Affichage des articles dont le libellé est Je remplis mon congélateur. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Je remplis mon congélateur. Afficher tous les articles

mercredi 18 juillet 2018

Fleurs de courge farcies à la grecque

Parce qu'il n'y a pas qu'en Italie qu'on vénère la courgette pour sa fleur, voici une recette grecque, pleine de menthe pour se rafraîchir la joie de vivre.

Notez que ce plat peut également se congeler, et je vous promets que si vous le faites vous serez super content-e dans deux mois ou quand vous rentrerez de vacances après une longue journée de train de pouvoir décongeler un délicieux plat d'été fait maison.


Pour deux portions
  • Une petite dizaine de fleurs de courge
  • 1 petit oignon blanc
  • 1 petite tomate
  • 1 petite courgette 
  • Quelques feuilles de menthe ciselée
  • 1 gousse d'ail (facultatif)
  • 1 généreux filet d'huile d'olive
  • 1/2 tasse de riz (de type arborio ou carnaroli, on en trouve deu grec dans les boutiques bio)
  • 1 tasse de bouillon de légumes


Préparation
  1. Couper l'oignon, la tomate et la courgette en petits cubes et les cuire à l'huile dans une casserole
  2. Écraser la gousse d'ail facultative et l'ajouter dans la casserole
  3. Ajouter le riz, et progressivement le bouillon, pour cuire à la façon d'un risotto
  4. Ajouté la menthe ciselée à la fin
  5. Farcir les fleurs et les "refermer" (tasser le bout des pétales)
  6. Les disposer dans un plat destiné au four; alternativement, si vous voulez les congeler, c'est le moment
  7. Cuire au four avec un fond d'eau et de l'huile d'olive
  8. Servir avec un vin blanc sec et parfumé - je me répète mais celui-ci est fin bon

regardez bien elles sont congelées

lundi 14 mars 2016

Guinness Craquelin

Comme je n'ai pas la prétention de bien connaître la cuisine irlandaise, pour notre semaine guinness on va plutôt faire de la cuisine fusion belgo-irlandaise: en invitant la guinness dans des recettes belges traditionnelles histoire de leur donner un petit coup de fouet.


Pour un petit craquelin
  • 250 g de farine de froment
  • 100 g de sucre
  • 50 g d'huile de coco
  • 20 g de levure
  • 10 à 15 cl de guinness
  • 1/2 tasse de sucre perlé
Préparation
  1. Mélanger la farine et le sucre
  2. Faire fondre l'huile de coco délicatement
  3. Délayer la levure dans un peu d'eau tiède avec une càs de sucre
  4. Incorporer l'huile, la levure et la guinness (progressivement) au mélange farine/sucre
  5. Pétrir, ajouter le sucre perlé, continuer à pétrir
  6. Couvrir la pâte et la faire lever une heure ou deux bien au chaud
  7. Faire cuire au four 40 minutes à 180 degrés
  8. Laisser refroidir un peu avant de couper
Alternativement, la version cramique est fabuleuse aussi (remplacer le sucre perlé par 1/2 tasse de raisins secs, une càs de sucre perlé quand même, et une bonne pincée de cannelle) 

vendredi 26 février 2016

Limoncello au citron bergamote

Aujourd'hui je n'ai rien inventé, juste testé une recette ultra culte, et j'avais envie de partager ça avec vous:  j'ai fait du limoncello!!!! Oah, le bonheur à l'état citron.

Évidemment c'est une recette qui demande beaucoup de temps mais pas beaucoup d'ingrédients... Ingrédients à choisir avec grand soin quand même.

J'ai cherché de l'alcool pour fruits à 40%, comme celui que j'achetais dans les magasins Cactus et que j'utilisais pour mes mirabelles à l’époque où j'habitais en Lorraine, mais je n'en ai pas trouvé à Bruxelles. J'ai donc utilisé l'alcool que j'ai trouvé, à 96% (on en vend chez Colruyt. La caissière était quadrilingue et fort sympathique m'a dit "ahaaaah vous allez faire une goutte maison!")... Finalement, ce n'est pas plus mal d'utiliser un truc plus fort puisque d'après Wikipédia (je sais, je suis un puits de science, j'ai beaucoup lu), utiliser de l'alcool à 96% permet de mieux extraire l'essence présente dans le zeste. Évidemment, après, il faudra ajouter de l'EAU si vous voulez boire ce truc sans détruire tous vos neurones d'un coup. 


Pour deux petites bouteilles
  • 400ml alcool à 96%
  • 600ml d'eau
  • 5 à 6 beaux citrons bergamote bio avec une belle peau bien jaune
  • 300g de sucre de canne
Préparation
  1. bien nettoyer les citrons et les essuyer
  2. peler les citrons en séparant bien le blanc du jaune (rappelez-vous, vous faisiez ça quand vous étiez encore ovo-lacto)
  3. bref il faut juste le jaune, essayez de prendre le moins de blanc possible 
  4. placer les épluchures dans un bocal, recouvrir avec l'alcool, fermer le bocal et laisser macérer tranquillement pendant 10 jours
  5. les citrons pelés peuvent être conservés au frigo deux trois jours, dans un sac en plastique pour qu'ils ne sèchent pas trop
  6. après dix jours, faire fondre le sucre dans l'eau
  7. ouvrir le bocal et filtrer l'alcool au citron - normalement il est bien jaune
  8. jeter les peaux
  9. mélanger l'alcool avec l'eau sucrée et mettre en bouteille
  10. conserver dans le congèl' (normalement ça ne va pas se solidifier, y a assez d'alcool)
  11. le truc de pro qui en jette à mort c'est de conserver aussi les verres dans le congel avec les bouteilles
 





mardi 23 février 2016

Fiskbullar (utan fisk)

Toutes les autres recettes de cette semaine seront des grands classiques revisités (ou même pas revisités en fait), mais celle-ci est quand même une création originale. 

