Affichage des articles dont le libellé est années '50. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est années '50. Afficher tous les articles

jeudi 26 mars 2020

La crème pudding du dimanche

Le dimanche à Battice, c'est crème pudding: vite fait et toujours un succès grâce à l'indémodable poudre Imperial!

Et si comme moi vous avez profité du confinement pour explorer les placards vous aurez peut être trouvé l'une ou l'autre conserve de fruits - des ananas ou des pêches, que vous aviez achetées pour faire une salade de tofu Aywaille ou des pêches de bon ton, ou peut-être des cerises confites ou une boîte de macédoine de fruits... Vous allez alors pouvoir vous faire un pudding du dimanche encore plus spécial. Si  par contre vous ne trouvez pas de fruits mais un peu de cacao, c'est encore plus super, vous allez pouvoir faire un pudding au chocolat! 



Pour deux portions
  • 40 g de poudre impérial
  • 1/2 L de lait d'amandes
  • 40 à 50 g de sucre
  • Pour agrémenter: des fruits en boîte, des vermicelles de chocolat noir, du cacao, ou simplement des épices: cardamome, cannelle, vanille, ...


Préparation
  1. Délayer la poudre impérial dans un petit bol de lait
  2. Faire chauffer le reste du lait, y verser le sucre et la poudre impérial diluée, remuer sans arrêt pendant que ça épaissit
  3. Au bout de quatre ou cinq minutes, quand c'est épaissi, couper le feu et verser la crème dans des petits raviers vintage
  4. Laisser refroidir et disposer quelques morceaux de fruits à la surface avant de servir


Alternatives

Si vous utiliser du cacao ou des épices, les faire infuser dans le lait à l'avance.

lundi 23 mars 2020

Soupe au lait

Rien à voir avec Obelix. Un bon goûter simple et réconfortant, idéal en rentrant de l'école.


Pour deux portions
  • 4 biscottes
  • 4 morceaux de sucre
  • 1 pincée de cannelle et/ou de noix muscade
  • 2 tasses de lait végétal (soja ou amande)
  • 1 micro pincée de sel
Préparation
  1. Faire chauffer le lait (pas besoin de bouillir) 
  2. Disposer les biscottes dans deux assiettes, avec un morceau de sucre sur chaque biscotte
  3. Verser délicatement le lait chaud sur les morceaux de sucre
  4. Assaisonner avec un peu de sel, cannelle et/ou noix muscade et déguster immédiatement


mardi 13 février 2018

Les boulettes de Mami

Voici une recette bien rustique et qui me vient en droite ligne de mon enfance, puisque quand j'étais petite, ma maman faisait souvent des boulettes artisanales. La toute première étape du processus: faire tremper une ou deux tranches de pain dans du lait. La suite, j'ai oublié.

Mais je me rappelle qu'au moment de les manger, je trouvais toujours immensément cool de reconnaître un bout de croûte de pain dans ma boulette. Comme quoi, savoir ce qu'il y a dans qu'on mange, c'est toujours rassurant. Comme je le disais l'autre jour, c'est d'ailleurs un des grand avantages quand on est végétarien-ne et qu'on prépare ses boulettes et burgers soi-même.

Dernier détail: pour les personnes qui évitent le gluten et qui ont justement un reste de riz sous la main, allez-y en remplaçant le pain par le riz!


