menthe
  • Quelques brins de ciboulette, et même deux trois fleurs si vous avez
  • 1/2 tasse de couscous
  • 1 filet de jus de citron
  • 1 ou 2 càs de raisins secs
  • Un beau filet d'huile d'olive fruitée
  • Assaisonnement: sumac, piment séché, un chouia de sel marin

Préparation
  1. Verser un peu d'eau chaude sur le couscous pour le réhydrater, mettre les raisins avec
  2. Laisser gonfler et refroidir, en tripotant avec une fourchette pour séparer les grains
  3. Nettoyer les fleurs et les herbes et les hacher très finement
  4. Mélanger tous les ingrédients en sifflotant joyeusement
  5. Servir frais avec éventuellement un petit dressing au tahini

mardi 2 juin 2020

Houmous au sureau

Surprise! Voilà qui donne une note très rafraîchissante au houmous traditionnel!!!




Pour deux portions
  • 2 ou 3 ombelles de fleurs de sureau, soigneusement nettoyées
  • 1 bol de pois chiches cuits
  • 1 filet de jus de citron et/ou d'orange
  • 1 filet d'huile d'olive bien fruitée
  • 1 pincée de cumin moulu
  • 1 pincée de sumac si vous en avez
  • Quelques feuilles de ciboulette, sel, piment séché

Préparation
  1. Mixer tous les ingrédients. 

Limonade au sureau

Qu'est-ce qu'il fait chaud!

Ca tombe bien que les choses rafraîchissantes fleurissent justement en juin - bref, voici une boisson toute simple et délicieuse.



Pour une grande cruche (bref.)
  • Un litre d'eau
  • Une ou deux ombelles de fleurs de sureau, soigneusement nettoyées
  • 5 à 10 cl de sirop de sucre de canne
  • 1 filet de jus de citron
  • Quelques tranches d'orange
  • Plein de glaçons

Préparation
  1. Mettre tous les ingrédients dans la cruche et touiller




mercredi 25 mars 2020

Salade liégeoise

Un classique absolu. Le secret: tout à la fin, assaisonner avec une larme de vinaigre.


Pour deux portions

  • 400 g de pommes de terre à chair ferme
  • 2 poignées de haricots verts
  • 1 petit oignon et/ou 1 échalote
  • 2 càs d'huile d'olive
  • éventuellement: quelques brins de persil et/ou de ciboulette hachée
  • 1 grosse larme de vinaigre de cidre
  • Sel et poivre du moulin

Préparation

  1. Peler les pommes de terre et les couper en gros morceaux
  2. Nettoyer les haricots
  3. Nettoyer et hacher l'oignon et/ou l'échalote
  4. Faire cuire les pommes de terre dans un fond d'eau avec un peu de sel; ajouter les haricots 5 minutes après les pommes de terre et laisser cuire encore 5 à 10 minutes - laisser l'eau de cuisson évaporer, ou égoutter
  5. Faire revenir l'oignon haché dans l'huile d'olive, dans une grande casserole
  6. Y ajouter ensuite les pommes de terre et haricots, bien mélanger
  7. Saler, poivrer, ajouter le persil ou la ciboulette, rectifier l'assaisonnement
  8. Servir avec une larme de vinaigre


jeudi 31 octobre 2019

La potion magique


On le sait, la célèbre recette de Panoramix a toujours été relativement flexible.

Elle a d'ailleurs considérablement changé une fois Astérix et Obélix revenus de La Grande Traversée.


Ingrédients
  • 8 cl de rhum blanc
  • 4 cl de sirop de sucre de canne
  • 1 poignée de menthe
  • 1 citron vert bio
  • Un peu d'eau gazeuse
  • de la glace pilée

Préparation
  1. Nettoyer la menthe, la frotter entre vos mains et la déposer dans une grande jarre
  2. Couper le citron en mini quartiers et les mettre aussi dans la jarre
  3. Ajouter le sirop et tasser avec un pilon
  4. Remplir la jarre de glace pilée
  5. Ajouter le rhum
  6. Ajouter l'eau gazeuse, touiller

jeudi 5 septembre 2019

Tarte Gouyasse 100% végétale

Dimanche dernier a eu lieu la ducasse d'Ath, devenue tristement célèbre à cause d'un personnage folklorique raciste dénoncé unanimement par les associations anti racistes et l'Unesco... On parle d'un type en black face, qu'on appelle le Sauvage; il porte des plumes sur la tête, de gros anneaux dorés, et est enchaîné à un bateau; il ne parle pas, il hurle AAAAAARH pour faire peur aux petits enfants en faisant de gros yeux méchants ... Serait-ce raciste ??????

Jean-Claude du Café de la Place nous fait signe que non, pas du tout.

Enfin ce qui est dommage c'est qu'avec tout ça on entend moins parler des autres éléments de la ducasse : en réalité "le sauvage" n'est jamais qu'un des très nombreux personnages du cortège - on le supprimerait tout simplement, ça ne ferait pas vraiment de différence... Seulement voilà, à partir du moment où ce sont des militant-es racisé-es qui le demandent, c'est important de s'accrocher en pleurnichant pour montrer qui est le patron.

