Affichage des articles dont le libellé est entrée. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est entrée. Afficher tous les articles

mardi 18 février 2020

Risotto aux topinambours

Les topinambours c'est super bon mais c'est très -très explosif donc attention: prévoir maximum un topinambour par personne - et encore, des petits! 

Heureusement, comme il est très parfumé, un seul morceau est suffisant pour parfumer une portion de risotto - à déguster en entrée comme en Italie, ou à la limite en plat principal, accompagné d'une petite salade d'hiver (cresson,  claytone de Cuba, ...)


Pour deux portions
  • 129 g de riz arborio ou carnaroli
  • 2 petits topinambours (ou un gros)
  • 500 ml de bouillon de légumes
  • 1 petit verre de vin blanc sec (facultatif)
  • 2 càs d'huile d'olive
  • 1 branche de thym ou de romarin
  • 2 gousses d'ail (facultatif)
  • du parlesan pour servir
  • poivre noir du moulin
Préparation
  1. Nettoyer, éplucher et couper les topinambours en petits cubes
  2. Écraser les gousses d'ail et les faire revenir dans l'huile d'olive dans une grande poele
  3. Ajouter le riz et le laisser devenir translucide
  4. Ajouter les cubes de topinambour
  5. Remuer et ajouter le bouillon très progressivement (au fur et à mesure qu'il est absorbé)
  6. Laisser cuire 12 minutes à feu modéré en remuant de temps en temps 
  7. Une fois le riz quasi cuit, ajouter une dernière petite louche de bouillon, remuer, ajouter le vin blanc, touiller une dernière fois, saler, couper le feu, couvrir et laisser mijoter deux minutes
  8. Juste avant de servir, saler et rectifier l'assaisonnement
  9. Servir en entrée et/ou en plat principal (accompagné d'une petite salade de claytone de cuba), dans des assiettes profondes, avec un chouia de parlesan et un ou deux tour de moulin à poivre
  10. Conseil vin: lui!

mercredi 1 août 2018

Koldunai aux myrtilles

Les Koldūnai sont les cousins lituaniens des pierogi polonais ou des ravioli italiens -lesquels sont probablement tous les arrières-petits-neveux des momos tibétains: bref, ce sont des pâtes farcies. Farcies avec quoi donc me direz-vous? 

En Lituanie, certaines personnes les farcissent avec de la viande ou avec du fromage, mais le nec plus ultra, ce sont les bons petits trucs qu'on trouve l'été dans les sous-bois: des cèpes évidemment, mais aussi... des myrtilles. J'ai testé les deux, et comme on peut s'y attendre, ceux aux cèpes étaient délicieux, mais ceux aux myrtilles au moins autant, en plus d'être surprenants et originaux: eh oui, mettre des myrtilles dans les ravioles, c'est typiquement lituanien.Ça ça tombe bien alors! 

En toute honnêteté cette recette n'est pas la plus rapide ni la plus simple, mais tout de même, ça vaut vraiment, vraiment la peine d'essayer (... certes pas le jour où vous recevez cinquante convives).



Pour une dizaine de ravioles
  • 1 tasse de farine pour la pâte + 1/2 tasse pour la suite
  • 1/3 de tasse d'eau
  • une bonne pincée de sel
  • 1 tasse de myrtilles (fraîches ou congelées)
  • Pour la sauce (crème aigre): mélanger 100 ml de crème de soja ou d'avoine, 1 filet de jus de citron, une pincée de sel 
  • Pour la déco: quelques brins d'aneth frais
Préparation
  1. Confectionner la pâte en additionnant l'eau progressivement dans la farine tout en mélangeant (avec une pincée de sel)
  2. La pâte devra être la plus sèche possible. Mais si elle ne l'est pas assez, vous le verrez tout de suite et pourrez ajouter de la farine au fur et à mesure de la confection, comme pour faire des taillerins
  3. Former une boule avec la pâte et la laisser reposer une petite demi heure
  4. Étaler la pâte au rouleau ou bien à l'aide d'une machine à pâtes; ajouter autant de farine que nécessaire. La pâte doit être fine mais pas trop; genre 4 milimètres 
  5. Découper des ronds de 8 à 10 cm de diamètre dans la pâte (utilisez un cerle à dresser ou un moule à burger, par exemple), et les farcir avec quelques myrtilles (5 ou 6)
  6. Bien souder les bords de chaque raviole vous pouvez le faire à la main ou utiliser un moule à pierogi si vous en avez un
  7. Disposer les raviolis nouvellement faconnés sur un plat recouvert de farine; ils ne doivent surtout pas se toucher et encore moins être empilés, sinon ils se recollent tous ensemble et c'est une tragédie
  8. Pour les cuire, les faire pocher 5 minutes dans de l'eau bouillante salée
  9. Égoutter et servir avec la crème aigre et quelques brins d'aneth ciselé
La photographie, c'est un métier.
Alternatives 

Pour des koldunai aux cèpes: Même recette, en remplaçant les myrtilles par des petits morceaux de cèpes. Si vous utilisez des cèpes séchés, essorez-les une fois réhydratés, sinon c'est trop aqueux et le ravioli se ramollit de l'intérieur.

Pour une version au formage, vous pouvez utiliser du ricofu ou du formage frais de cajou, il doit être le plus épais possible cependant.



mercredi 30 mai 2018

Pizzoccheri

Spécialité du Nord de l'Italie, et aussi du Sud de la Suisse, les pizzoccheri sont de lointains cousins des taillerins et des crozets savoyards. Ce sont des pâtes très rustiques à base de sarrasin, plates et allongées comme les tagliatelle (ou les taillerins, en fait), bien qu'on les coupe généralement en morceaux de quelques centimètres de long.