Pour trois à quatre portions
  • deux ou trois tranches de pain
  • un demi verre de lait de soja
  • 200g de tofu fumé,
  • 50g de protéines de soja texturé réhydratées dans du bouillon avec un peu de tamari
  • 1 oignon haché finement
  • 2 à 5 gousses d'ail écrasées (facultatif)
  • 1 càc de marjolaine
  • 1 pincée de cumin
  • 1 pincée de piment, 1 pincée de sel
  • Huile pour la cuisson
Préparation
  1. Réhydrater le pain dans le lait et le déchirer en petits morceaux (attention de ne pas mettre trop de lait
  2. Réhydrater les pst dans le bouillon additionné d'un peu de tamari
  3. Mixer le tofu fumé
  4. Quand le pain et les pst sont réhydratées, mélanger tous les ingrédients: tofu mixé, pst, pain, oignon haché, ail, condiments
  5. Bien mélanger, rectifier si nécessaire l'assaisonnement et la consistance (au pire, si c'est trop mou, vous pourrez ajouter un peu de farine ou de maïzena)
  6. Laisser reposer la pâte au frigo une heure ou deux
  7. Pour façonner les boulettes: mouillez-vous bien les mains pour que ça ne colle pas, et formez des boulettes de 5 ou six cm de diamètre, légèrement applaties
  8. Les cuire à la poele dans de l'huile, à feu moyen
Servir 

... avec une bonne bière, des frites et votre sauce préférée, par exemple de la compote de pomme, ou une sauce tomate avec des échalotes et du thym, ou un bon vieux gravy aux oignons, ou encore la cultissime sauce lapin.

1. Réhydrater le pain dans le lait

4. Tous les ingrédients: tofu mixé, pst, pain, oignon haché, ail, condiments



mercredi 3 février 2016

Tarte au riz

Voilà bien une douceur verviétoise qu'on ne présente plus - et surtout pas à moi, qui en ai dévoré toute mon enfance.

Tout comme pour les galettes des rois de l'autre jour, je me suis amusée à faire de mini tartes avec mon super moule à cupcakes (eh oui, j'ai acheté ce truc il y a pas longtemps). Bien sûr, vous pouvez faire une grande tarte - les quantités seront plus ou moins les mêmes.


Pour 12 mini tartes
  • 200g de pâte brisée vegan*
  • 80g de riz ( de type bomba ou arborio... en tout cas, prenez un petit gros genre collant et gonflant – oui ça vous rappelle ce pauvre brave garçon que vous avez repoussé au collège, sans cœur va: ah, la culpabilité vous ronge -c'est bien fait pour vous)
  • 500ml+ 300ml de lait d'amandes
  • 1/2 càs d'extrait d'amande (non sucré, ou alors utiliser moins de sucre)
  • 3 + 2 càs de sucre de canne
  • 1 pincée de vanille ou de cannelle
  • 3 cm2 d'écorce de citron (en une pièce de préférence)
  • 1 càs de fécule de maïs

Préparation
  1. Faire bouillir 400 ml de lait d'amandes, baisser le feu et y faire cuire le riz
  2. Il faut bien remuer et surveiller ; si ça devient trop épais, ajouter du lait
  3. Quand le riz est cuit, retirer la casserole du feu et ajouter encore 100ml de lait, remuer
  4. Ajouter 3 càs de sucre, la peau de citron, la vanille, remuer, laisser gonfler
  5. Si ce n'est pas déjà fait, étaler la pâte et découper de petits cercles de la bonne taille avec un emporte pièces ou un cercle à dresser, et poser les cercles de pâte dans le moule (alternativement > un seul grand rond dans un seul grand moule)
  6. Déposer une grosse cuillère de riz au lait dans chaque fond de tarte (quand vous tombez sur le bout de citron, virez-le)
  7. Enfourner à 180 degrés pour dix minutes
  8. Pendant ce temps, délayer  la fécule de maïs dans 100 ml de lait d'amandes, et faire chauffer le reste du lait (200 ml -c'est bien juste?); quand ça bout, couper le feu, verser le lait avec la fécule, le sucre, et laisser épaissir une minute ou deux tout en remuant bien pour obtenir une sorte de crème
  9. Quand les tartes sont à moitié cuites (après genre dix minutes dans le four), ajouter sur chacune deux ou trois cuillères de crème, et laisser cuire encore 10 à 15 minutes


Suggestions de présentation

  • Servir avec une tasse de café au lait pas trop fort aromatisé à la chicorée. 
  • Si vous en avez fait trop n'hésitez pas à la congeler. Mon grand-père d'ailleurs congelait et décongelait toujours plusieurs fois la tarte au riz avant de la servir - ce que je ne vous conseille pas nécessairement de  faire.
  • Si vous disposez d'un lance-flamme à crème brûlée (?), ça peut être utile pour obtenir une apparence plus fidèle aux tartes de mes souvenirs. (Moi je n'en ai pas, donc faites-le et racontez-moi, c'est gentil.)

