Affichage des articles dont le libellé est cheap. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est cheap. Afficher tous les articles

mercredi 9 décembre 2020

Rabanadas com vinho

Les Portugais sont célèbres pour leurs grandes découvertes, mais celle-ci est la plus géniale de toutes: en résumé, c'est la fusion du pain perdu et du vin chaud de Noël. Sirupeux, collant, dégoulinant: c'est lourd, c'est très lourd, et ça se mange sans faim.

Il vaut mieux utiliser un pain non seulement dur, mais aussi compact et solide, pour éviter qu'il ne se décompose.




Pour deux portions

  • 6 tranches de pain rustique un peu desséchées 
  • quelques càs de sucre de canne
  • Un reste de vin rouge (au moins 15 cl)
  • quelques pincées de cannelle
  • écorce d'orange ou de citron
  • huile d'olive fruitée

Préparation

  1. Couper le pain en tranches épaisses (1 à 2cm d'épaisseur) - Notez bien: il vaut mieux le couper AVANT qu'il ne devienne sec.
  2. Mélanger le vin, le sucre, la cannelle, un peu décorcre d'orange rapée
  3. Verser un peu de vin sur les tranches de pain de façon à les réhydrater, et laisser tremper un petit peu mais SURVEILLER LA REHYDRATATION: elles doivent être parfaitement imbibées mais pas ramollies...
  4. Comme pour du pain perdu, les faire cuire à la poele dans l'huile d'olive
  5. Faire chauffer le reste du vin au sucre de façon à ce qu'il devienne sirupeux
  6. Disposer les rabanadas cuites dans une assiette profonde et verser le sirop par dessus


mardi 2 juin 2020

Houmous au sureau

Surprise! Voilà qui donne une note très rafraîchissante au houmous traditionnel!!!




Pour deux portions
  • 2 ou 3 ombelles de fleurs de sureau, soigneusement nettoyées
  • 1 bol de pois chiches cuits
  • 1 filet de jus de citron et/ou d'orange
  • 1 filet d'huile d'olive bien fruitée
  • 1 pincée de cumin moulu
  • 1 pincée de sumac si vous en avez
  • Quelques feuilles de ciboulette, sel, piment séché

Préparation
  1. Mixer tous les ingrédients. 

mercredi 29 avril 2020

Goulash du bout du roule

Vous avez un jour passé des vacances en hongrie et/ou en république tchèque? Alors vous avez certainement ramené du paprika, et un mélange pour goulash. Voire une dizaine de paquets.

Eh bien voilà, c'est le moment de vous en mettre plein la panse. Ce qui est bien avec les goulash, c'est qu'on peut y taper non seulement plein de restes d'épices, mais aussi d'autres restes, des légumes un peu lassants, de vieilles boulettes, des morceaux de seitan abandonnés au fond du congélateur, voire un reste de knedlecki raté recyclé en saucisses à la farine (je vous promets, c'est très bon).


Pour deux ou trois portions
  • Un reste de seitan, de boulettes, de saucisses, de knoedeln, ...
  • Légumes disponibles: oignons, échalotes, carottes, un bout de poireau, un petit poivron, un fond de jus de tomate, ...
  • De l'huile (olive, mais, tournesol, arachide, ... bref un fond de bouteille)
  • De l'ail sous n'importe quelle forme
  • Quelques càs de paprika et autres épices à goulash
  • Autres herbes et épices - selon ce que vous avez: piment, grains de moutarde, herbes de Provence, laurier, ... 
  • Herbes fraîches: persil, ciboulette, ail des ours, thym, ...
  • 1 larme de vinaigre (de vin rouge si possible), ou une ou deux cuillère de pickles si vous en avez dont vous voulez vous débarrasser
  • Eventuellement: un peu de levure maltée


Préparation
  1. Hacher les légumes et couper les boulettes ou autres en morceaux
  2. Faire chauffer l'huile à feu modéré dans une casserole en fonte ou autre, et y faire revenir l'ail avec les grains de moutarde, le laurier et les herbes de Provence
  3. Y faire dorer les morceaux de boulettes quelques minutes
  4. Y ajouter les légumes, le paprika, un peu de sel, un chouia d'eau ou de jus de tomates, et mélanger 
  5. Couvrir, baisser le feu et laisser mijoter une vingtaine de minutes en mélangeant affectueusement une fois de temps en temps
  6. Verser une larme de vinaigre, couper le feu, mélanger
  7. Goûter et rectifier l'assaisonnement (sel, piment, levure maltée, vinaigre)
  8. Ajouter les fines herbes hachées et servir avec un beau knedlecki, de la purée ou encore un plat de lentilles



vendredi 24 avril 2020

Les makis du maquis

C'est reparti pour une super recette aux herbes sauvages. Et par la même occasion, si vous avez au fond du frigo un bocal de raifort acquis il y a plusieurs années dans un moment d'égarement -  personne ne vous juge- c'est l'occasion de vous en débarrasser.


Pour deux portions

  • 150 grammes de riz rond style bomba
  • Une sélection d'herbes du sauvages: ail des ours, lierre terrestre, orties, etc.
  • Quelques càs de tamari
  • Selon vos disponibilités: graines de sésame, tofu lactofermenté, radis, concombre, ... 
  • Du wasabi, ou bien, selon vos disponibilités: pâte de raifort, moutarde, tahini, piment, ail, huile, vinaigre, jus de citron, ... à mixer/goûter/rectifier...