Or, la ducasse de Ath, c'est surtout les aventures de Goyasse et tous ses amis les géants, son stag do (littéralement un brûlage de culotte géante), son mariage, et enfin le combat singulier contre le Berger David, dont l'issue est toujours une surprise - eh oui: parfois David PERD! C'est pas comme à Mons où Saint Georges gagne toujours... Au moins à Ath il y a du suspense!


Et puis surtout, la ducasse, c'est à boire et à MANGER, dont la célébrissime tarte à masteilles, appelée aussi Tarte Gouyasse, qui ne peut se manger qu'après le combat et jusqu'au huit de setembre.

Vous l'avez compris, des amis à moi Athois m'ont mise au défi de véganiser la tarte Gouyasse, et comme je ne résiste pas à un défi, et comme en plus je me suis dit qu'une tarte traditionnelle véganisée ferait très plaisir à Jean-Claude du café de la place, je m'y suis mise... Voici le résultat! Il vous reste trois jours pour le tester.

Quelques mots sur les ingrédients: mastelles et macarons

Chaque famille a sa recette top secrète (évidemment), mais j'ai quand même réussi à me procurer un manuscrit du siècle dernier avec une recette.

Il faut savoir que les gens qui font la tarte chez elles utilisent généralement des ingrédients achetés tout faits, à savoir les masteilles et les macarons. Alors, d'abord, les macarons ne sont pas des macarons au sens où on le comprend généralement de nos jours mais des biscuits secs aux amandes style amaretti. Quant aux masteilles, si j'ai bien compris de sont des pistolets (autrement dit, des petits pains), mais très durs, et un peu plus gras et sucrés: bref, des sortes de couques. Mais dures.  Et plates.

Et en version vegane? Bon, j'étais un peu perplexe et je n'avais pas  envie ni de faire les magasins pendant des jours ni de cuisiner deux jours en plus pour faire mes propres mastelles et macarons (pourquoi le ferais-je, si même les mamies athoises ne le font pas?), donc j'ai cherché des solutions simples. J'ai remplacé les mastelles par un mélange de pain sec et de biscuits italiens en pâte feuilletée (voir photo). Pour les macarons, j'ai utilisé des caramels "Golden Crunch cinder toffee" - ils ne sont pas restés croustillants comme j'espérais naivement mais ils ont fondu en laissant une couche de caramel très sympathique dans le fond de la tarte. L'année prochaine je testerai avec des pepernoten ou d'autres biscuits. Alternativement, si vous avez des moules à cookies en forme de léopold 2 vous pouvez effectivement faire vos propres cookies, puisque dans un deuxième temps il va falloir les casser en morceaux en tapant dessus avec un gros marteau.
Enfin pour donner du volume au gateau, je ne suis pas fan d'aquafaba - j'ai jamais vraiment réussi à faire des gateaux avec ce truc - j'ai préféré utiliser de la crème végétale additionnée de bon vieux klop klop et de bicar (les vieux amis des grands-mères pour des gateaux inratables!)

Pour une tarte
  • Un rouleau de pâte brisée
  • 150 g de pain sec ou de couques, et/ou de biscuits palmiers, voire d'un reste de croissants vegan, tant que c'est sec et dur on est tout à fait dans l'esprit
  • 100 g de biscuits légers et croquants, de préférence aux amandes
  • 100 g d'amandes en poudre
  • quelques gouttes d'extrait d'amandes
  • 1 càc de vanille en poudre 
  • 1 morceau de badiane (anis étoilé)
  • 120 g de sucre 
  • 400 ml de crème d'amandes
  • 100 ml de lait de soja
  • 200 ml de crème de soja à fouetter 
  • facultatif: une petite poignée de raisins secs (je joue dans l'équipe "sans raisins" personnellement)
  • 1 sachet de klop klop
  • 1 sachet de levure chimique 
  • 1 pincée de sel
Préparation
  1. Détruire le pain sec ou les couques et les réduire en miettes
  2. Dans une grande casserole, mélanger ces miettes avec les amandes en poudre 
  3. Faire chauffer doucement la crème d'amande additionnée du lait de soja, y faire fondre le sucre, ajouter la vanille et le morceau de badiane 
  4. Ca ne doit pas bouillir, juste chauffer un peu pour faire fondre le sucre et infuser la badiane
  5. Ôter la badiane et verser la crème tiédie sur le mélange miettes - amandes
  6. Laisser refroidir complètement et placer au frigo quelques heures
  7. Ajouter la levure chimique
  8. Fouetter la crème additionnée de Klop klop
  9. Incorporer délicatement la crème fouettée à la pâte à base de miettes
  10. Dérouler la pâte brisée dans un moule à tarte à bords hauts (voire un moule à gateau en fait, pour qu'elle soit bien épaisse) (un truc à bords qui se clipsent, c'est l'idéal)
  11. Émietter les biscuits (pas trop fines les miettes, on veut des morceaux!), et disposer les morceaux sur le fond de la tarte
  12. Disposer délicatement la pâte molle sur le fond de tarte par dessus les bouts de biscuits
  13. Cuire au four à 200 degrés 30 à 40 minutes
  14. Laisser refroidir avant de servir
  15. Servir les parts de tarte avec un verre de Bourgogne OU une Ducassis, excellente bière athoise au cassis (sans déconner), qui a le mérite d'être très légère
  16. Alternativement, vous pourriez utiliser cette tarte pour entarter le bourgmestre de Ath. Mais c'est quand même beaucoup de boulot, je trouve, et puis vous allez salir votre tarte. 
Les palmiers en pâte feuilletée
La pàte avec la crème

