Affichage des articles dont le libellé est inspiration italienne. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est inspiration italienne. Afficher tous les articles

mardi 18 février 2020

Risotto aux topinambours

Les topinambours c'est super bon mais c'est très -très explosif donc attention: prévoir maximum un topinambour par personne - et encore, des petits! 

Heureusement, comme il est très parfumé, un seul morceau est suffisant pour parfumer une portion de risotto - à déguster en entrée comme en Italie, ou à la limite en plat principal, accompagné d'une petite salade d'hiver (cresson,  claytone de Cuba, ...)


Pour deux portions
  • 129 g de riz arborio ou carnaroli
  • 2 petits topinambours (ou un gros)
  • 500 ml de bouillon de légumes
  • 1 petit verre de vin blanc sec (facultatif)
  • 2 càs d'huile d'olive
  • 1 branche de thym ou de romarin
  • 2 gousses d'ail (facultatif)
  • du parlesan pour servir
  • poivre noir du moulin
Préparation
  1. Nettoyer, éplucher et couper les topinambours en petits cubes
  2. Écraser les gousses d'ail et les faire revenir dans l'huile d'olive dans une grande poele
  3. Ajouter le riz et le laisser devenir translucide
  4. Ajouter les cubes de topinambour
  5. Remuer et ajouter le bouillon très progressivement (au fur et à mesure qu'il est absorbé)
  6. Laisser cuire 12 minutes à feu modéré en remuant de temps en temps 
  7. Une fois le riz quasi cuit, ajouter une dernière petite louche de bouillon, remuer, ajouter le vin blanc, touiller une dernière fois, saler, couper le feu, couvrir et laisser mijoter deux minutes
  8. Juste avant de servir, saler et rectifier l'assaisonnement
  9. Servir en entrée et/ou en plat principal (accompagné d'une petite salade de claytone de cuba), dans des assiettes profondes, avec un chouia de parlesan et un ou deux tour de moulin à poivre
  10. Conseil vin: lui!

mardi 17 juillet 2018

Risotto ai fiori di zucca

Autre grand classique de la cuisine italienne (... Qu'est-ce qu'on ferait sans l'Italie décidément...) (Une coupe du monde de foot masculin, à la limite?) Quand je pense que pendant toute mon enfance carolo mes parents ont cultivé littéralement des tonnes de courgettes sans savoir qu'on pouvait manger les fleurs. (On laissait aussi grossir les fruits jusqu'à atteindre une bonne cinquantaine de centimètres, comme dans les Bidochons). 

Bon à savoir: cette recette peut se réaliser avec des fleurs congelées - une extrémité à laquelle vous risquez d'en arriver si tout comme moi l'an dernier vous vous retrouvez brusquement avec une dizaine de fleurs par jour.


Pour deux portions
  • 175 g de riz arborio ou similaire
  • 1 petit verre de vin blanc
  • 1 tasse de bouillon de légumes
  • 1 oignon?  et/ou une courgette
  • 1 filet de crème d'amande
  • 1 filet d'huile d'olive
  • quelques càs de parmesamandes (amandes moulues avec un peu de sel et de levure maltée)

Préparation
  1. Faire revenir le riz dans l'huile à feu moyen jusqu'à ce qu'il soit translucide
  2. Ajouter le bouillon de légumes très progressivement et mélanger tout au long de la cuisson du riz
  3. Couper la courgette en petits dés et les ajouter au risotto au bout de dix minutes de cuisson
  4. Continuer à remuer, et ajouter le vin petit à petit
  5. Couper le feu, ajouter la crème, remuer, ajouter les fleurs de courgettes entières et couvrir une minute
  6. Servir chaud avec un tour de moulin à poivre et une ou deux càs de parmesamande, et accompagner d'un chouette vin blanc italien (genre celui-ci).

Beignets de fleurs de courge

Cette recette est un grand classique bien sûr, et quasi le truc le plus simple à faire avec des fleurs de courge. D'ailleurs, les fleurs en beignets, c'est toujours chouette.

Vous pouvez éventuellement les farcir - typiquement avec 1 petit bloc de tofeta (petits cubes de tofu cuits à la vapeur et mariné 12h dans de l'ume su). Cependant, évitez les épices, le goût de la fleur est assez délicat et ce serait dommage de le masquer.