Préparation

  1. Faire cuire le riz et le laisser refroidir
  2. Laver les herbes et les mixer avec le raifort et tous leurs amis
  3. Pour façonner les makis, je me suis amusée à découper une boîte de lait de soja pour l'utiliser comme tapis, ça marche pas trop mal. Il faut l'assouplir par avance en le pliant pour qu'il se roule bien: étaler un rectangle de riz et y étaler la farce avant de le rouler en serrant bien.
  4. Former de grands boudins et les réfrigérer
  5. Pour couper les makis, prendre un grand couteau (idéalement en céramique, ou antiadhésif), et le mouiller
  6. Servir avec de la pâte wasabi et de la sauce tamari










mercredi 22 avril 2020

Bananes frites et herbes sauvages façon pondu

Cela fait maintenant dix jours que vous êtes allé-es faire des courses pour la dernière fois. 

Vous aviez acheté deux belles grappes de bananes, mais maintenant elles sont toutes brunes et il en reste beaucoup. Trop beaucoup.

Vous pouvez en faire de la glace, du pain perdu, ou encore de la confiture. Mais vous pouvez aussi les manger frites en accompagnement d'un délicieux ragoût d'herbes sauvages presqu'aussi bon que le saka saka de la rue Longue Vie. En effet, on croit souvent qu'il faut obligatoirement des bananes plantain pour ce faire, mais en fait non, pas obligé.

Une petite sauce aux arachides sera aussi du plus bel effet (et mon petit doigt me dit que beaucoup d'entre vous ont toujours un seau de dix litres de pindakaas sous la main)


Pour deux portions

  • Deux bananes
  • De grosses poignées d'herbes comestibles que vous pouvez trouver: une grande proportion d'orties, ail des ours, achillée, pulmonaire et/ou lierre terrestre, et éventuellement des herbes plus acides ou plus amères mais en plus petite proportion: pissenlit et/ou herbe à Robert par exemple. Si vous avez des feuilles vertes dont vous ne savez que faire, style fanes de radis ou autres, allez-y gaiement.
  • De l'huile d'arachide ou autre (n'importe quelle huile supportant la cuisson)
  • Un ou deux oignons et/ou échalotes, et/ou poireaux
  • 1 petite tasse de bouillon
  • De l'ail sous n'importe quelle forme
  • Du piment sous n'importe quelle forme

Préparation

  1. Nettoyer l'ail des ours et les autres herbes séparément (avec de l'eau et un chouia de vinaigre blanc), et les hacher
  2. Nettoyer et hacher l'oignon, écraser l'ail 
  3. Faire chauffer l'huile dans une petite casserole, y faire cuire l'oignon et l'ail
  4. Ajouter toutes les herbes hachées sauf l'ail des ours
  5. Ajouter un petit peu de bouillon, mélanger 
  6. Couvrir et laisser cuire une dizaine de minutes en ajoutant un peu de bouillon en cours de route si nécessaire
  7. Couper le feu, épicer, rectifier, ajouter l'ail des ours haché, mélanger, recouvrir
  8. Peler les bananes, couper les en trois ou quatre tronçons, et les faire frire dans une poele avec une bonne couche d'huile
  9. Servir avec une sauce moambe ou mafé, des haricots, un peu de riz, un reste de légumes, etc. 


Knoedel People

Vous avez les boules? Mangez des boulettes.

L'autre jour j'ai bricolé des boulettes avec un peu tout ce qui traînait: quelques vieilles croûtes de pain, un fond de farine, des herbes de Provence du siècle dernier, un oignon, des graines, tout ça. Notez que je ne disposais pas des trucs que je mets habituellement dans les boulettes comme des légumes secs, du tofu ou du gluten, donc c'était un peu challenge: les boulettes que j'ai obtenues étaient un peu trop denses pour être mangées telles quelles (hélas, pindakaas: la faute à trop de farine - même si un oignon haché ça aide), cependant, une fois coupées en rondelles et frites avec plein d'épices elles prenaient une consistance à se taper le cul par terre - et peuvent être utilisées dans plein de plats en sauce... 

Bref, on est tout à fait dans l'esprit des recettes à base de vieux pain type "knoedel", comme les strangolapreti, les knedlecki, les vieux croutons, ou encore bien sûr les fameuses boulettes de ma maman... C'est d'ailleurs en fabriquant des knedlecki que j'ai eu l'idée de tester ces boulettes.

Au fait: retrouvez ici toutes nos recettes anti-gaspi!