Ça faisait un moment que je pensais faire des boulettes un peu nordiques à base d'avoine. Si vous vous demandez ce qu'il y a de nordique dans cette recette, voici: pour la concevoir, j'ai pensé très fort à la Suède. Et aussi un peu à Asterix et les Normands.
 
A part ça, le résultat est plutôt néerlandais en fait: le truc, c'est que l'ingrédient clef est une algue que j'ai achatée aux Pays-Bas et que je n'ai pas trouvée ailleurs. Il s'agit de zeeuws bessenwier (Sargassum muticum pour les intimes latinistes - sargasse en français)... Pour celles-ceux que ça intéresse on en vend en ligne, par exemple ici. On peut faire sans ou utiliser d'autres algues ou herbes - mais le goût de la sargasse est vraiment spécial, ça vaut la peine d'essayer si vous avez l'occasion de vous en procurer.



En plus, au moment de faire la photo, j'ai pas pu remettre la main sur mes petits drapeaux suédois, alors j'ai pris un drapeau néerlandais.


Pour 20 boulettes
  • 200g de tofu fumé
  • 150g de flocons d'avoine
  • 1 gros oignon
  • 15 cl d'huile olive (voire plus, pour les Normands qui ignorent la peur)
  • 1 càc de vinaigre de cidre
  • 5 cm2 d'écorce de citron
  • Un filet de jus de citron (genre, 1/2 citron)
  • 2 càs de Zeeuws Bessenwier (à défaut, votre herbe ou algue favorite)
  • 1 càc de sel fumé (ou de sel marin normal)

Préparation
  1. Mixer le tofu et l'oignon (épluché)
  2. Mélanger tous les ingrédients dans un grand bol
  3. Passer un bref coup de mixeur plongeur si la pâte n'est pas assez homogène
  4. Faire refroidir la pâte au frigo quelques heures
  5. Façonner des boulettes de 4 à 5 cm de diamètre (les mains mouillées, ça va tout seul)
  6. Faire cuire au four, 20 minutes, à 180 degrés
  7. Servir avec une sauce à la crème comme dans Astérix et les Normands, (crème d'avoine de préférence) et une bière servie dans le crâne de votre ennemi.

mercredi 3 février 2016

Tarte au riz

Voilà bien une douceur verviétoise qu'on ne présente plus - et surtout pas à moi, qui en ai dévoré toute mon enfance.

Tout comme pour les galettes des rois de l'autre jour, je me suis amusée à faire de mini tartes avec mon super moule à cupcakes (eh oui, j'ai acheté ce truc il y a pas longtemps). Bien sûr, vous pouvez faire une grande tarte - les quantités seront plus ou moins les mêmes.


Pour 12 mini tartes
  • 200g de pâte brisée vegan*
  • 80g de riz ( de type bomba ou arborio... en tout cas, prenez un petit gros genre collant et gonflant – oui ça vous rappelle ce pauvre brave garçon que vous avez repoussé au collège, sans cœur va: ah, la culpabilité vous ronge -c'est bien fait pour vous)
  • 500ml+ 300ml de lait d'amandes
  • 1/2 càs d'extrait d'amande (non sucré, ou alors utiliser moins de sucre)
  • 3 + 2 càs de sucre de canne
  • 1 pincée de vanille ou de cannelle
  • 3 cm2 d'écorce de citron (en une pièce de préférence)
  • 1 càs de fécule de maïs

Préparation
  1. Faire bouillir 400 ml de lait d'amandes, baisser le feu et y faire cuire le riz
  2. Il faut bien remuer et surveiller ; si ça devient trop épais, ajouter du lait
  3. Quand le riz est cuit, retirer la casserole du feu et ajouter encore 100ml de lait, remuer
  4. Ajouter 3 càs de sucre, la peau de citron, la vanille, remuer, laisser gonfler
  5. Si ce n'est pas déjà fait, étaler la pâte et découper de petits cercles de la bonne taille avec un emporte pièces ou un cercle à dresser, et poser les cercles de pâte dans le moule (alternativement > un seul grand rond dans un seul grand moule)
  6. Déposer une grosse cuillère de riz au lait dans chaque fond de tarte (quand vous tombez sur le bout de citron, virez-le)
  7. Enfourner à 180 degrés pour dix minutes
  8. Pendant ce temps, délayer  la fécule de maïs dans 100 ml de lait d'amandes, et faire chauffer le reste du lait (200 ml -c'est bien juste?); quand ça bout, couper le feu, verser le lait avec la fécule, le sucre, et laisser épaissir une minute ou deux tout en remuant bien pour obtenir une sorte de crème
  9. Quand les tartes sont à moitié cuites (après genre dix minutes dans le four), ajouter sur chacune deux ou trois cuillères de crème, et laisser cuire encore 10 à 15 minutes


Suggestions de présentation

  • Servir avec une tasse de café au lait pas trop fort aromatisé à la chicorée. 
  • Si vous en avez fait trop n'hésitez pas à la congeler. Mon grand-père d'ailleurs congelait et décongelait toujours plusieurs fois la tarte au riz avant de la servir - ce que je ne vous conseille pas nécessairement de  faire.
  • Si vous disposez d'un lance-flamme à crème brûlée (?), ça peut être utile pour obtenir une apparence plus fidèle aux tartes de mes souvenirs. (Moi je n'en ai pas, donc faites-le et racontez-moi, c'est gentil.)