Qui est cette dame, et l'a-t-on payée pour cette photo?

On en vend dans des endroits bien fréquentés comme les supermarchés de Tirano (pour les fans de voyages en train: c'est le terminus de la Bernina Bahn), et sans doute dans l'une ou l'autre épicerie italienne de Bruxelles (UPDATE: on en trouve chez Stival, Rue Vanderkindere; j'ai aussi entendu dire qu'il y en avait peut-être Chez Giordani au Woluwe shopping center - à vérifier...). À défaut, vous pouvez à la limite utiliser d'autres pâtes de sarrasin. Rien ne vous empêche non plus de les faire vous-même: faites des taillerins au sarrasin et coupez-les en morceaux de quelques centimètres).

Traditionnellement, les pizzoccheri se préparent avec des pommes de terres, des bettes (ou bien du chou), et une sauce très grasse et crémeuse (un peu comme les crozets, donc, mais avec des pommes de terre en plus).



 Pour deux portions
  • 141 g de pizzoccheri
  • 276g de petites pommes de terre jeunes et fermes
  • 2 gousses d'ail
  • 1 filet de jus de citron
  • Une bonne poignée de feuilles de bettes
  • 4 ou 5 càs de formage de tapioca ou de formage à fondue (pour rappel, recette de base = 400g de tofu soyeux, 75 ml d'huile de mais, de tournesol ou de coco -désodorisées, 2 gousses d'ail, 75 g de farine de tapioca, 10 à 15 cl de vin blanc, 3 ou 4 càs de levure maltée, sel, noix muscade)
  • 1 petit pot de crème de soja ou d'amandes
  • Plein d'huile d'olive et/ou de tournesol
  • Quelques feuilles de sauge
  • 1 pincée de sel


Préparation

Si vous n'en avez pas déjà, commencez par préparer un formage de tapioca
  1. Faire chauffer l'huile dans une casserole haute, avec les gousses d'ail, et ajouter le tofu
  2. Ajouter la farine de tapioca et mixer le tout avec un mixeur plongeur
  3. Augmenter la température de cuisson et ajouter le vin en remuant constamment
  4. Quand ça bloblotte, laisser cuire deux trois minutes tout en remuant toujours
  5. Oter du feu et ajouter le sel, la muscade et la levure
Préparation des pizzoccheri 
  1. Nettoyer les bettes et les couper en lanières, verser un filet de jus de citron dessus pour qu'elles restent mieux vertes
  2. Nettoyer les pommes de terre et les couper en cubes (inutile de les éplucher, surtout si elles sont nouvelles)
  3. Faire cuire les pommes de terre dans 700ml d'eau salée; cinq minutes plus tard, ou quand elles sont à moitié cuites, ajouter les pizzocheri, et enfin les bettes cinq minutes plus tard
  4. Couper le feu et laisser la cuisson terminer pendant encore cinq minutes. Ensuite retirer du feu, mélanger, et éventuellement égoutter brièvement, si jamais il y a trop d'eau
  5. Dans une grande poele, faire revenir l'ail écrasé et les feuilles de sauge dans une généreuse dose d'huile, à feu doux, quelques minutes
  6. Verser dans cette poele les pizzocheri, pommes de terre et bette, ainsi que le formage de tapioca
  7. Couper le feu, bien mélanger, laisser tout fondre et se mélanger, ajouter un peu de crème d'amandes
  8. Servir avec un ou deux tours de moulin à poivre
Conseil vin:

Un vin blanc un peu gras, du Nord de l'Italie pour bien faire, comme par exemple celui-ci.


mercredi 7 mars 2018

Koukou gamin

Aujourd'hui nous célébrons l'anniversaire de la naissance de Georges Perec. Plus précisément, cette année nous commémorons les 82 ans de sa naissance et les 36 ans de sa mort, puisqu'il est né en 36 et mort en 82.

J'ai envisagé d'écrire un article sans E pendant 3 bonnes secondes et puis j'ai laissé tombé l'idée (je n'ai aucune ambition).

Du coup je me contente d'un plat sans E et sans oeuf : le koukou, une spécialité d'Iran et d'Azerbaidjan que j'ai découverte l'an dernier au festival russophone de Koekelberg - ne l'ayant bien sûr pas goûté à ce moment-là j'étais d'autant plus curieuse d'en apprendre plus et d'en faire moi-même pour voir à quoi ça ressemblait...

En résumé, c'est une sorte frittata aux herbes. Beaucoup, beaucoup d'herbes. On utilise souent du persil, de l'aneth, de la coriandre et de la menthe, mais en fait l'idée c'est d'utiliser ce qu'on a sous la main, et de préférence des herbes sauvages au printemps, donc si vous avez l'occasion de vous faire une chouette balade allez-y joyeusement avec les orties, le pissenlit, le lierre terrestre et l'ail des ours (...c'est encore un tout petit peu tôt, mais vivement dans deux ou trois semaines!) 

On peut également y ajouter des noix et/ou des baies.