Pour une quantité approximative de boulettes. 
  • Trois ou quatre vieilles croûtes de pain
  • Un peu de farine et/ou de chapelure pour lier
  • Un peu de bouillon
  • Un chouia de vinaigre balsamique ou autre (vin rouge, cidre, ...) 
  • Un oignon, une échalote ou un vieux bout de poireau haché
  • De l'ail sous n'importe quelle forme
  • Des graines: moutarde, sésame, tournesol, ... ce que vous avez.
  • Des épices: des herbes et du qui pique
  • De l'huile, ou du gras sous n'importe quelle forme
  • Du sel ou n'importe quoi de salé (mélange d'épices, bouillon en poudre, etc)

Fabrication
  1. Détruire le pain en miettes ou très petits morceaux
  2. Le réhydrater avec un chouia de vinaigre et un peu de bouillon (le moins possible: juste assez pour ramollir le pain)
  3. Ajouter l'oignon finement haché et tous les autres condiments (graines, herbes et épices)
  4. Mélanger consciencieusement, rectifier l'assaisonnement et laisser reposer une demi heure
  5. Si c'est trop mouillé, ajouter de la farine et/ou de la chapelure, tout en malaxant jusqu'à pouvoir façonner des boulettes
  6. Façonner donc les boulettes, de préférence en forme de petits boudins ou quenelles, que vous pourrez couper en tranches.
  7. Les enrouler de farine et laisser reposer une petite demi heure
  8. Les faire cuire dans de l'eau bouillante salée une bonne vingtaine de minutes
  9. Maintenant ovus avez des boulettes de base, prêtes à être coupées en rondelles et frites dans plein d'épices et dégustées avec n'importe quelle sauce, voire incorporées dans un bon gros ragoût. (goulash, ragoût au chicon, carbonnades, al berdouille, ...)

jeudi 26 septembre 2019

Mafé t'à la maison

Le mafé, spécialité sénégalaise bien connue, est un plat en sauce à base de cacahuètes. Personnellement, j'adore cuisiner dans une sauce aux cacahuètes des feuilles un peu amères ou piquantes (fanes de radis, moutarde, etc)... Selon la quantité de feuilles utilisées, ça peut rendre la sauce toute verte comme un plat d'épinards. En l'occurence, j'ai utilisé les fanes d'une petite botte de radis et le résultat était encore bien orange.

Pour deux portions
  • Les fanes d'une botte de radis
  • 1 oignon blanc
  • 3 gousses d'ail
  • Un petit bout de gingembre
  • Un petit bout de curcuma (facultatif - c'est surtout pour la couleur)
  • Du piment sous n'importe quelle forme
  • L'un ou l'autre légume: une grosse carotte, une petite patate douce, ou encore une petite tomate fraîche
  • 5 à 6 càs de pindakaas (beurre de cacahuète nature)
  • 1/2 tasse de bouillon végétal
  • 2 càs d'huile végétale
  • 1 ou 2 càs de purée de tomate
Préparation
  1. Nettoyer les fanes de radis et les hacher finement
  2. Nettoyer la carotte et/ou les autres légumes et les couper en petits morceaux
  3. Hacher l'oignon et le faire revenir dans l'huile à feu modéré, dans une bonne casserole en fonte
  4. Raper l'ail et le gingembre, les ajouter dans la casserole
  5. Ajouter les morceaux de légumes et couvrir, laisser cuire à feu doux quelques minutes
  6. Pendant ce temps, mixer le beurre de cacahuètes avec le bouillon, la purée de tomates, le piment et le curcuma
  7. Verser cette sauce dans la casserole et remuer
  8. Laisser mijoter un petit quart d'heure
  9. Couper le feu, ajouter les feuilles de radis et mélanger une dernière fois
  10. Servir avec du riz et disposer le reste des feuilles de radis sur le mafé et/ou le riz

Koukou c'est nous

L'autre jour j'avais acheté une grosse botte de carottes et j'étais un peu désespérée avec les fanes, que je trouve assez dures et moins goûtues que les fanes de navet ou de fenouil par exemple (bref: je ne suis ppas fan - badam, tsssss!). J'ai finalement découvert que les fanes de carottes convenaient parfaitement pour faire un koukou. Les barberries et la petite sauce tahini relevaient parfaitement le goût des fanes. Et tant que j'y étais, j'ai aussi mis une ou deux carottes de la botte.

Le koukou, une spécialité d'Iran et d'Azerbaidjan, est une sorte frittata aux herbes. Même si à la base on utilise souvent un mélange de persil, aneth, coriandre et menthe, l'idée est essentiellement d'utiliser ce qu'on a sous la main. Autrement dit, voici une recette qui permet de caser une grande quantité de verdure - et ça change de la soupe. J'en fais toujours quand j'ai des bottes de persil, aneth ou autre, ou au retour d'une balade de printemps (d'ailleurs j'avais déjà partagé une recette similaire il y a un an ou deux).



Pour trois ou quatre portions 

1 énorme assortiment d'herbes fraîches, par exemple:
  • 1 botte de carottes
  • D'autres fanes vertes que vous voudriez consommer: chou rave, radis, fenouil, céleri, ...
  •  Toutes les herbes que vous auriez en abondance ou que vous devez utilser: coriandre, aneth, menthe, cerfeuil, cerfeuil musqué, ...
  • 100g de farine de pois chiches
  • 150 g de tofu soyeux
  • 200g de lait de soja
  • 1 càc de bicarbonate de soude
  • 1 pincée de piment
  • 1 micro pincée de safran
  • 1 poignée de cerneaux de noix hachés
  • Facultatif: une petite poignée de baies d'épine-vinette (barberries - on en vend dans les épiceries turques; si vous en trouvez ça vaut la peine)
  • 1 bonne pincée de sel normal et une petite de kala namak
Préparation
  1. Hacher les herbes très finement, et raper les carottes
  2. Mixer le tofu soyeux avec la farine de pois chiche, le lait de soja et le bicarbonate, et laisser reposer 10 à 20 minutes
  3. Mélanger tous les ingrédients dans un grand bol. Si tout va bien, vous aurez une grande quantité d'herbes avec juste ce qu'il faut de pâte pour les lier (comme sur la photo)
  4. Placer dans un moule en silicone rond et faire cuire au four à 180 degrés pendant 20 à 30 minutes
  5. Démouler sur une grande assiette, couper à la roulette à pizza; ajouter une pincée de kala namak juste avant de servir
  6. Servir avec une sauce tahini et une petite salade