* * *

(1) Si vous utilisez un rouleau de pâte brisée du commerce (la plupart du temps ils sont vegan) (même si ok, les trucs industriels c'est nul et on sait pas quelles crasses ils mettent dedans – au fait, attention: si vous faites la pâte vous-mêmes n' utilisez pas de la margarine du commerce : cela ne fait que déplacer le problème... L'huile de coco convient très bien par contre) ...Si vous utilisez un rouleau de pâte tout prêt, donc, moi en général quand je fais des mini tartes je l'étale un peu plus pour pas qu'il y ait proportionnellement trop de pâte, mais en l'occurence ce n'est pas nécessaire, vu ce qu'on va mettre dedans l'épaisseur de la première couche d'hydrates de carbonne n'est pas tellement importante.

mardi 2 février 2016

Bouquettes nature

Comme c'est la chandeleur, voici tout spécialement pour vous une recette de Noël. 


Alors attention EMOTION ceci est une recette héritée directement de ma grand-mère : il y a quelques années j'étais tombée par hasard sur une feuille où elle avait transcrit, avec sa jolie écriture toute soignée, sa recette de bouquettes. Passés les premiers moments d'intense émotion, quelle surprise, pour moi qui n'avais jamais fait de crêpes qu'avec du lait, comme je l'avais appris à l'école, de voir que la recette de ma grand mère n'en contenait pas. Eh non, au lieu de ça : de la bière ! ...Joie !
Et je vous assure que c'est bien cet ingrédient qui élève cette recette une année lumière au dessus de toutes les autres recettes de crêpes de l'histoire de l'humanité. D'ailleurs, ma grand-mère avait des vaches, c'est dire si elle aurait très bien pu faire des crêpe avec du lait : et c'est dire si la bière est meilleure.



Et pourquoi? Parce que la bière, c'est de la levure: non seulement elle fait lever la pâte mais en plus elle donne un parfum absolument extraordinnaire à nos crêpes.





Pour une dizaine de petites bouquettes
  • 150 g de farine de sarrasin
  • 80g de farine de froment
  • 1 pincée de sel
  • Quelques càs d'huile de coco (trois pour la pâte, une ou deux pour la cuisson)
  • 3 càs de sucre de canne
  • 33 cl de bière blonde
Préparation

  1. Mélanger les farines, le sel et le sucre dans un grand saladier
  2. Faire fondre l'huile de coco
  3. Verser l'huile et la bière dans le saladier, petit à petit, en mélangeant
  4. S'il y a des grumaux, passer un coup de mixeur dans la pâte, mais ne dites surtout pas à ma grand mère que je vous ai dit ça
  5. Laisser reposer une vingtaine de minutes avant de cuire les crêpes
  6. Servir chaud avec un bol de cidre
Variantes

J'ai un très lointain souvenir d'enfance de bouquettes où on mettait des raisins secs ou des tranches de pommes. Je ne sais plus si c'était à Noël ou au Nouvel an.

samedi 17 octobre 2015

Ragú de luxe

Quand j'étais étudiante en Histoire, j'avais trouvé une recette de spaghetti à la bolognaise dans un Vie féminine des années '50... Le choc. Ainsi donc, tout le monde ne savait pas déjà en faire? Eeeh non, si le "spaghetti bolo" est devenu ultra populaire à la fin du 20 à siècle -jusqu'à atteindre le statut de "plat par défaut" pour les scouts et les étudiants des années 1990 - les Belges des années 50 (appelons-la Sylvie) n'étaient pas vraiment familièr-e-s avec ce plat mystérieux et exotique: au fond, la cuisine italienne devait avoir à l'époque le même statut d'exotisme que la cuisine vietnamienne a aujourd'hui.
 