* * *

(1) Si vous utilisez un rouleau de pâte brisée du commerce (la plupart du temps ils sont vegan) (même si ok, les trucs industriels c'est nul et on sait pas quelles crasses ils mettent dedans – au fait, attention: si vous faites la pâte vous-mêmes n' utilisez pas de la margarine du commerce : cela ne fait que déplacer le problème... L'huile de coco convient très bien par contre) ...Si vous utilisez un rouleau de pâte tout prêt, donc, moi en général quand je fais des mini tartes je l'étale un peu plus pour pas qu'il y ait proportionnellement trop de pâte, mais en l'occurence ce n'est pas nécessaire, vu ce qu'on va mettre dedans l'épaisseur de la première couche d'hydrates de carbonne n'est pas tellement importante.

lundi 25 janvier 2016

Cruelty-free Burns' Night : LE HAGGIS

...
I’m truly sorry man’s dominion
Has broken nature’s social union,
An’ justifies that ill opinion, .  
Which makes thee startle
At me, thy poor earth-born companion, .  
An’ fellow-mortal!

Robert Burns
(...Pour le poeme en entier - et une traduction en anglais pas poétique- voir par exemple ici)




Ce soir c'est l'anniversaire de Monsier Burns dites donc. Robert Burns, le poète écossais. Pour fêter ça, on mange du haggis.

Alors qu'est-ce qu'un Haggis exactement? Décortiquons la recette traditionnelle dans le but secret de démontrer que la version végétarienne est MIEUX.

Alors le Haggis traditionnel c'est de la panse de brebis farcie aux abats de mouton: coeur, foie, poumons: trop miam! ...CQFD j'ai déjà envie de dire. C'est pas pour rien que le haggis végétarien est commercialisé depuis plusieurs dizaines d'années...

Mais bon, ok, allons quand même plus loin, analysons.

Alors commençons par la panse de brebis: ça c'est la version ancestrale. Mais le truc c'est que la fonction c'est juste d'avoir une poche pour mettre tout dedans. En réalité ça fait un bail qu'on n'en utilise plus - les haggis que l'on trouve de nos jours (versions carnées comme végétariennes) sont dans du plastique à saucisse.

Et maintenant l'intérieur. Ok, du coeur, du foie des poumons. C'est tout? Eh beh non justement Non non non, on met aussi de l'avoine, du gras, des navets et des épices (beaucoup de poivre). Du coup, bin... Pour en faire un plat vegan, pas besoin de remplacer, y a qu'à supprimer tout ce qui a l'air dégoutant (non, pas les navets, les navets ça on garde - vous ne savez pas ce qui est bon - qui a pouffé au dernier rang?)... Bref, on enlève juste les abats, et puis après on ne change plus rien d'autre à la recette: avoine, huile, légumes racines et quelques épices, ça nous donne un plat parfaitement complet,  équilibré et très parfumé.


Pour 3 à 4 portions
  • 200g de flocons d'avoine
  • 7 cl d'huile de coco fondue
  • 1/2 rutabaga
  • 1/2 tasse de bouillon gras
  • umbla umbala umbala um balalala um...
  • 1 oignon
  • 1 navet jaune
  • 1/2 tasse de farine
  • 1 pincee de sauge
  • 1 pincee de marjolaine
  • 1 càs de graines moutarde
  • Plein de tours de moulin à poivre
  • 1 pincée de piment
  • 1 pincee de sumac
  • 1 feuille de laurier
Préparation
  1. Nettoyer tous les légumes et les couper en petits cubes
  2. Mélanger tous les ingrédients, bien pétrir
  3. Laisser reposer 2 heures au frigo
  4. Former une grosse boule bien compacte et l'emballer dans un papier en serrant bien comme un bonbon géant
  5. Placer la boule emballée dans un plat allant au four qui contiennet pile bien la boule
  6. Faire cuire au four à 180 degrés pendant 40 à 50 minutes

Servir 

Traditionnellement, servir le haggis avec un stoemp au navet.

Toi aussi, passe tes vacances au Pays de Robert Burns.


dimanche 17 janvier 2016

De Groene Boerenburger

Voici une recette n'est pas une recette traditionnelle des Pays-Bas (pour autant que je sache) mais inspirée de produits en vogue aux Pays-Bas: chanvre, boerenkool, moutarde.

Alors, un hamburger au kale: TROP le truc de hipster, me direz-vous... Sauf qu'aux Pays Bas, les gens mangeaient du kale avant que ce ne soit branché. Les modes passent, le style est éternel.

En plus du kale, devinez ce qu'on va mettre dedans: du chanvre. Ça aussi ça se trouve plus facilement aux Pays-Bas qu'ici - non, c'est pas une blague: on trouve facilement des graines de chanvre décortiquées dans les supermarchés. Et ça tombe bien parce que le chanvre c'est un superaliment. Qu'est-ce qu'un superaliment me direz-vous? C'est comme un aliment mais avec un cape et des collants.