Le fond de tarte avec des morceaux de cinder toffee

mercredi 17 juillet 2019

Timbale d'orge au thym

Comme je le disais l'autre jour, j'ai séjourné quelques jours à Helsinki il y a exactement dix ans. Voici un plat que je me rappelle avoir mangé dans un resto finlandais pittoresque ... Resto que je viens de retrouver sur google maps dites donc: et je m'aperçois que ces gens charmantes et extrêmement civilisées ont des plats vegan au menu. J'ai très envie d'y retourner!


Pour six portions
  • 1 tasse d'orge perlé
  • 1/3 tasse de gruau d'avoine
  • 400 ml de bouillon de légumes
  • 300 ml d'eau tiède
  • 2 courgettes, jeunes, longues et fines comme on les aime (alternativement, deux poireaux - selon la saison)
  • plein de branches de thym frais
  • poivre noir
  • sel fumé
  • quelques càs d'huile de tournesol désodorisée
  • groseilles rouges
Matériel
  • Une mandoline, mais un économe ça peut aller si les courgettes sont assez fines.
  • Un plat à gateau (j'ai pris un rectangulaire, mais notez qu'avec un moule en couronne c'est la top classe aussi - à faire si vous voulez faire une plus grande quantité)
Préparation
  1. Faire cuire l'orge dans le bouillon avec les branches de thym
  2. Mixer le gruau d'avoine dans l'eau tiède, et ajouter progressivement à l'orge en train de cuire : remuer et surveiller le gonflement - un peu comme un risotto
  3. En fin de cuisson: ajouter un filet d'huile de tournesol et le poivre noir
  4. Retirer les branches de thym
  5. À l'aide d'un économe ou d'une mandoline, couper la courgette en longues tranches
  6. Si jamais les tranches de courgette sont un peu dures, verser un filet de citron et attendre qu'elles ramolissent
  7. Huiler le moule à gateau
  8. Disposer les tranches de courgette dans le moule perpendiculairement au bord comme sur la photo: elles doivent se recouvrir d'un bon centimètre, minimum
  9. Déposer délicatement l'orge dans la couronne
  10. Refermer avec d'autres lamelles de courgette
  11. Mettre au four une quinzaine de minutes à 180 degrés
  12. Le démoulage est parfois délicat. Il vaut mieux laisser le gateau refroidir un peu.
  13. Servir avec des fraises ou groseilles fraiches en saison (à défaut, de la gelée) et une branche de thym



 




lundi 24 juin 2019

GOGOSARI MURATI - Poivrons en saumure

L'automne arrive en Roumanie, c'est le moment de récolter les poivrons du jardin et de s'en garder quelques uns en conserve. Conserver les légumes  en saumure c'est le plan parfait en Roumanie: autant les étés sont hyper chauds et apportent une récolte merveilleuse, autant les hivers sont rigoureux et froids , avec 40 cm de neige sur le potager, et un grand  besoin de vitamines et autres micro bons trucs pour consolider son système immunitaire. En plus, il y a des mines de sel dans tout le pays, autant en profiter.

Pour faire des poivrons en saumure, c'est mieux de prendre une variété de poivrons avec beaucoup de saveur: comme les poivrons hongrois ou les ramiro.


Pour un bocal d'un litre
  • 2 à 4 beaux poivrons rouges fraichement récoltés (idéalement des ramiro ou des hongrois, particulièrement délicieux)
  • 1 feuille de chou blanc ou autre morceau de légume similaire pour empêcher les poivrons de flotter. A défaut, bous pouvez utiliser un verre ou un mini bocal
  • 1L d'eau
  • 30 g de sel blanc naturel
  • 2 càs de vinaigre blanc
  • Aromates: quelques càs de graines de moutarde, quelques grains de poivre, un brin de romarin.

Préparation
  1. Nettoyer les poivrons et les couper en gros morceaux (enlever la tige et les pépins)
  2. Faire bouillir l'eau et y dissoudre le sel, laisser refroidir
  3. Placer les morceaux de poivron et les aromates dans un gros bocal 
  4. Y verser le vinaigre et l'eau salée jusqu'à quelques cm du bord
  5. Coincer la feuille de chou (ou autre bouchon) de façon à empÊcher les légumes de flotter à la surface
  6. Laisser le bocal à température ambiante, à l'abri de la lumière, un ou deux ou trois jours
  7. Consommer jeune. J'ai l'habitude d'ouvrir mes bocaux au bout de quelques jours, c'est bien meilleur, et d'autre part je ne suis pas une experte de la fermentation à long terme.Une fois le bocal ouvert, vous pouvez le conserver quelques jours au frigo.

jeudi 4 octobre 2018

Salade d'été


Bin oui c'est tout con mais quand il fait 40 degrés dehors rien de tel qu'un bonne salade XXL pour se requinquer - avec les légumes du jardin bien sûr. Et quand il fait 15 degrés dehors, me direz-vous? Eh bien faisons le plein de vitamines pour résister au changement de saison!