Pour trois ou quatre portions 

1 énorme assortiment d'herbes fraîches, par exemple:
  • 1/2 botte de persil plat
  • 1/2 botte de coriandre fraîche
  • 1/2 botte d'aneth
  • 1/2 botte de menthe
  • 100g de farine de pois chiches
  • 150 g de tofu soyeux
  • 200g de lait de soja
  • 1 càc de bicarbonate de soude
  • 1 petite pincée de piment
  • 1 micro pincée de safran
  • 1 bonne pincée de sel normal et une petite de kala namak

Préparation
  1. Hacher les herbes finement
  2. Mixer le tofu soyeux avec la farine de pois chiche, le lait de soja et le bicarbonate, et laisser reposer 10 à 20 minutes
  3. Mélanger tous les ingrédients dans un grand bol. Si tout va bien, vous aurez une grande quantité d'herbes avec juste ce qu'il faut de pâte pour les lier (voir nimage)
  4. Placer dans un moule en silicone rond et faire cuire au four à 180 degrés pendant 20 à 30 minutes
  5. On peut également le faire cuire à la poele mais pour moi c'était plus facile au four
  6. Démouler sur une grande assiette, couper à la roulette à pizza;ajouter une pincée de kala namak juste avant de servir; je l'ai servi avec un peu de tehina et c'était bien bon



mardi 21 novembre 2017

Taillerins aux myrtilles

À Saint François Longchamps, il y a de mignonnes petites épiceries où tu peux faire tes courses et trouver plein de machins locaux; j'ai passé un petit temps au rayon pâtes, à saliver et à checker des listes d'ingrédients.

Eh oui en Savoie on fait plein de pâtes - on est à côté de l'Italie. Les plus connues sont les crozets (des petits carrés au sarrasin... on en reparlera), et les taillerins, pâtes longues et plates, dont on trouve différentes variétés aromatisées - aux cèpes, aux trompettes des morts, aux chataîgnes, aux noix, aux myrtilles... Oui, aux myrtilles!

Hélas tous les taillerins que j'ai vus dans les épiceries contenaient également des oeufs... Cela ne signifiait qu'une seule chose: si je voulais goûter les taillerins, j'allais devoir retrousser mes manches, et sortir pour la première fois de sa boîte poussiéreuse la machine à pâtes que je m'étais offerte il y a près de dix ans...

Conclusions: si vous cherchez une chouette activité pour un samedi après-midi pluvieux, je vous recommande de confectionner des taillerins. Ça peut sembler masochiste de faire ses pâtes soi-même - et honnêtement j'ai passé la première demi heure à me demander ce qui m'avait pris ... Mais au final, les gestes qui accompagnent la confection des taillerins - faire des petites boules... passer au rouleau, encore et encore, tourner la petite manivelle, recueillir délicatement les pâtes et les aligner, une à une, sur les grille du déshydrateur... C'est une méditation très apaisante et enrichissante si on la fait en pleine conscience. Sans déconner, je ne suis pas trop new age comme gonzesse - si si je vous jure - mais ça je vous le recommande. Après ça j'étais toute sereine et inspirée pendant toute la semaine! :D

Et puis, les pâtes bleues, c'est rigolo.


Taillerins aux myrtilles - pour quatre petites portions
  • 300 g de farine et plus si affinité
  • une bonne pincée de kala namak
  • 1 tasse de myrtilles surgelées (...Cyril Pedrosa en achète bien, lui!)
  • 1 peu d'eau

Accessoires: 
  • Une machine à pâtes (ça ne coûte pas hyper cher, mais ça prend de la place; et le risque de l'utiliser très peu est assez élevé - bref, si vous n'en avez pas, trouvez un.e pote qui en a un et empruntez-le lui!)
  • Pour faire sécher les pâtes: un séchoir à pâtes (je n'en ai pas) ou alors des grilles, plats ou planches; j'ai utilisé mon déshydrateur, c'était tip top.


Préparation
  1. Laisser décongeler les myrtilles et les mixer avec un petit peu d'eau
  2. Les mélanger à la farine avec le kala namak et bien malaxer, ajouter de l'eau ou de la farine si nécessaire. La pâte doit être bien sèche, d'ailleurs vous allez ajouter de la farine à chaque étape sinon ça colle
  3. Ensuite, procéder selon le mode d'emploi de la machine
  4. Aligner méticuleusement les pâtes pour les faire sécher 
  5. Pour les cuire: si elles sont encore fraîches, 2 à 5 minutes dans l'eau bouillante, une fois séchées c'est deux fois plus long
  6. Pour servir: vous n'avez pas passé des heures à fabriquer des pâtes artisanales pour les noyer dans une sauce, alors servez-le avec juste un filet d'huile de noix.

Variante: taillerins aux cèpes

Même recette, en remplaçant juste les myrtilles par une tasse de cèpes séchés, réhydratés dans de l'eau chaude et mixés finement. 
 



lundi 19 juin 2017

Soupe d'été aux cornichons frais

Une recette à ne pas manquer si vous trouvez des cornichons frais sur un marché! 

J'ai trouvé une recette similaire sur plusieurs sites. Après l'avoir testée telle quelle, je n'ai pas résisté à la tentation de la refaire en ajoutant du pain, d'une part parce que je suis accro aux gazpachos en tout genre, et ensuite parce que j'avais un bout vieux pain blanc à upcycler. Satisfaction totale.



Pour deux à trois portions
  • 7 Cornichons frais (ou des mini concombres)
  • 1 poignée d'aneth haché + qq brins pour la déco
  • 500 ml de bouillon
  • 2 càs d'huile de tournesol
  • 1 oignon haché
  • Une ou deux tranches de vieux pain blanc si vous en avez qui traîne
  • 100 ml de crème d'avoine
  • 5 cl de sherry
  • qq cm de zeste de citron
  • sel, poivre noir
Préparation
  1. Si vous ne supportez pas les oignons crus, cuisez-les (c'est ce que j'ai fait)
  2. Faire tremper le pain dans le bouillon
  3. Couper les cornichons frais en petits morceaux, ainsi que l'aneth
  4. Mixer finement tous les ingrédients ensemble sauf la crème d'avoine
  5. Gouter et rectifier l'assaisonnement en poivre et en sel
  6. Laisser refroidir
  7. Servir glacé avec un peu de crème d'avoine et un brin d'aneth


mardi 16 mai 2017

Minestrone aux orties

On trouve des mélanges pour minestrone dans les magasins bio, mais on peut aussi faire son propre mélange avec quelques céréales et petites légumineuses, par exemple: orge, lentilles et pois cassés. On peut même en faire plein et le conserver dans des bocaux transparents, c'est joli - ça peut même faire un petit cadeau home made et sympa.