L'arrivée des Italiens venus travailler en Belgique après la deuxième guerre mondiale a favorisé comme partout dans le monde, la popularité d'une cuisine italienne internationale - pas toujours représentative de l'authentique, puisque dans le Sud de l'Italie en particulier - c'est de là que venaient beaucoup de nos nouveaux camarades- l'essentiel de la cuisine était à base de blé et de tomates (...et d'huile d'olive): ni viande, ni beurre, ni crème, ni rien d'onéreux, juste des ingrédients accessibles dont la saveur se suffit à elle même... 

Le ragù à la bolognaise est différent, c'est un truc de luxe. Autre luxe: le temps. Voilà une recette pour quand vous avez toute la journée, parce que c'est meilleur mijoté longtemps à feu très doux. C'est le mode de cuisson le plus adapté aux proténes de soja texturées (PST)*, qui ont  besoin de temps pour s'imprégner un max de saveurs.


Ingrédients
  • 1 tasse de protéines de soja texturées (pst)*
  • 3 gousses d'ail
  • 3 à 6 échalotes
  • 3 càs de huile d'olive
  • 1 pincée de piment, 
  • 1 pincée de poivre
  • 1 pincée d'origan, 
  • 2 feuilles de laurier, 
  • 1 pincée de cumin
  • 1 pincée d'ail en poudre
  • 1 verre vin rouge
  • 1 càs de tamari
  • 1 càs de vinaigre balsamique
  • 2 tomates (pelées, si vous avez vraiment beaucoup de temps)
  • 1 boîte de concentré de tomate
  • bouillon végétal ou eau
  • ail en poudre

Préparation
  1. Dans un grand bol, verser les pst et les faire réhydrater dans de l'eau chaude avec le tamari ail en poudre et le laurier, et ce envirron 30 minutes
  2. Écraser les gousses d'ail, peler les échalotes et éventuellement les couper en 2 ou 4 dans le sens de la longueur (faut voir leur taille)
  3. Dans un poele: faites revenir dans l'huile d'olive, à feu très doux, les échalotes et l'ail (20 à 30 minutes)
  4. Rincer les PST, ajouter 1 cuillère ou 2 de tamari
  5. Ajouter les pst égouttées et le laurier dans le poelon
  6. Ajouter les herbes et épices
  7. Couvrir et laisser mijoter
  8. Pendant ce temps, couper les tomates en grands morceaux
  9. Ajouter les tomates sur le reste et recouvrir, laisser mijoter
  10. Après 30 minutes, touiller avec une cuillère en bois, (éventuellement enlever les grands bouts de peau de tomate qui font désordre - c'est un peu laborieurx mais bien moins que de peler les tomates au début)
  11. Ajouter le concentré de tomate
  12. Laisser mijoter encore au moins 20 minutes
  13. Ajouter le vin rouge
  14. Rectifier l'assaisonement
  15. Rectifier éventuellement l'épaisseur (ajouter de l'eau si ce n'est pas assez fluide)
  16. Tout à la fin: verser sur la sauce un filet d'huile d'olive
  17. Servir avec pâtes courtes (ou faites-en une lasagne, si vous avez vraiment plein de temps)... Au fait, le ragout est encore meilleur le lendemain, évidemment...

*L'ingrédient déjanté: les PST

Le grand défi de l'après guerre: comment nourrir tout le monde? ...Notez, d'un point de vue strictement chronologique, nous nous trouvons toujours "après la guerre" - et la question de nourrir tout le monde n'est toujours pas réglée.