mercredi 25 septembre 2019

Voilà Maggi


Marthe Villalonga vous le dira aussi bien que moi: confectionner un bouillon en poudre maison vous permettra non seulement de donner un sens à la vie de vos fanes, mais aussi de remplacer avantageusement les bouillons industriels, suremballés et à la composition parfois douteuse. En outre, réduire les légumes en poudre permet une économie de volume considérable, surtout par rapport à d'autres techniques de conservation comme la congélation de soupes.



FUN FACT! Le Saviez-vous? La livèche a été baptisée Maggikraut pas nos voisins néerlandais, car son odeur rappelle la poudre Maggi. Ironiquement, le célèbre bouillon en poudre ne contient pas de livèche... Bref... Tout ça pour dire que vous n'êtes pas obligé-e d'en mettre.


Ingrédients

Un assortiment de feuilles, fanes, herbes voire certaines épluchures (ciboulette, livèche, feuilles de moutarde, vert de poireau, céleri, restes d'une botte de persil ou de thym, épluchures bio et bien propres de carottes, courgettes, navet ou chou rave...)

Préparation
  1. Hacher finement les feuilles et épluchures et les disposer sur une plaque pour les faire déshydrater. Utiliser de préférence un déshydrateur - à défaut, laisser sécher à l'air libre (ça peut prendre du temps), ou, s'il ne fait pas assez sec chez vous, mettre au four à la plus basse température possible
  2. Réduire en poudre avec un mortier, un moulin ou un mixeur 
  3. Ajouter un peu de sel (ou pas) et conserver dans un petit bocal
  4. Utiliser pour aromatiser les soupes, sauces, burgers, tartinades, etc.
Astuce

En fait, il ne faut pas attendre d'avoir plein de légumes différents, vous pouvez les faire sécher dès que vous en avez au fur et à mesure et les mettre dans le bocal avec les précédents, secouer un coup. Comme ça votre bouillon en poudre est chaque fois un peu différent.


mardi 24 septembre 2019

L'école des fanes


1984. Qu'est ce qu'on grignote en somnolant devant Jacques Martin le dimanche après midi? Une bonne trappiste, accompagnée de quelques cubes de violife saupoudrés de ... sel de céleri bien sûr!

Ne pas confondre avec sel AU céleri - un mélange de sel et de poudre de céleri. Le sel de céleri contient juste un tout petit peu de bon sel naturel tandis que le sel au céleri c'est trop de sel et le sel, c'est mal. 

Voici une recette que j'ai testée récemment, alors que j'avais acheté une énorme botte de céleri vert pour faire une Waldorf Salad comme dans Fawlty Towers (...Encore une vieille série culte qui passait à la télé dans les années 80. La recette, en bref: "It's celery, apple, walnuts, grapes! In a mayonaise!" - testez, c'est vraiment très bon.)

J'avais espéré pouvoir mettre les feuilles dans la salade avec les branches, mais même en tout petits morceaux, c'est vraiment trop amer et coriace. Que faire donc? J'ai simplement déshydraté les feuilles pour les réduire en poudre. L'économie de volume est très impressionnante et c'est vraiment sympa sur des cubes de violife avec une bonne bière. (On vend du violife en bloc chez Vegasme, et aussi du wilmwerburger en bloc. C'est une crasse industrielle mais je m'en fous.)

Alternativement, sachez que le sel de céleri entre souvent dans la composition du gomasio ou encore du bloody mary.


Ingrédients

Feuilles de céleri bien fraîches

Préparation
  1. Nettoyer les feuilles de céleri et les couper en morceaux
  2. Les disposer sur une plaque pour les faire sécher (idéalement au déshydrateur, alternativement à l'air libre ou au four à très basse température)
  3. Une fois les feuilles parfaitement sèches, les réduire en poudre avec un mixeux ou dans un mortier
  4. Consommer immédiatement ou conserver dans un petit bocal à l'abri de la lumière (pas dix ans, non plus)






vendredi 15 février 2019

Fasole uscata gatita

En Roumanie comme dans d'autres régions d'Europe, la bonne vieille casserole de haricots est une des grandes valeurs sûres de la cuisine traditionnelle végétarienne. On la parfume avec de l'ail, du laurier et du paprika.