Pour les légumes, personnellement je prends presque toujours soit du chou frisé (kale), soit du chou de Toscane, soit des bettes (je suis archi fan), mais à la base tout est permis. Ou alors des fanes de radis ou de navet - c'est aussi la saison justement.


Pour deux ou trois portions
  • 1 tasse de mélange pour minestrone ou scotch brot 
  • 2 càs de mini pâtes type "vermicelles" (j'ai trouvé des pâtes "alphabet", j'adore!)
  • Quelques feuilles de légumes d'hiver/printemps: kale, chou de Toscane, côtes de bettes, fanes de radis ou de navet 
  • Une quinzaine de têtes d'orties
  • 4 à 5 càs d'huile olive
  • 1 morceau d'écorce de citron de quelques centimètres
  • 1 cube de bouillon végétal
  • sel, piment

Préparation
  1. Nettoyer les têtes d'ortie, les mixer avec l'huile d'olive et un peu de sel pour obtenir un pesto. Réserver
  2. Nettoyer les légumes feuilles et les couper en petits morceaux
  3. Faire cuire les légumineuses dans 1.5 L d'eau bouillante avec le cube de bouillon et le morceau de citron.
  4. Cinq minutes avant la fin théorique de la cuisson des légumineuses, ajouter les vermicelles et les légumes feuilles, laisser cuire cinq minutes. 
  5. Penser à enlever le morceau de citron
  6. Servir chaque bol avec une cuillèrée de pesto d'orties
Remarque: le pesto d'ortie ne se conserve pas super bien au frigo, il noircit. On peut à la limite le congeler mais le plus sage est de n'en faire qu'un petit peu à la fois.

lundi 15 mai 2017

Avocat, ortie

...Tout est dit! Une entrée classe et crue, pleine de vitamines et autres microtrucs.


Pour deux portions
  • 1 avocat perfaitement mûr (bonne chance)
  • Quatre ou cinq têtes d'ortie
  • Quelques feuilles d'ail des ours ou de ciboulette
  • Un filet de citron
  • Une pincée de piment 
  • Une pincée de cumin
  • Sel, poivre
Préparation
  1. Couper l'avocat en deux et l'évider
  2. Mixer la chair d'avocat avec tous les autres ingrédients
  3. Pour servir, remettre la mixture dans les deux morceaux de peau d'avocat et garnir avec quelques graines germées, du gomasio, une rondelle de citron, ou ce que vous avez...

mardi 29 novembre 2016

Rosotto

Plus que 5 jours avant la Sainte Barbe!

Alors: je vous avais promis qu'il y aurait autre chose que des betteraves, mmh? Voici un petit risotto bien citronné, parfait pour une entrée un peu originale. On mélange un riz rond pour la texture et un riz violet pour la couleur. Pour votre culture générale, notez que le riz violet (oxfam) est déjà un mélange, d'ailleurs. 

Enfin, très important: le jus de citron, qui rend tout meilleur, et qui en l'occurence rend le riz violet vraiment rose. En dehors de ça, la recette contient peu d'ingrédients (pas de bouillon, par exemple), pour mettre en valeur le goût naturel du riz. Les algues, bien que roses, sont en option.


Pour 2 portions
  • 80g de riz bomba
  • 80g de riz violet oxfam
  • 3 échalotes et/ou 2 gousses d'ail, selon vos préférences
  • 2 càs d'huile d'olive
  • 1/2 citron
  • eau chaude
  • 5cl de crème de riz
  • 1 cac de sel rose (ou blanc, ok, on ne verra pas la différence)
  • Poivre.noir
  • (facultatif) des algues: 1 càc de sargasse, 1 càc de dulse
Préparation
  1. Mélanger les riz
  2. Faire chauffer l'huile à feu moyen dans une grande poele ou casserole et y faire cuire les échalotes (et/ou l'ail)
  3. Ajouter le riz et procéder ceomme n'importe quel risotto: faire d'abord cuire le riz sec dans l'huile deux trois minutes, et quand il devient transparent commencer à ajouter l'eau très progressivement, en mélangeant délicatement au fur et à mesure
  4. Quand le riz est cuit, ôter le plat du feu le feu, ajouter la crème de riz, assaisoner et mélanger délicatement
  5. Ensuite, ajouter le jus de citron et remélanger
  6. Servir immédiatement, et parsemer d'algues ou de parmesamandes (amandes moulues + levure maltée et sel)



jeudi 29 septembre 2016

Tarte aux courgettes, pignons et aneth


Comme d'habitude: j'aime garder ma recette préférée pour la fin de la semaine: et je suis super fan de cette tarte! Elle est parfaite pour accompagner l'apéro un bel après-midi de fin d'été comme on a la chance d'en avoir ces temps-ci... 

Autre chose: on va pouvoir utiliser les restes de la tofeta de lundi... Quand je vous disais que j'en fait hyper souvent, ce n'était pas une blague... Alternativement, j'ai également testé cette recette avec du fromage de cajou à la place de la tofeta, c'était tout aussi très bon.

Autre truc qu'on a déjà utilisé cette semaine (hier): le parmesamandes ...C'est un truc hyper connu des vegan: tout simplement des amandes en poudre avec un peu de levure maltée et de sel; ça se saupoudre sur des pâtes ou du risotto, un peu comme du gomasio ou du parmesan.