Avec mon pain maison - rhooooh que c'était trop bon!
Pour 4 portions
  • 150 g de chanvre
  • 1 oignon
  • 1 tasse de protéines de soja texturées, réhydratées dans du bouillon
  • 200 g de tofu  fumé
  • 10 à 15 petites branches de kale
  • 1 càs de moutarde à l'ancienne
  • 4 à 5 càs d'huile d'olive
  • 2 càs de fécule de maïs
  • sel, poivre, marjolaine, sauge
Préparation
  1. Mixer le tofu avec l'huile et le kale (sans les tiges) pour obtenir une pâte homogène et verte
  2. Hacher l'oignon finement
  3. Mélanger tous les ingrédients pour former une pâte épaisse
  4. Laisser reposer qq heures au fridge (oh mon dieu je parle comme Gonzague!?)
  5. Former des patties à l'aide d'un cercle à dresser et les faire cuire à la poêle dans un peu d'huile d'olive 
Pub pub

En parlant de chanvre et de burger, si vous avez l'occasion d'aller vous balader aux Pays Bas, ne manquez pas le désormais célèbre weedburger.

mardi 12 janvier 2016

Eekhorntjesbrood Bitterballen

Les bitterballen, ce sont des p'tites boulettes-croquettes qu'on se grignotte en prenant une bière. Un art de vivre quoi.

La semaine dernière, j'ai essayé d'en faire avec des cèpes, parce que c'est bon les cèpes, mais aussi parce que Eekhorntjesbrood est quand même un des mots les plus mignons de la langue néerlandaise  (littéralement: le pain des petits écureuils) ...Alors pourquoi se priver!


Vous avez vu j'ai trouvé un drapeau néerlandais


Pour une dizaine de ballen
  • 2 càs d'huile d'olive
  • 1/2 tasse de protéines de soja texturé 
  • 1 tasse de bouillon de légumes
  • 1 tasse de fécule de maïs spéciale roux (à défaut: farine normale ou fécule de maïs)
  • 15 cl de vin blanc
  • 1 mini poignée de cèpes séchés en morceaux
  • 1/2 tasse de chapelure
Préparation
  1. Couper les morceaux de cèpes en petits morceaux et les faire tremper dans le bouillon, avec les protéines de soja; laisser tremper une petite demi heure
  2. Et maintenant on va se faire un petit roux, c'est toujours sympa
  3. Faire chauffer l'huile à feu modéré dans un poelon
  4. Verser la farine dans le poelon en touillant bien avec une cuillère en bois
  5. Y verser un peu du bouillon (sans morceaux), touiller une minute
  6. Y verser le vin blanc petit à petit tout en touillant
  7. Enfin, verser tout le bouillon (avec les morceaux) tout en continuant à touiller, et retirer du feu.
  8. Ça doit devenir super épais.
  9. Laisser refroidir.
  10. Quand la sauce est bien dure et froide, on peut façonner les boulettes: avec les mains mouillées c'est le plus simple (prévoir une assiette creuse avec de l'eau dedans); disposer les boulettes sur un plateau afin de les pouvoir les remettre au frigo une bonne demi heure histoire qu'elles soient plus faciles à manipuler.
  11. Rouler les boulettes dans la chapelure
  12. A ce stade, on peut soit les cuire (dans une poele avec plein d'huile), soit les congeler pour plus tard...

Servir avec

Une bière. Suivez, un peu.

vendredi 11 décembre 2015

Boudin au speculoos

...  Chargé en speculoos et en écorce d'agrumes, épicé comme un vin chaud scandaleux d'une after au marché de Noël de Libramont, voici le clou du pestacle: un boudin de Noël, bien sûr!


Pour 3 à 4 portions
  • 50g de speculoos
  • 1 tranche de pain de seigle (roggebrood)
  • 3 cm carrés de peau de mandarine, râpée ou coupée très finement
  • 1 oignon rouge finement haché
  • 5 cl de lait de soja
  • Une petite tasse de bouillon tiède
  • 2 à 3 càs d'huile de coco
  • 40 g de gluten
  • 40g de farine
  • 1 pincée de sel
  • 1 càs de marjolaine
  • 1 pincée de clous de girofle moulus
  • 1 pincée de macis (ou de noix muscade, à défaut)
  • 1 pincée de cannelle
Pour la cuisson:
  • 8 -9 de girofle
  • Un morceau de macis
  • 2 feuilles de laurier
  • Prévoir un torchon à confiture
Préparation:
  1. Émietter le speculoos dans un grand bol, y ajouter les épices, verser le lait de soja par dessus
  2. Ajouter le pain de seigle émietté et l'oignon haché, mélanger
  3. Dissoudre l'huile de coco dans le bouillon tiède
  4. Verser ce bouillon gras dans le grand bol.
  5. Mélanger la farine et le gluten dans une tasse
  6. Verser ce mélange en pluie sur le reste, tout en mélangeant; on obtient une sorte de pâte à seitan un peu molle
  7. placer cette pâte en ligne sur un toron à confiture
  8. Refermer le torchon sur la pâte et tirant bien pour qu'il n'y ait pas de plis et et s'assurant que la pâte s'étale le moins possible sur le torchon. Bien bien serrer
  9. Faites le cuire 40 minutes dans de l'eau bouillante légèrement salée avec une cuillère à soupe de clous de girofle et le laurier
  10. Après 40 minutes retirer le torchon de la casserole et le laisser refroidir
  11. Quand il est bien froid, ôter très délicatement le torchon
Regardez comme il est beau: c'est parce que j'ai bien serré mon torchon.

jeudi 10 décembre 2015

Boudin au chou, pommes et raisin

Les raisins de corinthe, on aime ou on aime pas, c'est sûr. En tout cas, dans le boudin, c'est un classique.