Certes, comme beaucoup de gens, je suis pleine de préjugés sur la gastronomie crue: d'abord parce que je ne peux pas m'enlever de la tête des images de gourous cupides en train de vendre des extracteurs de jus à des cancéreux en phase terminale, et d'autre part parce que j'ai peur de ne pas avoir assez à manger! ...En réalité, cette dernière idée reçue très répandue est pourtant sans fondement. Je n'ai jamais la peau du ventre aussi bien tendue qu'après un bon repas cru.

Et puis, ce qui est génial quand on mange cru régulièrement, et quand on mange plein de légumes en général, c'est qu'on peut avoir une plus grande variété de légumes frais en même temps au frigo, ce qui a quand même plus de panache que de mettre 10 jours à terminer une pauvre laitue. C'est votre maraîcher-e qui va être content-e.



Pour une énorme salade (invitez plein de gens)
  • un petit morceau de chou pointu ou de chou blanc
  • 1 petite laitue
  • 1 petit oignon
  • 1 poivron rouge
  • 1 morceau de concombre
  • 1 ou deux belles tomates 
  • une pincée d'origan ou de menthe
  • Pour le dressing: deux càs de purée d'amandes et quelques càs de saumure de shiitake marinés (à défaut, une autre saumure - de poivrons par exemple)
Préparation
  1. Couper le chou, le poivron, l'oignon et le concombre en rondelles
  2. Préparer le dressing 
  3. Mettre le dressing sur les légumes découpés et réserver quelques heures (à défaut: les saler. J'adore quand ils sont à moitié dégorgés - c'est aussi plus digeste)
  4. Nettoyer la laitue et les tomates et les couper en morceaux
  5. Peu avant de servir, mélanger tout et saupoudrer d'une pincée d'origanvoire de rondelles de piment comme sur la photo

vendredi 7 septembre 2018

Buberts

Le buberts est un dessert letton traditionnel à base de fruits rouges que l'on peut préparer de différentes manières, par exemple avec de la semoule de blé (un peu comme le mannavaht estonien), ou juste avec de la crème pour une consistance plus légère et mousseuse: c'est ce que nous allons faire ici.
Pour la soupe de fruits rouges, prendre idéalemnet des airelles, groseilles, ou un truc un peu acidulé dans le genre. En automne, faute de fruits rouges, on peut faire une soupe de rhubarbe, tout aussi sympathique et acidulée que des groseilles. Des baies de sureau peuvent également donner un excellent résultat.

Observez la référence subtile au drapeau letton

Pour deux portions
  • 100 g de tofu nature
  • jus de 1/2 citron
  • quelques càs d'aquafaba (facultatif, c'est juste pour un effet "moussu")
  • 1 ou 2 càs de crème de soja
  • 1 pincee de vanille
  • 1 poignée de groseilles rouges - alternativement: une branche de rhubarbe
  • 2 ou 3 cas de sucre
Préparation
  1. couper le tofu en morceaux et le cuire à la vapeur
  2. Le mixer avec le jus de citron et un peu de sel
  3. ajouter une càs de crème de soja et la vanille, mélanger
  4. monter l'aquafaba en neige et l'incorporer au tofu à la crème
  5. laisser refroidir (mettre au frigo)
  6. faire cuire les groseilles ou la rhubarbe à feu très doux avec un chouia d'eau (genre une ou deux càs), 5 minutes
  7. Filtrer et remettre le jus sur le feu avec le sucre, jusqu'à ce qu'il fonde
  8. Laisser refroidir
  9. Servir la soupe de fruits dans des bols et disposer une boule de crème par dessus





jeudi 6 septembre 2018

Fusilli à l'aneth et aux girolles

Il y a quelques années, rappelez-vous, on avait déjà fait une semaine à thème aneth, où il avait d'ailleurs eu plusieurs recettes d'inspiration lettone, dont l'anesto et une poelée de pommes de terres aux cornichons et aux girolles - un délice en fin d'été quand tous ces produits sont disponibles super frais. Cette recette-ci en est assez proche, c'est une autre réinterprétation mettant en valeur deux superstars de l'été letton: l'aneth et la girolle.

Pour les pâtes, vous pouvez utiliser différents types de pâtes courtes, mais  en tout cas les fusillis tout simples conviennent parfaitement, vu que la sauce et les petits morceaux de légumes peuvent s'agripper dans la spirale. Quant à l'aubergine, elle est facultative (et pas spécialement letton comme légume, je vous le concède), mais c'est juste succulent avec l'aneth et avec les girolles.