Pour une grande tarte
  • 1 rouleau de pate brisée vegan
  • 1 petite courgette
  • 200g de tofu nature + 3 càs d'umebosi (alternativement: 3 càs de fromage frais de cajou)
  • 2 càs d'huile olive
  • 2 càs de creme d'avoine
  • 1 petite poignée de pignons
  • 1 grosse poignee d'aneth ciselé
  • 3 càs d'amandes en poudre
  • 1 càs de levure maltée

Préparation
  1. Idéalement la veille, préparer de la tofeta: couper le tofu en cubes, le cuire à la vapeur, et le faire ensuite mariner avec l'ume su
  2. Ouvrir le paquet de pâte et allumer le four (180 à 200 degrés)
  3. Égoutter les cubes de tofu mariné et les écraser grossièrement à a fourchette
  4. Dérouler la pâte dans un moule et la précuire 6 minutes dans le four
  5. Mélanger dans un bol la tofeta écrasée, l'huile et la crème d'avoine
  6. Disposer ce mélange sur la tarte
  7. Faire toaster les pignons une ou deux minutes à la poele (ce n'est pas obligatoire, mais c'est vraiment mieux)
  8. Disposer l'aneth ciselé et les pignons par dessus la tofeta écrasée
  9. Couper la courgette en fines rondelles et disposer ces rondelles sur la tarte
  10. mélanger les amandes en poudre et la levure en les seccouant dans un bocal pour faire du parmesamandes: en parsemer un peu sur la tarte par dessus les rondelles de courgettes ( et garder le reste au placard)
  11. Replacer la tarte au four 8 à 10 minutes
  12. Servir avec une salade et une vinaigrette au citron

mardi 23 février 2016

Fiskbullar (utan fisk)

Toutes les autres recettes de cette semaine seront des grands classiques revisités (ou même pas revisités en fait), mais celle-ci est quand même une création originale. 

Ça faisait un moment que je pensais faire des boulettes un peu nordiques à base d'avoine. Si vous vous demandez ce qu'il y a de nordique dans cette recette, voici: pour la concevoir, j'ai pensé très fort à la Suède. Et aussi un peu à Asterix et les Normands.
 
A part ça, le résultat est plutôt néerlandais en fait: le truc, c'est que l'ingrédient clef est une algue que j'ai achatée aux Pays-Bas et que je n'ai pas trouvée ailleurs. Il s'agit de zeeuws bessenwier (Sargassum muticum pour les intimes latinistes - sargasse en français)... Pour celles-ceux que ça intéresse on en vend en ligne, par exemple ici. On peut faire sans ou utiliser d'autres algues ou herbes - mais le goût de la sargasse est vraiment spécial, ça vaut la peine d'essayer si vous avez l'occasion de vous en procurer.



En plus, au moment de faire la photo, j'ai pas pu remettre la main sur mes petits drapeaux suédois, alors j'ai pris un drapeau néerlandais.


Pour 20 boulettes
  • 200g de tofu fumé
  • 150g de flocons d'avoine
  • 1 gros oignon
  • 15 cl d'huile olive (voire plus, pour les Normands qui ignorent la peur)
  • 1 càc de vinaigre de cidre
  • 5 cm2 d'écorce de citron
  • Un filet de jus de citron (genre, 1/2 citron)
  • 2 càs de Zeeuws Bessenwier (à défaut, votre herbe ou algue favorite)
  • 1 càc de sel fumé (ou de sel marin normal)

Préparation
  1. Mixer le tofu et l'oignon (épluché)
  2. Mélanger tous les ingrédients dans un grand bol
  3. Passer un bref coup de mixeur plongeur si la pâte n'est pas assez homogène
  4. Faire refroidir la pâte au frigo quelques heures
  5. Façonner des boulettes de 4 à 5 cm de diamètre (les mains mouillées, ça va tout seul)
  6. Faire cuire au four, 20 minutes, à 180 degrés
  7. Servir avec une sauce à la crème comme dans Astérix et les Normands, (crème d'avoine de préférence) et une bière servie dans le crâne de votre ennemi.

mardi 12 janvier 2016

Eekhorntjesbrood Bitterballen

Les bitterballen, ce sont des p'tites boulettes-croquettes qu'on se grignotte en prenant une bière. Un art de vivre quoi.

La semaine dernière, j'ai essayé d'en faire avec des cèpes, parce que c'est bon les cèpes, mais aussi parce que Eekhorntjesbrood est quand même un des mots les plus mignons de la langue néerlandaise  (littéralement: le pain des petits écureuils) ...Alors pourquoi se priver!


Vous avez vu j'ai trouvé un drapeau néerlandais


Pour une dizaine de ballen
  • 2 càs d'huile d'olive
  • 1/2 tasse de protéines de soja texturé 
  • 1 tasse de bouillon de légumes
  • 1 tasse de fécule de maïs spéciale roux (à défaut: farine normale ou fécule de maïs)
  • 15 cl de vin blanc
  • 1 mini poignée de cèpes séchés en morceaux
  • 1/2 tasse de chapelure
Préparation
  1. Couper les morceaux de cèpes en petits morceaux et les faire tremper dans le bouillon, avec les protéines de soja; laisser tremper une petite demi heure
  2. Et maintenant on va se faire un petit roux, c'est toujours sympa
  3. Faire chauffer l'huile à feu modéré dans un poelon
  4. Verser la farine dans le poelon en touillant bien avec une cuillère en bois
  5. Y verser un peu du bouillon (sans morceaux), touiller une minute
  6. Y verser le vin blanc petit à petit tout en touillant
  7. Enfin, verser tout le bouillon (avec les morceaux) tout en continuant à touiller, et retirer du feu.
  8. Ça doit devenir super épais.
  9. Laisser refroidir.
  10. Quand la sauce est bien dure et froide, on peut façonner les boulettes: avec les mains mouillées c'est le plus simple (prévoir une assiette creuse avec de l'eau dedans); disposer les boulettes sur un plateau afin de les pouvoir les remettre au frigo une bonne demi heure histoire qu'elles soient plus faciles à manipuler.
  11. Rouler les boulettes dans la chapelure
  12. A ce stade, on peut soit les cuire (dans une poele avec plein d'huile), soit les congeler pour plus tard...