Pour 6 fleurs (comptez-en deux ou trois par personne pour l'apéro)
  • Sept fleurs de courgette (oui: comme ça vous pourrez en manger un en plus en secret)
  • 4 càs de farine
  • 5 cl de bière blonde (à défaut: de l'eau avec un chouia de levure chimique et une larme de vinaigre de cidre)
  • 1 pincée de sel
  • Huile d'olive

Préparation
  1. Préparer la pâte à beignet en mélangeant la bière et la farine, ajouter le sel et laisser reposer 20 minutes; la pâte doit être relativement liquide
  2. Tremper les fleurs dans la pâte, bien en mettre dans les replis
  3. Cuire les beignets à la poêle dans l'huile d'olive 
  4. Servir à l'apéro, avec un petit vin blanc croustillant, genre, lui par exemple

Fleurs de courge farcies au formage de cajou


Pour un apéro entre amis, mais pas trop, c'est la classe absolue en quelques minutes. Rappelons que pour consommer les fleurs à l'apéro il vaut mieux les cueillir le matin et les conserver dans le frigo. Après, je ne sais pas à quelle heure vous prenez l'apéro.


Pour deux portions (quatre fleurs)
Préparation
  1. Nettoyer les fleurs
  2. Les farcir délicatement avec une petit ciullère de formage et refermer reserrer les pétales sur le formage
  3. Les faire dorer à la poele dans l'huile d'olive une ou deux minutes
  4. Servir avec un vin naturel (du rosé par exemple, genre un petit pinot gris macération de derrière sa mère)

mercredi 30 mai 2018

Pizzoccheri

Spécialité du Nord de l'Italie, et aussi du Sud de la Suisse, les pizzoccheri sont de lointains cousins des taillerins et des crozets savoyards. Ce sont des pâtes très rustiques à base de sarrasin, plates et allongées comme les tagliatelle (ou les taillerins, en fait), bien qu'on les coupe généralement en morceaux de quelques centimètres de long.

Qui est cette dame, et l'a-t-on payée pour cette photo?

On en vend dans des endroits bien fréquentés comme les supermarchés de Tirano (pour les fans de voyages en train: c'est le terminus de la Bernina Bahn), et sans doute dans l'une ou l'autre épicerie italienne de Bruxelles (UPDATE: on en trouve chez Stival, Rue Vanderkindere; j'ai aussi entendu dire qu'il y en avait peut-être Chez Giordani au Woluwe shopping center - à vérifier...). À défaut, vous pouvez à la limite utiliser d'autres pâtes de sarrasin. Rien ne vous empêche non plus de les faire vous-même: faites des taillerins au sarrasin et coupez-les en morceaux de quelques centimètres).

Traditionnellement, les pizzoccheri se préparent avec des pommes de terres, des bettes (ou bien du chou), et une sauce très grasse et crémeuse (un peu comme les crozets, donc, mais avec des pommes de terre en plus).



 Pour deux portions
  • 141 g de pizzoccheri
  • 276g de petites pommes de terre jeunes et fermes
  • 2 gousses d'ail
  • 1 filet de jus de citron
  • Une bonne poignée de feuilles de bettes
  • 4 ou 5 càs de formage de tapioca ou de formage à fondue (pour rappel, recette de base = 400g de tofu soyeux, 75 ml d'huile de mais, de tournesol ou de coco -désodorisées, 2 gousses d'ail, 75 g de farine de tapioca, 10 à 15 cl de vin blanc, 3 ou 4 càs de levure maltée, sel, noix muscade)
  • 1 petit pot de crème de soja ou d'amandes
  • Plein d'huile d'olive et/ou de tournesol
  • Quelques feuilles de sauge
  • 1 pincée de sel


Préparation

Si vous n'en avez pas déjà, commencez par préparer un formage de tapioca
  1. Faire chauffer l'huile dans une casserole haute, avec les gousses d'ail, et ajouter le tofu
  2. Ajouter la farine de tapioca et mixer le tout avec un mixeur plongeur
  3. Augmenter la température de cuisson et ajouter le vin en remuant constamment
  4. Quand ça bloblotte, laisser cuire deux trois minutes tout en remuant toujours
  5. Oter du feu et ajouter le sel, la muscade et la levure
Préparation des pizzoccheri 
  1. Nettoyer les bettes et les couper en lanières, verser un filet de jus de citron dessus pour qu'elles restent mieux vertes
  2. Nettoyer les pommes de terre et les couper en cubes (inutile de les éplucher, surtout si elles sont nouvelles)
  3. Faire cuire les pommes de terre dans 700ml d'eau salée; cinq minutes plus tard, ou quand elles sont à moitié cuites, ajouter les pizzocheri, et enfin les bettes cinq minutes plus tard
  4. Couper le feu et laisser la cuisson terminer pendant encore cinq minutes. Ensuite retirer du feu, mélanger, et éventuellement égoutter brièvement, si jamais il y a trop d'eau
  5. Dans une grande poele, faire revenir l'ail écrasé et les feuilles de sauge dans une généreuse dose d'huile, à feu doux, quelques minutes
  6. Verser dans cette poele les pizzocheri, pommes de terre et bette, ainsi que le formage de tapioca
  7. Couper le feu, bien mélanger, laisser tout fondre et se mélanger, ajouter un peu de crème d'amandes
  8. Servir avec un ou deux tours de moulin à poivre
Conseil vin:

Un vin blanc un peu gras, du Nord de l'Italie pour bien faire, comme par exemple celui-ci.


mardi 6 mars 2018

Sabayofu

Une recette incroyable, où on voit que même dans une recette sucrée, un chouia de kala namak peut apporter juste la petite touche de soufre qu'on attend. Ceci dit, si vous détestez le kala namak ou que vous n'en avez pas, vous pouvez aussi faire sans.



Pour trois a quatre petites portions


  • 150g de tofu soyeux
  • 1 mini pincée de kala namak
  • 4 càs de sucre
  • 1 petite pincée de safran moulu
  • 1 càs d'arrow root ou de fécule de tapioca
  • 1 larme de whisky (ou de cognac, ou autre)
  • 5 cl d'aquafaba

Préparation

  1. Mixer ensemble tofu, safran, sucre, whisky, arrow root et kalanamak
  2. Monter en neige l'aquafaba
  3. Faire chauffer au bain marie la mixture au tofu, tout en fouettant sans interruption, et y incorporer progressivement l'aquafaba quand ça commence à épaissir, et retirer du feu
  4. Servir de petites portions, dans des verrines éventuellement avec quelques fruits rouges




vendredi 16 février 2018

Strangolapreti

Strangolaptreti signifie littéralement "étrangle-prêtre"... Quand j'ai découvert l'existence d'un plat au nom si poétique, je ne pouvais pas ne pas en tester la recette! D'ailleurs c'est le carnaval, si on ne peut pas être un peu iconoclastes cette semaine, quand le sera-t-on?



Bref, voici un plat très étouffe-chrétien et adorablement simple à base de vieux pain et d'épinards (...voilà encore un chouette adjectif qu'on devrait utiliser plus souvent). C'est comme des gnocchi mais à base de pain, donc comme des semmelknödel, si vous préférez.

C'est un petit peu long à réaliser mais en dehors de ça, la principale difficulté c'est de faire attention à ne surtout pas mettre trop de lait pour réhydrater le pain, sans quoi on se retrouve avec une pâte trop molle, à laquelle on doit ajouter plein de farine pour compenser, du coup non seulement c'est un peu moins bon (car il y a proportionnellement moins d'épinards et on ne les goûte plus), mais surtout, on rate l'objectif anti gaspi, puisqu'on aura utilisé proportionnellement moins de pain, alors que le but était de s'en débarasser, et qu'en plus on va se retrouver avec une quantité plus grande que prévu: ça c'est malin!

Pour éviter d'utiliser trop de lait, donc, le mieux est de prendre du pain découpé en fins morceaux. D'autre part, j'ai utilisé des épinards surgelés -je sais c'est mal mais je suis une fainéante- et en laissant dégeler ensemble les épinards et les bouts de pain, j'ai pu utiliser un peu moins de lait.

Pour deux portions
  • 100 à 150 g de pain en petits morceaux
  • 200g d'épinards (ici : congelés)
  • 10 cl lait de soja
  • quelques càs de farine
  • 1 gousse d'ail rapé (très important)
  • une petite pincée de noix muscade rapée (surtout pas trop)
  • 2 à 4 cl huile olive
  • sauge
  • pour servir: quelques càs de parmesamande (= 90% amandes en poudre, 9% levure maltée, 1% sel)
Préparation
  1. Faire tremper pain dans lait soja
  2. Y ajouter les épinards
  3. Mixer le tout dans un hachoir (ou l'écraser à la fourchette)
  4. Assaisonner et ajouter un peu de farine (le moins possible, pour bien faire)
  5. Façonner des gnocchi
  6. Les faire cuire dans del' eau bouillante (au bout de quelques minutes, ils remontent à la surface: c'est cuit)
  7. Les faire sauter à la poele dans plein d'huile d'olive avec une ou deux feuilles de sauge
  8. Servir avec l'huile et un peu de parmesamande. Excellent avec un vin blanc sec.