Pour deux à trois portions
  • 250 g de fusilli ou autres pâtes courtes
  • 100 g de girolles fraîches
  • 1 petite aubergine
  • 1 bonne portion d'anesto (en résumé: une grosse poignée d'aneth, 1 petite poignée de basilic, et quelques càs d'huile)
  • 1 filet d'huile de tournesol
  • sel et poivre
Préparation
  1. nettoyer les giroles et couper les plus grosses en petits morceaux
  2. couper l'aubergine en cubes
  3. faire cuire l'aubergine à feu modéré dans un peu d'huile de tournesol, remuer épisodiquement
  4. au bout de dix minutes, ajouter les giroles dans la poele avec les aubergines
  5. couvrir et faire cuire encore cinq à dix minutes
  6. pendant ce temps, faire cuire les pâtes (al dente)
  7. les égouter, les transvaser dans un plat et y verser les légumes, et un peu d'anesto, mélanger, assaisonner
  8. verser le reste de l'anesto par dessus et décorer avec un brin d'aneth

mardi 4 septembre 2018

Carpaccio de poires aux câpres


Pour autant que je sache, ceci n'est pas un plat traditionnel letton, mais c'est tout de même un truc que j'ai eu la grande chance de goûter en Lettonie, et plus précisément sur une sympathique terrasse de Cēsis.

Il y a un mois ou deux en mettant au point les articles de cette semaine, je me suis rappelé ce plat et j'ai voulu en refaire chez moi, par curiosité. Eh bin, j'avais oublié comment c'était BON le contraste poires et câpres: la perfection. En l'occurence, j'ai aussi ajouté un peu de roquette et de noix, pour en faire une salade complète.


Pour deux ou trois portions
  • 1 poire
  • 2 càs de câpres en saumure
  • 1 grosse poignée de roquette
  • Quelques feuilles de laitue
  • 1 petite poignée de cerneaux de noix
  • Pour la vinaigrette: 1 càs de moutarde, 1 càs de myrtilles (ou de la confiture de myrtilles), 2 cas de vinaigre de cidre, 1 grosse larme d'huile de noix ou de tournesol (désodorisée)
  • Facultatif: quelques fanes de fenouil pour faire joli
Préparation
  1. Nettoyer et les feuilles de salade et de roquette et les déchirer ne petits morceaux histoire que ce soit pratique à manger
  2. Préparer la vinaigrette: ñecraser les myrtilles dans un bo, ajouter la moutarde, mélanger, ajouter le cidre, mélanger, ajouter l'huile progressivement en mélangeant, saler
  3. Couper la poire en très fines tranches
  4. Placer la salade dans un plat plat avec la vinaigrette par dessus
  5. Dresser les tranches de poires sur la salade, disposer les câpres et les noix par dessus
  6. Attendre que tous les convives aient pris des photos avant de mélanger et de servir
Le plat original
Le plat original, Cesis, 2015

Syndicat d'initiative

Je pense qu'il s'agissait de cet endroit. En face, il y avait une librairie qui vendait des livres de cuisine vegan en letton, si jamais ça vous intéresse.

lundi 3 septembre 2018

Jeunes cornichons en saumure


Longtemps j'ai détesté les cornichons. Mais ça, c'était avant. Avant que je ne découvre l'été letton.

Juillet 2015, alors que je passais devant un marché fermier du côté de Jurmala (très, très belle plage), j'ai eu le regard attiré par un énorme bocal de cornichons et j'ai eu la bonne idée d'en goûter un. Un énorme. Frais, croquant. De plus, il était en saumure (plutôt que dans un vinaigre sucré dégueu comme ceux qu'on trouve ici), et surtout, il n'était manifestement dans la saumure que depuis quelques jours, et donc seulement au tout début du processus de lactofermentation.

Même si le but des cornichons en conserve, c'est de pouvoir les manger tout l'hiver, rien à faire: des cornichons fermentés de deux jours, c'est un luxe absolu de l'été.



Pour un bocal d'un litre
  1. Une bonne dizaine de petits cornichons frais le plus frais possible (coupés le jour même, idéalement)
  2. 1 L d'eau
  3. 30 g de sel marin
  4. de l'aneth sous toutes ses formes: fueilles, graines, et si vous avez une ou deux ombelles en fleur c'est encore plus classe
  5. 2 càs de grains de moutarde
  6. 1 petit filet de vinaigre blanc
Matériel: un bocal de conservation d'un litre (essayez de trouver une bonne marque, style Fido ou Le Parfait, ils sont plus durables et plus faciles à laver), et un bocal plus petit qui rentre tout juste dedans.


Préparation
  1. Faire boullir l'eau et y ajouter le sel; laisser refroidir
  2. Nettoyer affectueusement les cornichons, couper l'extrémité avec la cicatrice de la fleur, et fendre les cornichons dans le sens de la longueur presque jusqu'en haut (à deux trois centimètres du bout où il y avait la tige)
  3. Placer les cornichons dans le bocal avec l'aneth, la moutarde et un chouia de vinaigre, et couvrir d'eau salée
  4. Placer le petit bocal dans le grand de façon à bloquer les cornichons sous la surface de l'eau. Il ne faut pas qu'ils puissent flotter, ils doivent être complètement immergés pour se conserver
  5. Refermer le bocal et le laisser à température ambiante
  6. Consommer dès le lendemain pour des cornichons super croquants

vendredi 3 août 2018

Blynai


Les blynai sont les blinis lituaniens - une sorte de mini crepe de quelques centimètres de diamètre. On les consomme volontiers avec des fruits rouges voire un coulis.