Pour deux portions
  • 300g de haricots blancs
  • 1 poivron rouge
  • 1 oignon blanc
  • 1 petite carotte
  • 1 petite branche de céleri (facultatif)
  • 1 gousse d'ail 
  • 1 branche de thym
  • 1 feuille de laurier
  • 1 pincée de paprika hongrois
  • quelques càs d'huile de tournesol
  • sel
  • poivre
Préparation
  1. Faire tremper les haricots 12 heures et les faire cuire une heure dans de l'eau bouillante (saler à la fin)
  2. Hacher finement les légumes et les faire revenir dans l'huile de tournesol avec les herbes
  3. Après quelques minutes, quand les légumes sont quasi cuits, ajouter les haricots
  4. Assaisinner avec l'huile, le paprika, un peu de poivre - goûter et rectifier l'assaisonnement
  5. Pour que les saveurs imprègnent bien, vous pouvez faire mijoter au four quelques heures à feu très doux


Zéro déchet

Encore une fois, tous ces ingrédients sont très faciles à acheter en vrac...

mercredi 13 février 2019

Cartofi ţărăneşti

Cartofi vous fait penser a carciofi? ...Preparez vous à une grande déception: c'est de kartoffel que ce mot est dérivé - et ce pour plein de raisons historiques très intéressantes.

Bref, voici un accompagnement tout simple et rustique: des pommes de terre à la paysanne.



Pour 2 à 3 portions
  • 300g de pommes de terre fermes
  • 1 oignon blanc
  • 1 petit poivron rouge
  • Quelques càs d'huile de tournesol
  • sel, poivre
Préparation
  1. Nettoyer les pommes de terre et les couper en gros cubes
  2. Les faire cuire dans l'eau bouillante
  3. Pendant ce temps, nettoyer et hacher finement l'oignon et le poivron, et les faire rissoler dans l'huile
  4. Une fois les pommes de terre al dente, bien les égoutter et les mélanger avec les légumes
  5. Mettre au four à 120 degrés, 10 à 20 minutes
  6. Servir avec quelques brins de romarin ou d'aneth
Zéro déchet

Vous trouverez tous ces bons légumes chez votre maraîcher... Pour l'huile, on en vend dans les épiceries en vrac... Sinon, à la limite, choisissez une bouteille en verre, bien sûr!

mardi 31 juillet 2018

KUGELIS

Souvent considéré comme LE plat national lituanien, le Kugelis est un gateau de pommes de terre servi avec un peu de crème aigre. A réaliser avec des pommes de terre nouvelles de préférence, en saison, ce serait bête de se priver. 



Les recettes conventionnelles contiennent généralement du bacon, j'ai donc d'abord testé un prototype avec du seitan coué en petits cubes, qui n'était pas mauvais du tout. Cependant, une camarade lituanienne m'a assuré peu après que l'on peut tout à fait faire un kugelis nature, sans bacon ni seitan. Conclusions après dégustation du deuxième prototype: effectivement, c'est meilleur sans. Des patates, des oignons, et pis c'est tout - inutile de se compliquer la vie.

Pour deux portions
  • 400g de pommes de terre
  • 1 petit oignon 
  • 2 càs d'huile de tournesol (désodorisée si vous n'aimez pas le goût)
  • 2 càs de maizena
  • 1 càs de farine
  • 20 cl de crème de soja
  • sel
  • poivre noir
  • une pincée de marjolaine
  • Pour la sauce: quelques càs de crème de soja épaisse avec un filet de citron et du sel
Préparation
  1. Mélanger la farine et la maizena 
  2. Éplucher l'oignon
  3. Nettoyer les pommes de terre et les éplucher éventuellement (avec des pommes de terre nouvelles et bio, je ne le fais pas)
  4. Râper l'oignon et les pommes de terre (j'utilise un robot et je les mets ensemble)
  5. ATTENTION une fois vos pommes de terres rapées vous disposez de très peu de temps pour faire le point suivant, sinon les pommes de terre noircissent. On peut éventuellement ajouter une pincée d'acide citrique ou du jus de citron aux pommes de terre rapées pour éviter cela, mais si vous passez sans traîner aux étapes suivantes ça devrait aller
  6. Dans un grand saladier, mélanger les oignons et pommes de terre râpées avec la crème de soja et le mélange farine -maizena; y ajouter un peu d'huile, marjolaine, sel et poivre noir, et mélanger.
  7. Transvaser dans un grand plat rectangulaire adapté au four et préalablement huilé
  8. Faire cuire au four une petite heure à 150 degrés
  9. Découper des portions rectangulaires et servir chaque portion avec une généreuse portion de crème de aigre par dessus, une pincée de sel fumé, et des petites rondelles de ciboulette ou d'oignon de printemps, voire un brin d'aneth pour faire joli.

jeudi 8 mars 2018

Hommelette aux male tears

Un peu de brutalité dans ce monde de chochotes.

L'heure est grave. Les femmes font rien que d'envahir les lieux de pouvoir. Ouin! Dans certaines institutions et conseils d'administrations, il y en a plus de dix pourcent: Mais OÙ VA-T-ON!? C'est presqu'autant qu'un film hollywoodien mainstream!

Une si grande proportion des femme est une MENACE pour l'Ordre. Ouin. La chose publique, c'est une jungle: il faut de la virilité. Il faut de la poigne. Ouin ouin. Et une grosse armée avec des tanks, surement pas des écoles et des hopitaux! Soyons sérieux, Messieurs: on ne fait pas d'omelettes sans casser d'oeufs. 