Servir avec

Une bière. Suivez, un peu.

lundi 11 janvier 2016

Groningse Mosterdsoep

Oui, absolument, de la soupe à la moutarde. C'est super bon, je suis totalement fan. Et en été, la version glacée est sympa aussi.


Pour deux portions
  • 2 càs de moutarde de Groningen (ou de moutarde à l'ancienne)
  • 2 càs d'huile de coco
  • 1 gros poireau
  • 1L de bouillon de légumes
  • 2 càs de farine
  • 2 càs de fécule de mais
  • 20 cl de crème de riz

Préparation
  1. Mélanger la farine et la fécule de maïs
  2. Faire fondre l'huile de coco dans un pelon et y faire revenir le poireau
  3. Une fois cuit, enlever le poireaudu poelon
  4. Déposer dans le poelon le mélange de farines en remuant avec cuillere en bois
  5. Y ajouter le bouillon petit à petit (ne vous en faites pas pour les grumeaux, on va mixer après)
  6. Augmenter le feu, laisser bouillir qq minutes
  7. Couper le feu, remettre les poireaux
  8. Ajouter la moutarde
  9. Retirer le poelon du feu, mixer soigneusement la soupe
  10. Ajouter la crème de riz

Servir:
...avec un chouia de crème de riz épaisse et deux trois germes de moutarde  :)

lundi 7 décembre 2015

Haut les mains, trente-six boudins!

C'est l'hiver! C'est Noël!!!!

Le boudin, alors, le boudin.

Le boudin, c'est LE truc rustique et traditionnel par excellence. Mais c'est traditionnellement un produit carné me direz vous?

Eh bien, en fait, non, pas tant que ça. Si les boudins de boucherie dont la fabrication est décrite longuement par Zola dans Le Ventre de Paris (à lire absolument), ou encore les boudins qui puent des marchés de Noël, servent à faire quelque chose des déchets de cadavres histoire de ne rien jeter (nous on fait des soupes avec les feuilles de chou fleur, eux ils font des saucisses avec du sang et des boyaux - à chacun son truc n'est-ce pas), les recettes de campagne sont beaucoup plus proches d'un mode de vie 100% végétal: essentiellement, c'est du pain, des herbes et des légumes du jardin (choux, oignons); et  éventuellement du saindoux -mais faut pas oublier que le saindoux au départ c'est un truc de luxe et qu'au début du siècle dernier on ne risquait pas d'en trouver en grandes quantités dans les humbles chaumières de nos campagnes. Bref, je ne  dois pas être la première à faire un boudin végétal, je suis sûre que mes ancêtres ont du en manger beaucoup.




Dès demain, From Belgium Witloof vous propose quatre recettes de boudin qui réjouiront petits et grands.


vendredi 13 novembre 2015

Croquettes .. Croquettes... CROQUETTES !!!!!

Des croquettes au fromage maison... Le rêve... Et je tiens enfin un prototype décent... Plus que décent, même!!!!!  

C'est un peu long à préparer mais ça vaut le coup. Et puis on peut les surgeler, aussi.



...Pour PLEIN de croquettes (je ne sais pas, genre, 20)
  • 50 ml d'huile de maïs ou de coco (ou d'olive pour un gout plus spécial)
  • 3 gousses d'ail
  • 400 g de tofu soyeux
  • 100g de polenta instantanée
  • 10 cl  de vin blanc
  • 1 verre de lait de soja ou d'eau
  • 40g de farine de tapioca
  • 2 càs de levure maltée
  • 1 bonne pincée de noix muscade
  • 1 bonne pincée de sel
  • 4 à 5 càs de chapelure
  • 2 càs de fécule de maïs
Préparation

La pâte à croquettes
  1. Faire chauffer l'huile dans un poêlon avec les gousses d'ail, cuire 5 minutes à feu modéré
  2. Ajouter le tofu et remuer avec une cuillère en bois
  3. Ajouter la polenta et la noix muscade
  4. Verser le vin blanc, petit à petit, tout en remuant
  5. Ça doit devenir épais, mais si ça devient vraiment trop dur, ajouter un peu d'eau ou de lait de soja
  6. Quand la polenta a gonflé, ajouter la farine de tapioca et augmenter la température pour que ça bouillonne un petit peu et laisser bouillonner deux minutes
  7. Ensuite, couper le feu et ajouter la levure maltée et le sel
  8. Hors du feu, mixer consciencieusement la préparation avec un mixeur plongeur
  9. Laisser refroidir quelques minutes, ensuite goûter et rectifier l'assaisonnement: si cela vous semble un peu fade, pensez à ajouter de l'huile, du sel, et/ou de la levure maltée. Ce sont les trois ingrédients qui donnent véritablement un goût fromagé à la chose! Attention: ne mangez pas tout, la recette n'est pas finie.
Confection des croquettes
  1. Étaler la préparation sur une feuille de cuisson avec une spatule et former un grand pavé de 2 cm d'épaisseur.
  2. Bien faire refroidir (idéalement, placer quelques heures au frigo)
  3. Ensuite, découper des rectangles de la taille d'une croquette (avec une roulette à pizza si possible)
  4. Dans un bol, délayer la fécule de maïs dans 10 cl d'eau bouillante - laisser gonfler et refroidir un peu
  5. Badigeonner les croquettes avec la mixture collante ainsi obtenue
  6. Tremper ensuite les croquettes dans la chapelure, dans une assiette
  7. Faire cuire les croquettes à la poele avec un peu d'huile, ou tout simplement au four