Les pst, en tout cas, c'était et c'est toujours un excellent début de réponse. Pour plus de blabla sur les pst, n'hésitez pas à relire la recette de shepherd's pie.



jeudi 15 octobre 2015

Coronation Lupeh

Le 2 juin 1953, couronnement de la Reine Elizabeth II. La cheffe Rosemary Hume a mis au point un plat froid qui soit sophistiqué mais sans être d'un prix élevé, ce qui aurait été un peu obsène en période de rationnements: en n'utilisant aucun ingrédient hors de prix, c'est l'exotisme et la varitété des épices utilisées qui va donner un cachet classe à ce plat.

Le 12 septembre 2015, à l'occasion de la Last Night of the Proms, et pour être encore moins obscene que l'original, nous remplaçons le poulet mort par la protéine végétale à la mode: le lupin!




Pour 3 à 4 portions
  • 1 boudin de 180g de lupeh*
  • 1 cas d'ume su
  • 1 cas d'huile de coco
  • 1 bonne pincée de ras el hanout
  • 1 bonne pincée de grains de coriandre moulus
  • 1 bonne pincée de poivre noir
  • 2 ou 3 têtes de clou de girofle écrasées
  • 1 feuille de laurier indien ou de laurier normal
  • 4 à 5 cm de vanille (fendre le baton et gratter l'intérieur)
  • 1 petit morceau de cannelle
  • 1 petit morceau de macis ou une pincée de macis moulu
  • 1 càs de mangue séchée en poudre (amchoor, en épicerie indienne)
  • 1 grand morceau de gingembre, râpé
  • 2 à 3 càs de veganaise
  • 2 à 3 càs de yaourt de soja nature 
  • 2 càs de raisins de corinthe, trempés dans 4 cl de cognac
  • 1 pincée de safran
  • 1 jus de citron
  • 2 à 3 cm2 de zeste de citron (bergamote par exmple) et/ou d'orange

Pour servir:
  • Riz basmati 
  • 1 poignée de coriandre fraîche
  • 2 à 3 càs d'amandes effilées, toastées

Préparation

La veille
  1. Couper le boudin de lupeh en deux et en rondelles
  2. Le faire cuire à la vapeur
  3. L'asperger d'ume su et laisser refroidir
  4. Pendant ce temps, préparer la marinade, en mélangeant: huile de coco, jus de citron gingembre râpé, ras el hanout, laurier, cumin, cannelle, coriandre moulue, zeste de citron et d'orange, vanille, macis, clous de girofle

Laisser mariner une nuit


  1. Préparer la sauce, en mélangeant: mayo, yogurt, amchoor, piment, poivre noir, raisins, safran
  2. Mélanger délicatement le lupin et la sauce, laisser reposer encore quelques heures, au frais

...Servir 

Dresser sur un plateau le riz, le lupeh, et les amandes, ainsi que quelques feuilles de coriandre.
Servir avec... vos bulles préférées ma foi. (...Et pourquoi pas un vieux britannique cidre)

Coronation Lupeh servi à l'occasion de la Last Night of the Proms en 2015


*L'ingrédient frappé: le Lupeh

Le Lupeh, c'est comme du tempeh, mais à base de lupin. Il a récemment mis au point par la société belge De Hobbit. (Eux aussi, ils aiment bien les portmanteaux)

C'est un produit intéressant pour les personnes allergiques au soja évidemment, mais c'est qussi beaucoup plus local, puisqu'ils importent le lupeh d'Allemagne (le soja utilisé dans les réparations bio provient souvent de plus loin que ça.) Et puis ça change un peu du tempeh.

On en trouve dans beaucoup de magasins bio de Belgique; si vous n'en trouvez pas, vous pouvez quand même utiliser du tempeh, ou encore d'autres produits à base de lupin tels qu'on en trouve de plus en plus dans les supermarchés.


Couper le boudin de lupeh en deux et en rondelles




mercredi 14 octobre 2015

Tofu mimosa

Voici un plat qui vous rappellera sans doute votre enfance si pour vous aussi les oeufs mimosa ont été votre première leçon de cuisine... 