C'est moi le chef, sinon je pleure!!!!!
Oh, wait.

...Ah oui: le problème avec les talibobovegaféminazis, c'est que non seulement elles font des hommelettes sans casser d'oeufs, mais en plus, vous l'aurez deviné, l'ingrédient essentiel d'une bonne hommelette c'est bien sûr une grande cup de male tears. Et ça c'est chouette, car comme nous le savons toutes: à toute heure de la journée, de l'apéro au dessert, les male tears donnent un exquis goût à tout.

Les champignons sont nos amis.

Pour trois ou quatre hommelettes
  • 40 g de farine de pois chiches
  • 20 g de fécule de tapioca
  • 150 ml de male tears
  • 150 ml de lait de soja 
  • 1 pincée d'agar agar
  • 1 ou 2 càs d'huile d'olive
  • 1 pincée de kala namak
  • 1 pincée de piment
Préparation
  1. Mélanger la farine de pois chiches et la fécule de tapioca
  2. Mélanger les males tears et le lait de soja (si vous n'avez pas de male tears, expliquez le Bechdel test à votre beau-frère - il va se sentir menacé le pauvre- ou, à la limite, prenez juste de l'eau salée)
  3. Mixer tout ensemble, mixer si nécessaire
  4. Ajouter un peu d'eau si jamais c'est trop épais
  5. Laisser reposer une demi heure
  6. Cuire les hommelettes à la poele commes des crèpes, et ajouter une pincée de kala namak au dernier moment
  7. Les servir avec une poelée de champignons, du ricofu, ou encore farcies avec une petite sauce au basilic, des carottes gravadlaxées ou des brocolis.
  8. On peut également rouler l'hommelette et la découper en petits morceaux à l'aide d'un sécateur
On peut rouler l'hommelette et la découper en morceaux avec un sécateur.




mercredi 7 mars 2018

Koukou gamin

Aujourd'hui nous célébrons l'anniversaire de la naissance de Georges Perec. Plus précisément, cette année nous commémorons les 82 ans de sa naissance et les 36 ans de sa mort, puisqu'il est né en 36 et mort en 82.

J'ai envisagé d'écrire un article sans E pendant 3 bonnes secondes et puis j'ai laissé tombé l'idée (je n'ai aucune ambition).

Du coup je me contente d'un plat sans E et sans oeuf : le koukou, une spécialité d'Iran et d'Azerbaidjan que j'ai découverte l'an dernier au festival russophone de Koekelberg - ne l'ayant bien sûr pas goûté à ce moment-là j'étais d'autant plus curieuse d'en apprendre plus et d'en faire moi-même pour voir à quoi ça ressemblait...

En résumé, c'est une sorte frittata aux herbes. Beaucoup, beaucoup d'herbes. On utilise souent du persil, de l'aneth, de la coriandre et de la menthe, mais en fait l'idée c'est d'utiliser ce qu'on a sous la main, et de préférence des herbes sauvages au printemps, donc si vous avez l'occasion de vous faire une chouette balade allez-y joyeusement avec les orties, le pissenlit, le lierre terrestre et l'ail des ours (...c'est encore un tout petit peu tôt, mais vivement dans deux ou trois semaines!) 

On peut également y ajouter des noix et/ou des baies.



Pour trois ou quatre portions 

1 énorme assortiment d'herbes fraîches, par exemple:
  • 1/2 botte de persil plat
  • 1/2 botte de coriandre fraîche
  • 1/2 botte d'aneth
  • 1/2 botte de menthe
  • 100g de farine de pois chiches
  • 150 g de tofu soyeux
  • 200g de lait de soja
  • 1 càc de bicarbonate de soude
  • 1 petite pincée de piment
  • 1 micro pincée de safran
  • 1 bonne pincée de sel normal et une petite de kala namak

Préparation
  1. Hacher les herbes finement
  2. Mixer le tofu soyeux avec la farine de pois chiche, le lait de soja et le bicarbonate, et laisser reposer 10 à 20 minutes
  3. Mélanger tous les ingrédients dans un grand bol. Si tout va bien, vous aurez une grande quantité d'herbes avec juste ce qu'il faut de pâte pour les lier (voir nimage)
  4. Placer dans un moule en silicone rond et faire cuire au four à 180 degrés pendant 20 à 30 minutes
  5. On peut également le faire cuire à la poele mais pour moi c'était plus facile au four
  6. Démouler sur une grande assiette, couper à la roulette à pizza;ajouter une pincée de kala namak juste avant de servir; je l'ai servi avec un peu de tehina et c'était bien bon



jeudi 15 février 2018

Salmorejo

Le salmorejo est un proche cousin du gazpacho, de l'ajoblanco et de la porra antequerana. En bref, c'est comme un gazpacho mais beaucoup plus épais: il ne se boit donc pas, mais se déguste à la cuillère, voire sur du pain. La base du salmorejo, tout comme pour le gazpacho, l'ajoblanco et la porra, c'est du pain, de l'huile d'olive et de l'ail, les trois ténors de la cuisine andalouse. 