Servir

En entrée avec une petite salade et un verre de vin blanc.



samedi 7 novembre 2015

Paupiettes des morts

Chères, chers compatriotes, savez-vous ce qu'est une paupiette? Parce que personnellement je l'ignorais jusqu'il y a peu! Mais grâce à wikipedia, maintenant je sais: les paupiettes, c'est les oiseaux sans tête.

Chères amies françaises, chers amis français, savez-vous ce qu'est un oiseau sans tête? Et bien c'est une paupiette. Nous en Belgique on aime bien manger des trucs avec un nom dégueu.



Pour 4 paupiettes
  • 1 ou 2 beaux  poireaux
  • une belle poignée de tdm (trompettes des morts)
  • 2 tdp (tranches de pain)
  • 1 tasse de bouillon
  • 4 ou 5 noix en morceaux
  • 1 pincée d'ail en poudre
  • 1 pincée de sel
  • 1 càc de levure maltée
  • 3 ou 4 càs de gluten en poudre
Préparation
  1. Couper précautionneusement les feuilles de poireaux afin d'en obtenir 4 grandes feuilles blanches de 20 cm de long (et 8 de large environ)
  2. Garder le reste des poireaux pour faire une bonne soupe
  3. Émietter le pain dans une assiette et le mouiller avec un peu de bouillon
  4. Y ajouter l'ail, les trompettes des morts, les noix, le sel et la levure
  5. Bien mélanger pour obtenir un truc mouillé, homogène et pâteux sans complètement casser les bouts de pain
  6. Enfin, verser le gluten en pluie tout en mélangeant: le gluten va agluttiner la préparation mouillée
  7. Placer une grosse noix de cette farce à l'intérieur de chaque feuille de poireau, dans le premier tiers de la feuille, et en laissant bien au moins 2 cm de poireau de chaque côté
  8. Rouler ensuite la feuille de façon à obtenir un petit tube, et le faire tenir à l'aide d'un cure-dents
  9. Faire cuire les paupiettes à la vapeur environ 30 minutes (profitez-en pour faire cuire les restes de poireaux)
  10. Vous pouvez éventuellement les faire dorer à la poele



Servir 

Avec de la purée, des pleurottes, et une bonne compote de pommes. Accompagner de vin blanc se.
 Alternativement, utiliser des tranches d'aubergines à la place des poireaux

vendredi 6 novembre 2015

Croquettes des morts

L'autre jour je savais pas quoi manger et je discutais avec un pote, qui m'a dit : "Fais des croquettes, c'est bon, les croquettes". Faut dire, c'est un chat. C'est malin.




Pour une douzaine de croquettes
  • 50 ml d'huile olive + un peu pour la fin
  • 5 gousses d'ail
  • 13 trompettes des morts fraîches ou séchées
  • 400 g de tofu soyeux
  • 100g de polenta (instantanée/précuite)
  • 50 ml de vin blanc (... ou rouge! même si ça donnera une couleur plus osée)
  • 150 à 200 ml de bouilon aux cèpes ou de bouillon végétal
  • 2-3 càs de maizena
  • 1 càs de levure maltée
  • 1 petite càc de sel
  • 2 à 3 càs de chapelure
Préparation
  1. Dans une casserole assez haute, faire chauffer l'huile à feu doux, et y faire cuire l'ail 5 minutes
  2. Ajouter le tofu soyeux et remuer
  3. Ajouter ensuite la polenta et 150 ml de  bouillon, laisser cuire 5 bonnes minutes en mélangeant régulièrement (ajouter du bouillon si ça devient trop dur)
  4. Ajouter la maizena, remuer et laisser cuire 2 minutes
  5. Couper le feu et incoprorer le vin tout en remuant
  6. Retirer du feu, ajouter la levure maltée
  7. Mixer avec un mixeur plongeur
  8. Ajouter ensuite les trompettes des morts nettoyées, bien remuer, gouter et rectifier l'assaisonnement 
  9. Laisser refroidir (idéalement, laisser la préparation quelques heures au frigo, voire toute la journée)
  10. Enfin, façonner les croquettes en roulant la pâte en petits boudins dans vos mains humidifiées, et en les roulant ensuite dans la chapelure après les avoir badigeonnées d'huile d'olive.
  11. Faire dorer les croquettes à la poele ou au four 


Servir

En entrée avec une petite salade de roquette; à déguster avec un Muscadet Sèvre et Maine ou un chouette Pinot noir par exemple.

jeudi 5 novembre 2015

Gosette des morts

Un bon petit quatre-heures de nos compagnes avec un avant-goût d'hiver...  Bon j'avais trop de pâte feuilletée alors dans mon élan j'ai ajouté des pitites étoiles au dessus pour faire fête. Ça fait tellement fête que ça fait même un peu Noël :D

Les p'tites étoiles c'est juste pour faire fête - et parce que j'avais trop de pâte

Pour 4 gosettes
  • 1 rouleau de pâte feuilletée vegan
  • 1 pomme
  • 1 petite poignée de noix
  • 1 petite poignée de trompettes des morts séchées
  • 1 peu de sel