Pour les gens qui évitent le gluten: vous savez certainement déjà qu'on paut faire ce genre de plats avec un reste de pommes de terre ou un reste de polenta.

lundi 12 février 2018

Les vieux croûtons

Qu'est-ce qui transforme une soupe ordinaire en repas de fête à se rouler par terre et qui vous rappellera mes vacances en Italie? Des croûtons. Pas les minuscules cubes tout secs qu'on achète au supermarché, non, je parle de vrais croûtons, énormes, abondants, et gorgés d'huile d'olive: en deux mots, littéralement succulents.


Quand je fais une fondue savpyarde et qu'il y a trop de pain - et il y a systématiquement trop de pain - je tape les cubes qui restent au congélateur par petits paquets, ce qui me pemet d'avoir en quasi permanence de gros cubes de pains qui ne demandent qu'à être croutonnés: c'est pratique, parce qu'ils ont déjà pile le bon format.

Quant à la soupe (parce qu'il faut quand même bien mettre un truc en dessous des croûtons), si jamais vous avez la chance de trouver du chou noir de Toscane (ou d'en cultiver dans votre jardin!), rien de tel qu'une soupe toute simple avec juste le chou et des pois chiches (en préparant des soupes très minimalistes, avec juste deux ingrédients principaux, ils sont d'autant mieux mis en valeur).



Pour deux portions de croûtons
  • 2 poignées de gros cubes de pain (2 à 3 cm de côté)
  • 2 à 3 càs d'huile d'olive
  • un peu de sel
  • éventuellement: 1 gousse d'ail, de l'origan, et d'autres herbes séchées selon vos goûts

Pour la soupe:
  • Quelques branches de chou noir de Toscane ou de chou fermier (également appelé kale)
  • 150 g de pois chiches cuits
  • 0.6 L de bouillon de légumes (pas trop salé)

Préparation
  1. Mélanger l'huile avec le sel et les aromates éventuels, y rouler généreusement les cubes de pain, et les faire dorer au four 3 à 5 minutes
  2. Pour la soupe: nettoyer le chou et le couper en petits morceaux
  3. Le cuire à l'étouffée dans un fond de bouillon
  4. Quand le chou est cuit (au bout de quelques minutes), ajouter les pois chiches, et finalement le reste du bouillon
  5. Servir de généreuses portions pleines de croutons, avec un bon vin rouge téméraire

mardi 21 novembre 2017

Taillerins aux myrtilles

À Saint François Longchamps, il y a de mignonnes petites épiceries où tu peux faire tes courses et trouver plein de machins locaux; j'ai passé un petit temps au rayon pâtes, à saliver et à checker des listes d'ingrédients.

Eh oui en Savoie on fait plein de pâtes - on est à côté de l'Italie. Les plus connues sont les crozets (des petits carrés au sarrasin... on en reparlera), et les taillerins, pâtes longues et plates, dont on trouve différentes variétés aromatisées - aux cèpes, aux trompettes des morts, aux chataîgnes, aux noix, aux myrtilles... Oui, aux myrtilles!

Hélas tous les taillerins que j'ai vus dans les épiceries contenaient également des oeufs... Cela ne signifiait qu'une seule chose: si je voulais goûter les taillerins, j'allais devoir retrousser mes manches, et sortir pour la première fois de sa boîte poussiéreuse la machine à pâtes que je m'étais offerte il y a près de dix ans...

Conclusions: si vous cherchez une chouette activité pour un samedi après-midi pluvieux, je vous recommande de confectionner des taillerins. Ça peut sembler masochiste de faire ses pâtes soi-même - et honnêtement j'ai passé la première demi heure à me demander ce qui m'avait pris ... Mais au final, les gestes qui accompagnent la confection des taillerins - faire des petites boules... passer au rouleau, encore et encore, tourner la petite manivelle, recueillir délicatement les pâtes et les aligner, une à une, sur les grille du déshydrateur... C'est une méditation très apaisante et enrichissante si on la fait en pleine conscience. Sans déconner, je ne suis pas trop new age comme gonzesse - si si je vous jure - mais ça je vous le recommande. Après ça j'étais toute sereine et inspirée pendant toute la semaine! :D

Et puis, les pâtes bleues, c'est rigolo.


Taillerins aux myrtilles - pour quatre petites portions
  • 300 g de farine et plus si affinité
  • une bonne pincée de kala namak
  • 1 tasse de myrtilles surgelées (...Cyril Pedrosa en achète bien, lui!)
  • 1 peu d'eau

Accessoires: 
  • Une machine à pâtes (ça ne coûte pas hyper cher, mais ça prend de la place; et le risque de l'utiliser très peu est assez élevé - bref, si vous n'en avez pas, trouvez un.e pote qui en a un et empruntez-le lui!)
  • Pour faire sécher les pâtes: un séchoir à pâtes (je n'en ai pas) ou alors des grilles, plats ou planches; j'ai utilisé mon déshydrateur, c'était tip top.