Comme ça se sert bien froid, c'est une recette idéale pour utiliser un reste de pain congelé. Elle convient également très bien pour utiliser un vieux pain que vous auriez par mégarde laissé durcir sans le couper en morceaux - le temps de trempage sera juste un peu plus long.

Je suis personnellement une toute grande fan de salmorejo, c'est une des recettes que je fais le plus souvent. C'est super rafraichissant quand il fait chaud, et même quand il fait froid. C'est excellent à l'apéritif, en entrée, comme quatre heures en rentrant du boulot, pour les brunches du week end, et même au petit déjeuner. Quand c'est pour le matin, toutefois, je le fais sans ail.


Pour deux portions
  • 50 à 100 g de pain 
  • 400g chair de tomate
  • ail (si comme moi vous détestez l'ail cru, prenez de l'ail roti ou confit)
  • une petite dose de piment
  • plein d'huile d'olive
  • un larme de vinaigre de vin rouge
Préparation
  1. Faire tremper le pain dans la chair de tomate et le vinaigre
  2. Quand le pain est tout à fait ramolli, le mixer avec tous les autres ingrédients
  3. Garnir avec du tofu brouillé  et servir avec une bonne tranche de pain
  4. Servir bien froid.


mercredi 14 février 2018

Fattouche du jardin

Fattouche, ça rime avec pas touche, parce que le jour où vous vous en amenez au boulot tous vos collègues vont vouloir vous le piquer.

Je me suis cassé le pèt' à sculpter un coeur dans une tomate.

BREF. Le fattouche, c'est une salade libanaise pleine de bons gros croutons juteux - des croutons  plats puisque faits avec du pain libanais.

Eh oui, je suis une grande adepte du pain libanais; c'est l'un des derniers brols que je consomme encore en conventionnel. Je les achète par trois ou quatre (pour économiser dix centimes) et ensuite je les congéle, comme ça j'en ai toujours sous la main pour improviser une flammekueche ou même un fond de pizza (je sais, c'est décadent).

Dimanche dernier justement j'avais des invités et j'avais décongelé trois quatre pains libanais (je les mets deux minutes dans le four - ça reste mou et c'est parfait pour accompagner un foul ou un tajine)... A la fin, on n'avait pas tout mangé, il me restait donc un pain libanais décongelé et tout sec. Comme j'avais justement aussi acheté plein de persil et de menthe (faut pas me laisser aller seule chez Freshmed), j'ai eu l'idée de me faire un petit tabouleh amélioré pour mon lunch du lendemain (et pour une fois utiliser du pain libanais pour faire un plat libanais.) C'est seulement là que je me suis rappelé que je faisais justement une semaine vieux pain cette semaine et que ce serait pas mal d'intégrer le fattouche dans l'agenda des publications! Comment n'y avais-je pas pensé plus tôt!


Alors, si pour la base du fattouche on utilise souvent des tomates, concombres, persil plat, rappelez-vous le but du jeu cette semaine c'est de pour se simplifier la vie et de gaspiller moins, en utilisant ce qu'on a sous la main - dans le jardin ou dans le frigo.  Personnellement, j'ai pris du pourpier et de la mizuna qui survivent bravement sur le balcon, ainsi que du persil plat et de la menthe, et une petite tomate acquise dans un monent d'égarement.

Pour deux chouettes portions


Pour les croutons:
  • 1 pain libanais 
  • huile d'olive 
  • sel
Pour la salade:
  • Assortiment de crudités (a priori laitue-tomates-concombre, et/ou ce que vous avez de disponible: pourpier d'hiver, radis en tranches, laitue iceberg, persil plat, ...)
  • 1 poignée de menthe ciselée
  • 1 jus de citron
  • quelques càs d'huile d'olive
  • 1 pincée de sumac (si vous n'en avez pas, et même si vous en avez, prenez un peu d'écorce de citron rapée)
  • sel, chili
  • le plus pour faire classe: quelques graines de sésames toastées (facultatif)
Préparation
  1. Déchirer ou casser le pain en petits morceaux de quelques cm de côté, les badigeonner d'huile et les faire dorer au four quelques minutes. Vous pouvez également les frire si vous avez une friteuse.
  2. Nettoyer et couper les crudités et la menthe
  3. Assaisonner avec le jus de citron, l'huile d'olive et tous les aromates
  4. Ne mettre les croutons qu'au tout dernier moment, pour qu'ils restent bien croquants

mardi 13 février 2018

Les boulettes de Mami

Voici une recette bien rustique et qui me vient en droite ligne de mon enfance, puisque quand j'étais petite, ma maman faisait souvent des boulettes artisanales. La toute première étape du processus: faire tremper une ou deux tranches de pain dans du lait. La suite, j'ai oublié.

Mais je me rappelle qu'au moment de les manger, je trouvais toujours immensément cool de reconnaître un bout de croûte de pain dans ma boulette. Comme quoi, savoir ce qu'il y a dans qu'on mange, c'est toujours rassurant. Comme je le disais l'autre jour, c'est d'ailleurs un des grand avantages quand on est végétarien-ne et qu'on prépare ses boulettes et burgers soi-même.

Dernier détail: pour les personnes qui évitent le gluten et qui ont justement un reste de riz sous la main, allez-y en remplaçant le pain par le riz!