Préparation 
  1. Découper dans la pâte 8 "trois-quarts de cercles" de la même taille (8 à 10 cm de diametre)
  2. Sur 4 d'entre eux, commencer par placer une petite pincée de sel
  3. Y déposer ensuite les trompettes et les noix, en laissant 1.5 cm de bord
  4. Placer ensuite quelques morceaux de pommes par dessus
  5. Ajuster délicatement un trois-quart de cercle de pâte sur chaque trois-quart de cercle garni
  6. Bien sceller les bords à l'aide d'une fourchette 
  7. Faire cuire au four à 180 degrés, 15 à 20 minutes

mercredi 4 novembre 2015

Rosette des morts

Bon les courgettes c'est un peu la fin de la saison, hélas... Profitons-en pour leur rendre hommage quasi-posthume avec un petit machin festif et très joli qui va en mettre plein la vue à votre beau-frère.



Pour quatre rosettes 
  • 4 morceaux de pâte feuilletée*, d'environ 25 x 6 cm
  • 1 ou 2 petites courgettes
  • 4 beaux cerneaux de noix
  • Une petite poignée de trompettes des morts séchées
  • 1 càc de sel fumé
  • Quelques càs de fromage frais de noix de cajou*
Préparation
  1. Préparer 4 bandes de pâte feuilletée d'environ 25 x 6 cm
  2. Couper la courgette en très fines tranches, avec une mandoline par exemple
  3. Sur chaque bande de pâte feuilletée, étaler deux ou trois tranches de courgettes (en laissant un bord de 2 cm de pâte en dessous et aux bords - voir photo), badigeonner d'huile d'olive, et parsemer la base de la courgette de sel fumé et de trompettes séchées émiettées
  4. Ajouter une petite càc de fromage de noix de cajou au début de la bande, ainsi qu'un cerneau de noix
  5. Enfin, replier la bordure de pâte vers l'intérieur sur la base des lamelles de courgettes, et enrouler ensuite la bande sur elle-même, à partir du bout avec les noix et le fromage, de façon à obtenir une rose
  6. A la fin, coller la pate qui dépasse avec de l'eau contre la rose (pour que ça tienne) (Astuce: pour que la rose ne se déroule pas, on peut la faire cuire dans un petit moule à muffin)
  7. Les faire cuire au four 20 minutes à 180 degrés et laisser refroidir un peu avant de manger
Sur chaque bande de pâte feuilletée, étaler deux ou trois tranches de courgettes
Parsemer de sel et de trompettes ; ajouter le fromage de cajou et un bout de noix
Replier la bordure de pâte vers l'intérieur sur la base des lamelles de courgettes
Enrouler la bande sur elle-même pour obenir une rose

* Commentaires sur les ingrédients: la pâte feuilletée et le fromage frais de cajou

Honnêtement, j'avoue le crime: la pâte feuilletée, je l'achète toute faite. Je n'ai même encore jamais essayé d'en faire moi-même. En effet, la plupart des pêtes prêtes à dérouler que l'on trouve dans les magasins sont vegan (les rares où il y a du beurre c'est écrit en grand dessus), alors pourquoi s'empoisonner la vie... Et surtout, si vous voulez essayer de la faire vous même... utilisez des ingrédients non transformés: récemment je suis tombée sur une recette de pâte feuilletée où on pouvait lire "en la faisant moi-même au moins je sais ce qu'il y a dedans" ... Or la recette était à base de ... margarine... purpose missed :(
Le fromage de noix de cajou, par contre, ÇA vous pouvez le faire maison! Ça prend plusieurs jours, mais c'est super simple: on fait tremper des noix de cajou 12h dans de l'eau, on les rince, on les mixe avec un jus de citron et un peu d'eau et de sel, et on conserve la mixture 2 jours dans un bocal fermé à température ambiante: ça va fermenter! Après on le peut le garder facilement une semaine au frigo. En fait, ça vaut la peine d'essayer d'en avoir plus ou moins tout le temps sous la main.

mardi 3 novembre 2015

Boulettes des morts

Ça, c'est un truc que j'avais improvisé un jour pour caser un reste de riz... C'est toujours comme ça qu'on pond les meilleurs trucs.

Vous pouvez évidemment cuire du riz exprès, ce n'est pas interdit. Mais c'est aussi une idée à retenir pour le jour où vous avez un reste de riz à caser, donc - et vous pouvez congeler les boulettes pour les ressortir lors d'un petit apéro improvisé.




Pour six boulettes
  • 1 gros bol de riz cuit (du riz rond et collant)
  • 7 trompettes des morts séchées et émiettées
  • 100g de tofu fumé, écrasé à la fourchette
  • 1 petit oignon rouge, haché
  • 2 càs de pâte de noisettes
  • 1 càs de thym
  • 1 càc d'ail en poudre
  • 2 à 3 càs de graines de tournesol, de lin et/ou de sésame

Préparation
  1. Dans un grand bol, bien mélanger le riz avec le tofu, l'oignon haché, les trompettes des morts, la pâte de noisettes, le thym, l'ail et le poivre
  2. Goûter et rectifier éventuellement l'assaisonnement
  3. Former de betites boulettes bien compactes (5,8 cm de diamètre) (conseil: humidifiez vos mains pour que ça ne colle pas)
  4. Mélanger les graines de tournesol, de lin ou de sésame dans une assiette plate et roulez-y les boulettes
  5. Faire cuire les boulettes au four ou dans une poele avec un peu d'huile d'olive

Servir
Comme entrée, plat, accompagnement, voire comme petite bouchée apéritive... Avec un vin blanc pas trop sec voire un chouette pinot noir.