Pour deux portions
  • 100g de farine de froment
  • 1 pincée de sel 
  • 1 bonne pincée de levure chimique
  • Quelques càs d'huile de tournesol (trois pour la pâte, une ou deux pour la cuisson)
  • 3 càs de sucre de canne
  • 15 cl de lait de soja
  • 1 càs de vinaigre de cidre
  • Pour le coulis: 1/2 tasse de myrtilles ou de fruits rouges, quelques càs de sucre 
  • sucre impalpable
Préparation
  1. Mélanger farine, sel, levure et sucre dans un grand saladier
  2. Verser le cidre dans le verre de lait: ça caille!
  3. Verser l'huile et le lait caillé sur la farine, petit à petit, en mélangeant
  4. S'il y a des grumaux, passer un coup de mixeur dans la pâte (je ne dirai rien à votre grand-mère)
  5. Laisser reposer une vingtaine de minutes 
  6. Dans une très grande poele, faire cuire des mini doses de pâte par série de trois ou quatre (surtout pas trop près les unes des autres, sinon elles se soudent ensemble)
  7. Mixer les fruits et le sucre
  8. Verser le coulis sur le tas de blinay et saupoudrer de sucre impalpable

jeudi 2 août 2018

Cepelinai (zeppelins farcis)

Cepelinai: voilà un nom mignon. Ça veut tout simplement dire Zeppelin en lituanien, parce que ces boulettes de pomme de terre ont la forme d'un dirigeable (et j'adore les dirigeables depuis ma tendre enfance, allez savoir pourquoi.

BREF, les cepelinai sont des boulettes de pommes de terre de forme oblongue (le mot boulette est-il donc utilisé à bon escient? Saisissons donc la Cour européenne de Justice). On les farcit traditionnellement de viande, du fromage ou bien de champignons. En fouillant internet j'ai également trouvé une recette aux carottes et graines de pavot: bref ce ne sont pas les options végétariennes qui manquent. Moi j'ai testé au tofu lactofermenté, tout simplement, vu que les cepelinai au fromage semblent être parmi les plus répandus.


Bon, c'est encore  une recette assez compliquée, mais très sympathique et originale, ça vaut la peine de la tester.
 
Première difficulté: tout comme pour le kugelis, il faut manipuler et râper les pommes de terre crues, et elles  risquent de s'oxyder le temps de façonner les zeppelins (à fortiori si vous en faites 10 kilos pour tout le village) (ce que font sans doute beaucoup de grand-mères lituaniennes, mais que je vous déconseille de faire).

Une recette alternative simplifiée mais iconoclaste consiste à cuire les pommes de terre avant de les réduire en purée -bon à la limite c'est sympa mais du coup c'est juste des knödeln quoi.... Tandis qu'en râpant les pommes de terres crues on obtient une texture beaucoup plus intéressante et fondante. Mais alors, comment on fait pour que la pâte a base de pommes de terre crues ne noircisse pas? Il suffit d'additionner un chouia d'acide citrique en poudre aux pommes de terres râpées, ou, à défaut, du jus de citron (qui est aussi de l'acide citrique bien sûr).

Deuxième difficulté: un cepelinai risque de se décomposer à la cuisson. Il faut donc non seulement ne pas trop les farcir, bien les refermer quand on les a farcis, mais aussi et surtout utiliser la bonne variété de pommes de terre (les Nicola sont bien), et même ajouter un peu d'amidon de pommes de terre histoire que ça tienne bien.

Pour deux portions
  • 500g de pommes de terre fermes (nicola, très bien)
  • 1 filet de jus de citron OU 1/2 càc d'acide citrique en poudre
  • 1 petit oignon 
  • 2 càs d'huile de tournesol (désodorisée si vous n'aimez pas le goût)
  • 2 càs de fécule de pdt
  • 1 càs de farine
  • 20 cl de crème de soja 
  •  sel
  • poivre noir
  • Pour la farce: 100g de tofu nature ou de tofu lactofermenté, sel, 2càs d'huile de tournesol, eventuellement un brin d'aneth
  • Pour la sauce: 20 cl de crème de soja, une petite poignée de cèpes séches
Préparation
  1. Tout d'abord, la veille, préparer le tofu: le couper en cubes, le cuire à la vapeur si vous utilisez du tofu nature, et le faire mariner dans une saumure (j'ai pris juste de l'eau salée avec du sel et un chouia de citron); le lendemain, écraser le tofu grossièrement à la fourchette, ajouter l'huile de tournesol et éventuellement un peu d'aneth. Réserver à température ambiante.
  2. Éplucher l'oignon
  3. Nettoyer les pommes de terre et les râper finement avec l'oignon; ajouter immédiatement l'acide citrique. Les pommes de terre doivent être râpées très finement et former une sorte de bouillie
  4. Égouter la bouillie de pommes de terre râpées en la pressant dans une étamine ou une passoire; faire sortir un max de jus, mais garder ce jus dans un récipient
  5. Le jus contient beaucoup d'amidon. En une minute ou deux, l'amidon se dépose dans le fond du récipient et vous pouvez virer l'eau en gardant l'amidon, de façon à pouvoir le remettre avec la pulpe de pommes de terre égouttée
  6. Ajouter également  la fécule de pomme de terre en poudre
  7. Portez des gants si vous en avez
  8. Commencer à faconner les cepelinai comme des onigiris: formez une demi boule, farcissez-la d'un peu de tofu, rajoutez de la pâte pour refermer bien souder et façonner en forme de dirigeable d'une dizaine de cm de long
  9. Déposer les cepelinai faits sur une assiette pleine de farine
  10. Pour la cuisson, les pocher 15 à 20 minutes dans l'eau bouillante
  11. Pour la sauce: réhydrater les cèpes dans de l'eau chaude, les cuire à la poele dans un fond d'huile de tournesol, couper le feu, ajouter la crème et remuer. 
  12. Servir les cepelinai  avec la sauce par dessus, et éventuellement un peu d'aneth ciselé pour faire joli (ou de ciboulette, ou de persil, ou de cerfeuil, ...)