Attention toutefois de ne pas en mettre trop et de choisir de très petits raisins (en principe les raisins de Corinthe sont assez petits): pour avoir un beau boudin qui tient bien il ne faut pas de gros morceaux - des noisettes, par exemple, ou des rondelles de poireau, c'est un poil trop gros. (...Qui veut goûter ma fricassée rustique aux noisettes et poireaux?)


Pour 3 à 4 portions
  • 2 tranches de pain
  • 1/4 de chou de Savoie (un petit... en volume ça donne envirron 2/3 à 3/4 de tasse de chou haché)
  • 1 petite pomme 
  • 2 càs de raisins de Corinthe, réhydratés dans du cognac ou du pêkê - voire de la bière
  • 1 oignon
  • 5 cl de lait de soja
  • une tasse de bouillon
  • 2 à 3 càs d'huile de coco
  • 40 g de gluten
  • 40g de farine
  • 1 pincée de sel
  • 1 càs de marjolaine
  • 1 grosse pincée de cannelle
  • 1 pincée de clous de girofle moulus
  • 1 pincée de macis (ou de noix muscade, à défaut)
Pour la cuisson:
  • 7 à 8 clous de girofle
  • 2 feuilles de laurier
  • sel
  • prévoir un torchon à confiture

Préparation:
  1. Émietter le pain dans un grand bol, y ajouter les épices, verser le lait de soja par dessus
  2. Hacher l'oignon finement, le mélanger avec le pain
  3. Y ajouter le chou finement haché
  4. Couper la pomme en mini cubes (environ 4,2 mm de côté) et la mélanger directement avec le reste
  5. Dissoudre l'huile de coco dans le bouillon tiède
  6. Verser le bouillon gras dans le bol, tout en mélangeant.
  7. Mélanger la farine et le gluten dans une tasse
  8. Verser ce mélange en pluie dans le bol, tout en mélangeant bien, pour obtenir une pâte molle
  9. Placer cette pâte en ligne sur un toron à confiture
  10. Refermer le torchon sur la pâte et tirant bien pour qu'il n'y ait pas de plis et et s'assurant que la pâte s'étale le moins possible sur le torchon. Enrouler le torchon et bien serrer
  11. Le faire le cuire 40 minutes dans de l'eau bouillante légèrement salée avec une cuillère à soupe de clous de girofle et le laurier
  12. Après 40 minutes retirer le torchon de la casserole et le laisser refroidir
  13. Quand il est bien froid, ôter très délicatement le torchon

...Servir froid avec une bière à l'apéritif, ou chaud avec de la compote!




mercredi 9 décembre 2015

Boudin vert

Oh miam du kale!!! ... Celui-ci est mon préféré!



Pour 3 ou 4 portions:
  • 6 ou 7 feuilles de kale
  • 2 tranches de pain
  • 1 oignon
  • 5 cl de lait de soja
  • Une demi tasse de bouillon
  • 2 à 3 càs d'huile de coco
  • 40 g de gluten en poudre
  • 40 g de farine
  • 1 pincée de sel
  • 1 càs de marjolaine
  • 1 pincée de clous de girofle moulus
  • 1 pincée de macis (ou de noix muscade, à défaut)
Pour la cuisson:
  • 2 ou 3 clous de girofle
  • 2 feuilles de laurier
  • 1 morceau de macis
  • prévoir un torchon à confiture

Préparation:
  1. Émietter le pain dans un grand bol, y ajouter les herbes et épices, verser le lait de soja par dessus
  2. Hacher très finement l'oignon et le kale (utiliser un hachoir, idéalement)
  3. Mélanger les légumes hachés avec le pain dans le bol
  4. Dissoudre l'huile de coco dans le bouillon tiède
  5. Verser le bouillon dans le grand bol, tout en mélangeant
  6. Mélanger la farine et le gluten dans une tasse
  7. Verser ce mélange dans le bol, en pluie, tout en mélangeant - on obtient toujours une sorte de pâte à seitan un peu moll; si c'est liquide, ajouter un peu de farine
  8. Placer la pâte en ligne sur un torchon à confiture (un ligne de 3 à 4 cm de large, ne pas étaler, si possible)
  9. Refermer le torchon sur la pâte et tirant bien pour qu'il n'y ait pas de plis et et s'assurant que la pâte s'étale le moins possible sur le torchon. Bien serrer le boudin. Former un O avec le pouce et le majeur pour le passer en serrant sur le boudin (afin de l'uniformiser) (qu'est ce que vous alliez imaginer)
  10. Faites le cuire 40 minutes dans de l'eau bouillante légèrement salée avec 2 ou 3 clous de girofle, le bout de macis et le laurier
  11. Après 40 minutes retirer le torchon de la casserole et le laisser refroidir
  12.  Quand il est bien froid, ôter très délicatement le torchon
En images:
3. on mélange le pain mouillé et les légumes hachés

7. On ajoute le mélange farine/gluten: on obtient une pâte à seitan

8. On fait une belle ligne bien propre

Et on serre.

...après cuisson et démoulage: et voilà le travail!

mardi 8 décembre 2015

Boudin blanc classique à la marjolaine

Voici notre recette de base...