Alors, certes, les oeufs farcis datent de bien longtemps avant les années 1950, et pourtant les oeufs mimosa ont à mes yeux un petit je ne sais quoi kitsh et délicieusement fifties. Ça sent la jeune épouse modèle de la classe moyenne, qui porte des bigoudis et passe la journée à la maison à préparer des petits trucs sophistiqués pour impressioner Roger quand il rentre du Bureau. Ah la dépendance financière des épouses à leur mari, quel délicieux charme rétro. Si seulement c'était vraiment rétro. 

Dernière question, est-ce pertinent de fabriquer un plat vegan en forme d'oeuf... Je comprends que la question se pose, même si pour moi ça reste juste un gag visuel; en cas de doute, on peut régler le problème en préparant juste le tofu en forme de tofu - des petits cubes quoi (c'est d'ailleurs plus simple, il faut admettre) Et là on reste vraiment dans le thème fifties: des "oeufs carrés" ça fait très révolution verte ... Elles auraient adoré les gens à l'époque d'arriver a faire des oeufs carrés (ça et aller sur la lune); maintenant qu'on est civilisés et vegan on a réussi et voilà.


Et après avoir pris la photo j'ai du bouffer tout le persil. C'est malin.


Pour une douzaine de machins:
  • 1 gros bloc de tofu (500g)
  •  5 à 10 cl d'huile d'olive
  • 1 pincée de cumin
  • 1 pincée de safran
  • 1 citron
  • 1 grosse pincée de kala namak* (also known as sel qui pue)
  • 1 poignée de persil

On peut utiliser un emporte pièce , par exemple en forme de coeur.

La veille:
  1. Couper le bloc de tofu en tranches de 9mm d'épaisseur
  2. Découper des formes - ovoïdes ou autres - dans les tranches. On peut utiliser un emporte pièce avec des courbes, par exemple en forme de coeur. Alternativement, faire des oeufs carrés.
  3. Dans chaque pièce, prélever un petit creux avec une cuillère.
  4. Cuire tout le tofu à la vapeur (y compris les chutes)
  5. Réserver les chutes
  6. Préparer une marinade avec le jus du citron, le kala namak et un demi verre d'eau froide
  7. Verser la marinade sur les formes en tofu et laisser reposer une nuit
Le matin (à 7h38):
  1. Cuire les chutes de tofu à la poele comme pour faire un tofu brouillé, avec du sel (normal), du cumin et, tout à la fin, une pincée de safran
  2. Une fois cuit, écraser le tofu à la fourchette avec la véganaise et le persil finement haché 
  3. égoutter els pièces blanches marinées et déposer une cuillère de "jaune" sur chacune
  4. Quand Roger rentre du Bureau, servir frais sur une petite salade avec un brin de persil pour faire classe.
Autre rêve des années 50: l'oeuf carré. Les vegans, ces futuristes.

*L'ingrédient 'nawak: le kala namak


On l'appelle aussi sel noir, mais en fait il est rose... L'ingrédient bizarre et introuvable du jour: le kala namak. C'est un sel volcanique qui a une odeur vraiment dégueu qui rappelle celle de l'oeuf. J'en avais acheté il y a un petit temps par curiosité mais finalement j'en utilise très peu. La ressemblance est indéniable, et justement... On ne peut vraiment pas dire que l'odeur et le goût de l'oeuf me manquent. Et oui, si vous êtes vegan depuis toujours ou depuis longtemps, vous avez peut-être oublié cette triste réalité, mais: les oeufs, ça pue en fait. (à vrai dire, l'odeur exacte est celle du souffre. On a envie de dire "ça sent l'oeuf" mais c'est une erreur: ça ne sent pas "l'oeuf", c'est le souffre que ça sent...)

Le kala namak est relativement populaire parmi certains vegans. On en trouve d'ailleurs dans certains egg replacers. De même, certaines recette de tofu brouillé recommandent d'en utiliser, personnellement j'ai essayé mais beurk, je préfère le sel normal. Disons qu'en très petite quantité ça peut être intéressant d'en utiliser, dans une recette comme celle-ci.