Quelques mots sur l'acide citrique

Alors, on peut utiliser un filet de citron, certes, mais évidemment, moi j'avais envie de faire mumuse avec de l'acide citrique pour voir comment ça marche, n'ayant encore jamais testé la chose. 

Or justement l'autre jour j'étais à la caisse chez Freshmed - avec un énorme bocal de cime di rapa sott'olio- et, alors que je regardais distraitement les courses que la madame derrière  plaçait à son tour sur le tapis (...je fais toujours ça), soudain, que vois-je? deux petits sachets de granulés blancs avec écrit "acide citrique"... Ça alors, serait-ce le truc que je cherche justement depuis une semaine pour en mettre dans mes cepelinai? La dame m'explique avec enthousiasme qu'elle en utilise régulièrement pour en mettre sur ses salades et toutes sortes de préparations pour donner un petit goût citronné. De fil en aiguille, comme elle en avait pris deux, elle m'en donne un. Aaaah la la, les gens!

Et donc, j'ai testé. Alors, attention si vous manipulez ce truc, c'est vraiment très acide. Ne le touchez surtout pas directement avec vos dents et portez des gants si vous en avez : ça pique les bords des ongles. Mais sinon, oui, on peut l'utiliser en cuisine en petite quantité.

mercredi 1 août 2018

Koldunai aux myrtilles

Les Koldūnai sont les cousins lituaniens des pierogi polonais ou des ravioli italiens -lesquels sont probablement tous les arrières-petits-neveux des momos tibétains: bref, ce sont des pâtes farcies. Farcies avec quoi donc me direz-vous? 

En Lituanie, certaines personnes les farcissent avec de la viande ou avec du fromage, mais le nec plus ultra, ce sont les bons petits trucs qu'on trouve l'été dans les sous-bois: des cèpes évidemment, mais aussi... des myrtilles. J'ai testé les deux, et comme on peut s'y attendre, ceux aux cèpes étaient délicieux, mais ceux aux myrtilles au moins autant, en plus d'être surprenants et originaux: eh oui, mettre des myrtilles dans les ravioles, c'est typiquement lituanien.Ça ça tombe bien alors! 

En toute honnêteté cette recette n'est pas la plus rapide ni la plus simple, mais tout de même, ça vaut vraiment, vraiment la peine d'essayer (... certes pas le jour où vous recevez cinquante convives).



Pour une dizaine de ravioles
  • 1 tasse de farine pour la pâte + 1/2 tasse pour la suite
  • 1/3 de tasse d'eau
  • une bonne pincée de sel
  • 1 tasse de myrtilles (fraîches ou congelées)
  • Pour la sauce (crème aigre): mélanger 100 ml de crème de soja ou d'avoine, 1 filet de jus de citron, une pincée de sel 
  • Pour la déco: quelques brins d'aneth frais
Préparation
  1. Confectionner la pâte en additionnant l'eau progressivement dans la farine tout en mélangeant (avec une pincée de sel)
  2. La pâte devra être la plus sèche possible. Mais si elle ne l'est pas assez, vous le verrez tout de suite et pourrez ajouter de la farine au fur et à mesure de la confection, comme pour faire des taillerins
  3. Former une boule avec la pâte et la laisser reposer une petite demi heure
  4. Étaler la pâte au rouleau ou bien à l'aide d'une machine à pâtes; ajouter autant de farine que nécessaire. La pâte doit être fine mais pas trop; genre 4 milimètres 
  5. Découper des ronds de 8 à 10 cm de diamètre dans la pâte (utilisez un cerle à dresser ou un moule à burger, par exemple), et les farcir avec quelques myrtilles (5 ou 6)
  6. Bien souder les bords de chaque raviole vous pouvez le faire à la main ou utiliser un moule à pierogi si vous en avez un
  7. Disposer les raviolis nouvellement faconnés sur un plat recouvert de farine; ils ne doivent surtout pas se toucher et encore moins être empilés, sinon ils se recollent tous ensemble et c'est une tragédie
  8. Pour les cuire, les faire pocher 5 minutes dans de l'eau bouillante salée
  9. Égoutter et servir avec la crème aigre et quelques brins d'aneth ciselé
La photographie, c'est un métier.
Alternatives 

Pour des koldunai aux cèpes: Même recette, en remplaçant les myrtilles par des petits morceaux de cèpes. Si vous utilisez des cèpes séchés, essorez-les une fois réhydratés, sinon c'est trop aqueux et le ravioli se ramollit de l'intérieur.