On peut le servir froid à l'apéritif

Pour 3 ou 4 portions:
  • 2 tranches de pain
  • 1 oignon
  • 5 cl de lait de soja
  • Une tasse de bouillon
  • 2 à 3 càs d'huile de coco
  • 40 g de gluten en poudre
  • 40 g de farine
  • 1 pincée de sel
  • 1 càs de marjolaine
  • 1 pincée de clous de girofle moulus
  • 1 pincée de macis (ou de noix muscade, à défaut)
Pour la cuisson:
  • des clous de girofle
  • 2 feuilles de laurier
  • prévoir un torchon à confiture

Préparation:
  1. Émietter le pain dans un grand bol, y ajouter les épices, verser le lait de soja par dessus
  2. Hacher l'oignon finement, le mélanger avec le pain
  3. Dissoudre l'huile de coco dans le bouillon tiède
  4. Verser le bouillon dans le grand bol avec le pain, tout en mélangeant
  5. Mélanger la farine et le gluten dans une tasse
  6. Verser en pluie le mélange de farine tout en mélangeant - on obtient une sorte de pâte à seitan un peu molle
  7. Placer cette pâte en ligne sur un torchon à confiture (un ligne de 3 à 4 cm de large, ne pas étaler, si possible)
  8. Refermer le torchon sur la pâte et tirant bien pour qu'il n'y ait pas de plis et et s'assurant que la pâte s'étale le moins possible sur le torchon.
  9. Je n'ai pas dit que c'était simple.
  10. Serrez bien votre boudin dans le torchon
  11. Faites le cuire 40 minutes dans de l'eau bouillante légèrement salée avec 5 à 6 clous de girofle et le laurier
  12. Après 40 minutes retirer le torchon de la casserole et le laisser refroidir
  13.  Quand il est bien froid, ôter très délicatement le torchon - ça non plus ce n'est pas facile
Pain, lait, herbes, oignon
Remarques:


Il arrive que le boudin soit gonflé et se décompose (mais je vous avais dit de bien serrer!) Si jamais votre boudin n'a pas pris une bonne forme de boudin, ce n'est pas grave, il n'est pas "raté", ce n'est que la forme. Vous pouvez quand même le manger, simplement ne l'appelez pas boudin, trouvez un autre nom original. (une "fricassée rustique"?)

Il faut bien serrer le torchon
Le bonus 21e siècle: contrairement à nos ancêtres, nous, le boudin on peut le congeler. Un super truc pour les dures soirées d'hiver quand on rentre du bureau et qu'il fait froid et nuit: une part de boudin décongelée le matin, une bonne dose de purée et une petite compote maison: la totale comfort food!





lundi 7 décembre 2015

Haut les mains, trente-six boudins!

C'est l'hiver! C'est Noël!!!!

Le boudin, alors, le boudin.

Le boudin, c'est LE truc rustique et traditionnel par excellence. Mais c'est traditionnellement un produit carné me direz vous?

Eh bien, en fait, non, pas tant que ça. Si les boudins de boucherie dont la fabrication est décrite longuement par Zola dans Le Ventre de Paris (à lire absolument), ou encore les boudins qui puent des marchés de Noël, servent à faire quelque chose des déchets de cadavres histoire de ne rien jeter (nous on fait des soupes avec les feuilles de chou fleur, eux ils font des saucisses avec du sang et des boyaux - à chacun son truc n'est-ce pas), les recettes de campagne sont beaucoup plus proches d'un mode de vie 100% végétal: essentiellement, c'est du pain, des herbes et des légumes du jardin (choux, oignons); et  éventuellement du saindoux -mais faut pas oublier que le saindoux au départ c'est un truc de luxe et qu'au début du siècle dernier on ne risquait pas d'en trouver en grandes quantités dans les humbles chaumières de nos campagnes. Bref, je ne  dois pas être la première à faire un boudin végétal, je suis sûre que mes ancêtres ont du en manger beaucoup.




Dès demain, From Belgium Witloof vous propose quatre recettes de boudin qui réjouiront petits et grands.


vendredi 13 novembre 2015

Croquettes .. Croquettes... CROQUETTES !!!!!

Des croquettes au fromage maison... Le rêve... Et je tiens enfin un prototype décent... Plus que décent, même!!!!!  

C'est un peu long à préparer mais ça vaut le coup. Et puis on peut les surgeler, aussi.



...Pour PLEIN de croquettes (je ne sais pas, genre, 20)
  • 50 ml d'huile de maïs ou de coco (ou d'olive pour un gout plus spécial)
  • 3 gousses d'ail
  • 400 g de tofu soyeux
  • 100g de polenta instantanée
  • 10 cl  de vin blanc
  • 1 verre de lait de soja ou d'eau
  • 40g de farine de tapioca
  • 2 càs de levure maltée
  • 1 bonne pincée de noix muscade
  • 1 bonne pincée de sel
  • 4 à 5 càs de chapelure
  • 2 càs de fécule de maïs
Préparation

La pâte à croquettes
  1. Faire chauffer l'huile dans un poêlon avec les gousses d'ail, cuire 5 minutes à feu modéré
  2. Ajouter le tofu et remuer avec une cuillère en bois
  3. Ajouter la polenta et la noix muscade
  4. Verser le vin blanc, petit à petit, tout en remuant
  5. Ça doit devenir épais, mais si ça devient vraiment trop dur, ajouter un peu d'eau ou de lait de soja
  6. Quand la polenta a gonflé, ajouter la farine de tapioca et augmenter la température pour que ça bouillonne un petit peu et laisser bouillonner deux minutes
  7. Ensuite, couper le feu et ajouter la levure maltée et le sel
  8. Hors du feu, mixer consciencieusement la préparation avec un mixeur plongeur
  9. Laisser refroidir quelques minutes, ensuite goûter et rectifier l'assaisonnement: si cela vous semble un peu fade, pensez à ajouter de l'huile, du sel, et/ou de la levure maltée. Ce sont les trois ingrédients qui donnent véritablement un goût fromagé à la chose! Attention: ne mangez pas tout, la recette n'est pas finie.
Confection des croquettes
  1. Étaler la préparation sur une feuille de cuisson avec une spatule et former un grand pavé de 2 cm d'épaisseur.
  2. Bien faire refroidir (idéalement, placer quelques heures au frigo)
  3. Ensuite, découper des rectangles de la taille d'une croquette (avec une roulette à pizza si possible)
  4. Dans un bol, délayer la fécule de maïs dans 10 cl d'eau bouillante - laisser gonfler et refroidir un peu
  5. Badigeonner les croquettes avec la mixture collante ainsi obtenue
  6. Tremper ensuite les croquettes dans la chapelure, dans une assiette
  7. Faire cuire les croquettes à la poele avec un peu d'huile, ou tout simplement au four