Pour les Bruxellois: j'ai trouvé du kala namak chez Garam Masala - Chaussée de Wavre ("if you dont find something, you find garam masala"); sinon, j'en ai chez moi, un gros paquet, et j'en utilise presque pas. Je peux vous en filer un peu dans un petit pot. Alternativement, utiliser un sel normal ou de l'ume su.



mardi 13 octobre 2015

Radis 1958

Nostalgie, nostalgie... Un petit truc tout simple pour un effet boeuf à l'apéritif.




Ingrédients
9 radis plus un ou deux de rabe
une boîte de cure-dents

Préparation

Bon ça a l'air un peu compliqué comme ça mais il y a un truc: il faut bien visualiser que c'est un cube, soit huit boules pour les coins plus une au centre.

Commencez par la boule du bas; on peut couper la base pour qu'elle tienne.


Ensuite, piquez dedans trois cure-dents à 45 degrés  par rapport au plan défini par le côté du radis que vous venez de couper.

"Couchez" la construction d'un côté - un des trois cure-dents doit être vertical et les deux autres doivent être horizontaux et former un angle droit, soit les deux côtés d'un carré. (rectifiez les angles si nécessaires, si vous ne le faites pas maintenant vous être mal barre)


Complétez ce premier carré avec deux radis pour les coins, ensuite deux cure-dents pour les côtés, et un quatrième radis pour le dernier coin.

Placez un radis au sommet du cure-dent vertical, couchez le cube sur un autre côté, et terminer le carré au niveau de la table an ajoutant deux côtés et un coin.



Terminez le cube en ajoutant les deux deniers coins et les trois derniers côtés. Ne pas hésiter à rectifier la position des cure-dents si les angles ne tombent pas juste. Vous avez maintenant un cube. Placez-le sur sa pointe (le premier radis) et ajoutez 3 cure-dents de soutien dans chacune des trois boules connectées à la boule de base.

Enfin, pour la boule centrale, il faut raccourcir huit cure-dents de 1 cm. Commencer par en piquer un verticalement dans la boule de base, y piquer le radis central, que vous connectez ensuite à la boule du sommet, et enfin aux six autres (c'est la partie la plus rigolote).



Servir avec une petite sauce cocktail et un verre de maitrank. N'oubliez pas de prendre plein de photos avant de laisser vos hôtes démonter sauvagement votre oeuvre.

vendredi 9 octobre 2015

LES ANNÉES 50 FÊTENT LEURS 60 ANS!!!!!

Joie! ... Nous célébrons cette année les 60 ans d'une célèbre héroïne de la littérature belge:
SYLVIE, Hôtesse de l'Air, dont les premières aventures ont été publiées en 1955 aux éditions Marabout -à Verviers...


Mais au fait, que mangeait-on en 1955? ... Voilà une belle occasion de retrouver les fabuleux livres de cuisine de nos (grand)-mères pour se faire plaisir avec une grrrrande semaine à thème rétro...

Eh oui, dans les années '50, on ne mangeait pas du tout comme maintenant. Les gens ne connaissaient pas vraiment les aubergines, le basilic ni même les courgettes. Les magasins ne ressemblaient pas du tout aux supermarchés actuels... Et les potagers n'étaient pas juste un truc de bobos... Dingue, non? Et puis, "l'après guerre", c'est toute une époque, et une révolution en matière de culture culinaire: un tas de trucs sont apparus à ce moment-là qui ont marqué durablement les habitudes des Belges pour le meilleur - l'expo 58, l'ouverture au monde, l'arrivée des Italiens en Belgique - ou pour le pire - les supermarchés, la révolution verte...




Notez, une autre grande héroïne qui a 60 ans cette année: NIJNTJE bien sûr. Rappelez-moi de faire une semaine à thème sur la cuisine des Pays-Bas.