Pour une version au formage, vous pouvez utiliser du ricofu ou du formage frais de cajou, il doit être le plus épais possible cependant.



mardi 31 juillet 2018

KUGELIS

Souvent considéré comme LE plat national lituanien, le Kugelis est un gateau de pommes de terre servi avec un peu de crème aigre. A réaliser avec des pommes de terre nouvelles de préférence, en saison, ce serait bête de se priver. 



Les recettes conventionnelles contiennent généralement du bacon, j'ai donc d'abord testé un prototype avec du seitan coué en petits cubes, qui n'était pas mauvais du tout. Cependant, une camarade lituanienne m'a assuré peu après que l'on peut tout à fait faire un kugelis nature, sans bacon ni seitan. Conclusions après dégustation du deuxième prototype: effectivement, c'est meilleur sans. Des patates, des oignons, et pis c'est tout - inutile de se compliquer la vie.

Pour deux portions
  • 400g de pommes de terre
  • 1 petit oignon 
  • 2 càs d'huile de tournesol (désodorisée si vous n'aimez pas le goût)
  • 2 càs de maizena
  • 1 càs de farine
  • 20 cl de crème de soja
  • sel
  • poivre noir
  • une pincée de marjolaine
  • Pour la sauce: quelques càs de crème de soja épaisse avec un filet de citron et du sel
Préparation
  1. Mélanger la farine et la maizena 
  2. Éplucher l'oignon
  3. Nettoyer les pommes de terre et les éplucher éventuellement (avec des pommes de terre nouvelles et bio, je ne le fais pas)
  4. Râper l'oignon et les pommes de terre (j'utilise un robot et je les mets ensemble)
  5. ATTENTION une fois vos pommes de terres rapées vous disposez de très peu de temps pour faire le point suivant, sinon les pommes de terre noircissent. On peut éventuellement ajouter une pincée d'acide citrique ou du jus de citron aux pommes de terre rapées pour éviter cela, mais si vous passez sans traîner aux étapes suivantes ça devrait aller
  6. Dans un grand saladier, mélanger les oignons et pommes de terre râpées avec la crème de soja et le mélange farine -maizena; y ajouter un peu d'huile, marjolaine, sel et poivre noir, et mélanger.
  7. Transvaser dans un grand plat rectangulaire adapté au four et préalablement huilé
  8. Faire cuire au four une petite heure à 150 degrés
  9. Découper des portions rectangulaires et servir chaque portion avec une généreuse portion de crème de aigre par dessus, une pincée de sel fumé, et des petites rondelles de ciboulette ou d'oignon de printemps, voire un brin d'aneth pour faire joli.

lundi 30 juillet 2018

Baršciai

Cette recette de bortsch lituanien (soupe de betterave avec un chouia de crème aigre) est assez similaire à celle que j'avais publiée il y a quelques mois, si ce n'est que celle-ci se sert chaude. On y ajoute également des cèpes, parce que ça va être la saison. 

Une soupe de cèpes et betterave rouge? J'adore l'un et l'autre, y compris en soupe, mais, mélanger les deux, j'étais quand même dubitative, je dois dire, donc il fallait que j'essaye... Je suis assez agréablement surprise du résultat.

Et ma foi... C'est pas mal du tout! J'ai mis juste assez de betterave pour avoir une jolie couleur et une saveur un peu sucrée, mais à mon avis il ne faudrait pas risquer d'en mettre trop. Quant au brin d'aneth, j'avais peur d'obtenir un truc beaucoup trop complexe et chargé, mais finalement ça apporte une chouette touche rafraichissante qui contraste parfaitement avec la soupe.


Pour deux portions
  • 1 grande pomme de terre (ou deux petites)
  • 1 petite betterave
  • 2 càs d'huile de tournesol (désodorisée si vous n'aimez pas le goût)
  • une petite poignée de morceaux de cèpes séchés (ou un cèpe frais si vous avez la chance d'en avoir sous la main)
  • 500 ml de bouillon de légumes ou de cèpes
  • quelques càs de crème de soja avec un mini filet de jus de citron
  • Quelques brins d'aneth

 Préparation

  1. Faire chauffer le bouillon et y réhydrater les bouts de cèpes
  2. Quand ils sont bien réhydratés, les enlever et réserver
  3. Nettoyer la betterave et les pommes de terre, les peler si nécessaire, les couper en petits morceaux, et les faire cuire dans le bouillon
  4. Quand c'est cuit, les mixer au blender avec un filet d'huile (j'ai récemment découvert que les soupes étaient plus onctueuses au blender plutôt qu'au mixeur plongeur. Toutes ces années perdues.)
  5. Servir bien chaud, disposer quelques morceaux de cèpes dans chaque assiette, ainsi qu'une petite flaque de crème, un ou deux tours de moulin à poivre et finalement quelques brins d'aneth