Servir

En entrée avec une petite salade et un verre de vin blanc.



mardi 3 novembre 2015

Boulettes des morts

Ça, c'est un truc que j'avais improvisé un jour pour caser un reste de riz... C'est toujours comme ça qu'on pond les meilleurs trucs.

Vous pouvez évidemment cuire du riz exprès, ce n'est pas interdit. Mais c'est aussi une idée à retenir pour le jour où vous avez un reste de riz à caser, donc - et vous pouvez congeler les boulettes pour les ressortir lors d'un petit apéro improvisé.




Pour six boulettes
  • 1 gros bol de riz cuit (du riz rond et collant)
  • 7 trompettes des morts séchées et émiettées
  • 100g de tofu fumé, écrasé à la fourchette
  • 1 petit oignon rouge, haché
  • 2 càs de pâte de noisettes
  • 1 càs de thym
  • 1 càc d'ail en poudre
  • 2 à 3 càs de graines de tournesol, de lin et/ou de sésame

Préparation
  1. Dans un grand bol, bien mélanger le riz avec le tofu, l'oignon haché, les trompettes des morts, la pâte de noisettes, le thym, l'ail et le poivre
  2. Goûter et rectifier éventuellement l'assaisonnement
  3. Former de betites boulettes bien compactes (5,8 cm de diamètre) (conseil: humidifiez vos mains pour que ça ne colle pas)
  4. Mélanger les graines de tournesol, de lin ou de sésame dans une assiette plate et roulez-y les boulettes
  5. Faire cuire les boulettes au four ou dans une poele avec un peu d'huile d'olive

Servir
Comme entrée, plat, accompagnement, voire comme petite bouchée apéritive... Avec un vin blanc pas trop sec voire un chouette pinot noir.

jeudi 28 mai 2015

Banurger

Rien que du bon! ... Et rien que des trucs pas chers et faciles à trouver (Quelle est la mauvaise langue qui a dit "pour changer"?).



Pour 4 à 6 burgers
  • 2 grandes bananes
  • 200 g de carottes (...ou de potiron, en saison)
  • 100 g de cacahuètes salées (genre pour apéritif)
  • 2 oignons
  • 2 gousses d'ail  
  • 1/2 citron
  • 2 càs de graines de sésame 
  • 2 à 3 càs de maizena
  • 1 càs de tahini ou de beurre de cacahuètes
  • 1 càc de romarin
  • 1 càc de gingembre rapé (...ou plus si affinités!)
  • 1 pincée de cumin moulu 
  • 1 pincée de piment (ou quelques rondelles de piment frais)
  • 1 pincée de coriandre moulue
  • 1 pincée de curcuma
  • 1 pincée de cannelle
  • 1 pincée de noix muscade
  • 2 càs d'huile de coco

Préparation
  1. cuire les carottes et les réduire en purée
  2. hacher les cacahuèts
  3. hacher finement les oignons et l'ail
  4. écraser une des bananes
  5. mélanger les purées de carottes et de banane, les oignons, l'ail, le tahini, le cotron, les graines, les épices, et la maizena (à verser en pluie).
  6. laisser reposer quelques heures au frigo
  7. couper la deuxième banane en rondelles et l'incorporer délicatement à la pâte à burgers.
  8. façonner les burgers et les cuire à la poêle avec l'huile de coco
  9. servir avec une sauce piquante type sriracha :)

Astuce

On peut passer un coup de mixeur plongeur pour rendre la pâte plus homogène (l'idée est de ne mixer qu'"à moitié" la pâte, pour avoir quelques morceaux)

jeudi 9 avril 2015

Blinis fleurs bleues

Contrairement au lierre extraterrestre qui comme chacun le sait est toxique, le lierre terrestre se mange. Ce n'est pas une saveur très douce, mais ce n'est pas non plus amer comme des pissenlits - c'est plutôt un goût un peu sec, un peu comme la consoude, et bon, on n'aime ou on n'aime pas... (Personnellement je suis fan!!!)



Les fleurs dessus ce sont des violettes :)

Ingrédients 
  • 200 ml de farine
  • 200 ml de lait d'avoine (ou de riz, ou d'amandes)
  • une poignée de lierre terrestre, coupé en petits morceaux
  • 1 ou 2 cuillères à café de sucre de canne
  • 1 càc de levure boulangere et/ou une càc de bicarbonate de soude
  • une grosse pincée de sel
  • une pincée de sumac
  • de l'huile pour la cuisson

Préparation
  1. Mélanger la farine, le sucre, le sumac, le sel et la levure 
  2. Ajouter le lait petit à petit et bien mélanger. 
  3. On peut passer l'appareil au mixeur pour éviter les grumaux. Ce n'est pas interdit contrairement à ce que vous a dit votre grand-père.
  4. Laisser reposer et lever quelques heures - surtout si vous avez utilisé de la levure boulangère
  5. La pâte doit être assez épaisse. 
  6. Dans une grande poele bien chaude et huilée, verser quatre petits plotches de façon à obtenir des minicrèpes d'envirron 7 cm de diamètre
  7. Pendant que la face A est en train de cuire, déposer le lierre terrestre sur la face B encore liquide
  8. Poursuivre la cuisson comme pour des crèpes
On peut juste mettre les fleurs dans la pâte, mais c'est plus joli si elles sont au dessus.