Pour trois à quatre portions
  • deux ou trois tranches de pain
  • un demi verre de lait de soja
  • 200g de tofu fumé,
  • 50g de protéines de soja texturé réhydratées dans du bouillon avec un peu de tamari
  • 1 oignon haché finement
  • 2 à 5 gousses d'ail écrasées (facultatif)
  • 1 càc de marjolaine
  • 1 pincée de cumin
  • 1 pincée de piment, 1 pincée de sel
  • Huile pour la cuisson
Préparation
  1. Réhydrater le pain dans le lait et le déchirer en petits morceaux (attention de ne pas mettre trop de lait
  2. Réhydrater les pst dans le bouillon additionné d'un peu de tamari
  3. Mixer le tofu fumé
  4. Quand le pain et les pst sont réhydratées, mélanger tous les ingrédients: tofu mixé, pst, pain, oignon haché, ail, condiments
  5. Bien mélanger, rectifier si nécessaire l'assaisonnement et la consistance (au pire, si c'est trop mou, vous pourrez ajouter un peu de farine ou de maïzena)
  6. Laisser reposer la pâte au frigo une heure ou deux
  7. Pour façonner les boulettes: mouillez-vous bien les mains pour que ça ne colle pas, et formez des boulettes de 5 ou six cm de diamètre, légèrement applaties
  8. Les cuire à la poele dans de l'huile, à feu moyen
Servir 

... avec une bonne bière, des frites et votre sauce préférée, par exemple de la compote de pomme, ou une sauce tomate avec des échalotes et du thym, ou un bon vieux gravy aux oignons, ou encore la cultissime sauce lapin.

1. Réhydrater le pain dans le lait

4. Tous les ingrédients: tofu mixé, pst, pain, oignon haché, ail, condiments



vendredi 24 novembre 2017

Tartiflette


On ne présente plus la tartiflette, plat traditionnel savoyard devenu très populaire chez nous et un classique des marchés de Noël depuis la fin des années nonante. 

J'ai une bonne nouvelle pour vous: le secret d'une bonne tartiflete... en fait, c'est les oignons. Et les oignons c'est vegan. Le reste n'est que vanité.


Pour deux à trois portions
  • 703 g de pommes de terre fermes
  • 2 superbes oignons 
  • 15 à 20 cl de formage de tapioca ou de fromage à fondue (pour rappel, recette de base = 400g de tofu soyeux, 75 ml d'huile de mais ou de coco, 2 gousses d'ail, 75 g de farine de tapioca, 10 à 15 cl de vin blanc, 3 ou 4 càs de levure maltée, sel, noix muscade)
  • poivre noir et noix muscade râpée
Préparation

Commencez par préparer un formage de tapioca
  1. Faire chauffer l'huile dans une casserole haute, avec les gousses d'ail, et ajouter le tofu
  2. Ajouter la farine de tapioca et mixer le tout avec un mixeur plongeur
  3. Augmenter la température de cuisson et ajouter le vin en remuant constamment
  4. Quand ça bloblotte, laisser cuire deux trois minutes tout en remuant toujours
  5. Oter du feu et ajouter le sel, la muscade et la levure
Réservez la casserole de formage sur le côté et occupez vous de vos oignons:
  1. Nettoyer les pommes de terre et les couper en fines tranches
  2. Éplucher l'oignon et le couper en super fines tranches
  3. Disposer dans un plat huilé, successivement, les rondelles de pommes de terre, les rondelles d'oignon, et enfin le formage, et on recommence une ou deux fois
  4. Vous pouvez éventuellement terminer par quelques rondelles d'oignons supplémentaires
  5. Faire cuire au four à 180 degrés 20 à 30 minutes

Variante: pour changer un peu, vous pouvez ajouter des trompettes des morts, ou encore des bettes, vous obtiendrez alors une tartiblette - la fille cachée de la tarte al djote et de la tartiflette!


mardi 5 septembre 2017

Alphabet à la grecque


Super rapide à préparer, et succès garanti pour les piques-niques: voici une recette de salade que je fais régulièrement depuis quelques années. Au début, je la faisais toujours avec des pâtes grecques, jusqu'au jour où je me suis rendu compte qu'avec des petites lettres c'est encore plus joli, et puis ça rend cultivé. (Ma tendresse pour les petites lettres vient d'une bd où on voyait un vieux faire pousser des livres en semant des nouilles alphabet).

Évidemment, ici, le nec plus ultra, ce serait d'utiliser des pâtes alphabet grec, si quelqu'un m'en trouve je lui offre une Abbaye des Rocs.



Pour deux portions
  • 200 grammes de pâtes alphabet
  • 1 filet d'huile d'olive
  • 1 petite poignée d'aneth frais
  • 1 citron
  • sel, piment
Préparation
  1. Hacher l'aneth
  2. Râper un peu d'écorce du citron avant de le couper pour en presser la moitié
  3. Cuire les pâtes 5 minutes dans l'eau bouillante avec une pincée de sel
  4.  Les égoutter, les verser dans un petit plat, ajouter l'huile et laisser refroidir
  5. Ajouter l'écorce et le jus du citron, l'aneth, un peu de sel et de piment
  6. Mélanger, goûter, rectifier l'assaisonnement
  7. Se déguste froid, idéal comme petit lunch à emporter