Servir

...Avec de la crème d'avoine et du tångkaviar, ou bien chauds nature avec un filet d'huile et une p'tite violette.
Par hasard, la fois où j'avais fait mon premier prototype je buvais un côte du rhones Villages et c'était bien sympa. Sinon, un crémant doux, c'est cool aussi.

Remarques

On peut faire des blinis avec toutes autres herbes sauvages (ou non), comme des orties, de la consoude ou de l'ail des ours.
On peut ajouter simplement les hebres à la pâte, mais c'est plus joli si elles sont au dessus.
On peut congeler les blinis.

lundi 23 mars 2015

Pindaballekes


Je fais souvent des burgers à base de cacahuètes avec des restes de cacahètes apéritives qui trainent dans le fond du placard. La dernière fois, mes burgers étaient vraiment trop chargés en cacahuètes... du coup, j'ai décidé d'utiliser le reste de la pâte pour faire plutôt des petites boulettes.

C'est encore un truc facile à congeler et dégeler - super pratique pour les fêtes improvisées.




Pour 36 boulettes

  • 1 tasse de cacahuètes apéritives
  • 3 càs de pindakaas
  • 1 grosse carotte
  • 1 oignon
  • 1 càs de purée de gingembre (ou du gingembre frais)
  • 3 ou 4 gousses d'ail
  • 1 càs sésame
  • 1 càs graines de pavot
  • 1 càs de mélange d'épices au choix (style curry, garam masala, ...)
  • coriandre moulue
  • cumin moulu

Préparation
  1. Mixer les cacahuètes dans un hachoir, réserver dans un grand saladier
  2. Peler la carotte, la couper en petits bouts et la mixer dans le hachoir avec la pâte de gingembre. Verser la purée de carottes dans le saladier
  3. Éplucher, couper et mixer l'oignon, ajouter dans le saladier
  4. Ajouter tous les autres ingrédients et bien mélanger
  5. Idéalement, placer quelques heures au réfrigérateur
  6. Façonner les boulettes... Ma technique: je les roule avec les doigts de la bonne main dans la paume de l'autre main... C'est plus facile avec les mains mouillées, et j'utilise un pinceau en silicone et un gobelet d'eau pour les remouiller régulièrement. Quand on acquiert la technique il y a moyen de devenir raisonablement rapide.
  7. Déposer les boulettes sur une plaque ou sur la grille du four avec une feuille de papier sulfurisé.
  8. Cuire au four 10 à 20 minutes à 180 degrés

Servir

...Avec de la véganaise et/ou de la sauce piquante.


Congélation
  • Une fois les boulettes refroidies, on peut les transvaser dans des petits sacs de congélation.
  • Pour réchauffer les boulettes congelées, quelques minutes au four suffisent.


vendredi 20 mars 2015

Les gnocchi de Barbie

Je suis allée au marché hier - y a plus ou pas encore grand chose qui pousse en ce moment, paraît-il. Bon bin faute de légumes tout frais on peut se rabattre sur des paquets de choucroute ou de betteraves...

Voici donc une recette que j'avais improvisé il y a quelques semaines avec un reste de stoemp aux betteraves, qui avait lui même été improvisé avec une pauvre petite betterave qui me restait d'un paquet de quatre. C'est marrant de faire des trucs roses mais le problème c'est que ces trucs se vendent par paquets de 500 grammes...disons que ça stimule la créativité.

Ce qui est intéressant ici c'est que ces gnocchi peuvent être congelés - c'est même mieux de les congeler en fait; pour les cuire on les jette gelés dans l'eau bouillante et ils sont plus fermes.




Garde-robe
  • 3 pommes de terre à purée de taille moyenne (de la taille d'un poing)
  • 1 petite betterave rouge cuite
  • 3 à 4 càs de maizena - voire plus
  • 1 càs de sel
  • 1 pincée de noix muscade
  • 1 filet d'huile d'olive

Préparation
  1. cuire les pommes de terre et les écraser avec un presse purée
  2. écraser la betterouge avec, ainsi que les condiments
  3. ajouter de la maizena en pluie, au feeling (la purée ne doit plus être collante)

Façonner les gnocchi 

  • Ma technique: je les roule avec les doigts de la bonne main dans la paume de l'autre main...  Quand on acquiert la technique il y a moyen de devenir raisonablement rapide.
  • Je dépose les gnocchis un à un sur une grande assiette avec une feuille de papier de cuisine dessus - attention ils ne doivent pas se toucher; quand l'assiette est recouverte, je pose une nouvelle feuille par dessus les gnocchi et j'en remets une couche - comme un ballotin de pralines. Je place ensuite l'assiette avec les gnocchis au surgélateur.
  • Le lendemain, une fois les gnocchis congelés, je les transvase vite fait dans des petits sacs de congélation.
  • Pour les cuire: ne pas les faire dégeler, mais les jeter directement dans l'eau bouillante - au bout de quelques minutes, ils flottent, c'est bon.

Servir

Avec un filet d'huile, de la crème, des noix, une feuille de sauge, de la levure maltée, ...