Préparation
  1. Laisser décongeler les myrtilles et les mixer avec un petit peu d'eau
  2. Les mélanger à la farine avec le kala namak et bien malaxer, ajouter de l'eau ou de la farine si nécessaire. La pâte doit être bien sèche, d'ailleurs vous allez ajouter de la farine à chaque étape sinon ça colle
  3. Ensuite, procéder selon le mode d'emploi de la machine
  4. Aligner méticuleusement les pâtes pour les faire sécher 
  5. Pour les cuire: si elles sont encore fraîches, 2 à 5 minutes dans l'eau bouillante, une fois séchées c'est deux fois plus long
  6. Pour servir: vous n'avez pas passé des heures à fabriquer des pâtes artisanales pour les noyer dans une sauce, alors servez-le avec juste un filet d'huile de noix.

Variante: taillerins aux cèpes

Même recette, en remplaçant juste les myrtilles par une tasse de cèpes séchés, réhydratés dans de l'eau chaude et mixés finement. 
 



lundi 4 septembre 2017

Lettre ou ne pas lettre

On ne présente plus le minestrone, la soupe repas qui contient tous les bons microtrucs dont on a besoin pour être heureux et en bonne santé. J'ai utilisé des lettres à base de farine d'épeautre, qui sont un chouia plus fermes et plus goûtues que les blanches, et avec un temps de cuisson un brin plus long.


Alors justement ce qui est cool avec ces lettres c'est qu'elles ont le même temps de cuisson que les petites lentilles (5 à 10 minutes), on peut donc les cuire en mème temps et surtout préparer des mélanges à l'avance: vous pouvez préparer votre propre mélange et le mettre dans des petits bocaux, pour gagner de la place dans le placard (... le rêve impossible!), ou pour faire de jolis petits cadeaux de Noël par exemple.

Le mélange que j'ai fait pour le bocal sur la photo: 1/3 de lettres d'épeautre, 1/3 de lentilles corail, 1/3 d'un mélange de lentilles brunes, jaunes et vertes).

Pour deux portions
  • 1 litre de bouillon
  • 1 tasse de petites lentilles (au moins deux variétés différentes sinon c'est pas marrant)
  • 1/2 tasse de lettres de farine d'épeautre
  • Quelques feuilles de navet ou de radis, ou encore de chou frisé, coupées en morceaux
  • Quelques càs d'huile d'olive
  • 1 grand moreau d'écorce de citron
  • 1 pincée de piment
  • Herbes séchées ou du jardin: sauge, origan, et éventuellement romarin.
  • Une poignée de feuilles de basilic fraîches

Préparation
  1.  Préparer un pesto en mélangeant le basilic haché avec plein d'huile d'olive et du sel
  2. Faire cuire les lentilles et les lettres 8 à 10 minutes dans le bouillon, avec l'écorce de citron, le piment et les herbes séchées
  3. Ajouter les feuilles de navet ou de chou peu avant la fin, couper le feu
  4. Ajouter un filet d'huile d'olive, rectifier l'assaisonnement, ôter l'écorce de citron
  5. Servir le minestrone dans des assiettes profondes avec une généreuse portion de pesto sur chacune

mardi 16 mai 2017

Minestrone aux orties

On trouve des mélanges pour minestrone dans les magasins bio, mais on peut aussi faire son propre mélange avec quelques céréales et petites légumineuses, par exemple: orge, lentilles et pois cassés. On peut même en faire plein et le conserver dans des bocaux transparents, c'est joli - ça peut même faire un petit cadeau home made et sympa.

Pour les légumes, personnellement je prends presque toujours soit du chou frisé (kale), soit du chou de Toscane, soit des bettes (je suis archi fan), mais à la base tout est permis. Ou alors des fanes de radis ou de navet - c'est aussi la saison justement.


Pour deux ou trois portions
  • 1 tasse de mélange pour minestrone ou scotch brot 
  • 2 càs de mini pâtes type "vermicelles" (j'ai trouvé des pâtes "alphabet", j'adore!)
  • Quelques feuilles de légumes d'hiver/printemps: kale, chou de Toscane, côtes de bettes, fanes de radis ou de navet 
  • Une quinzaine de têtes d'orties
  • 4 à 5 càs d'huile olive
  • 1 morceau d'écorce de citron de quelques centimètres
  • 1 cube de bouillon végétal
  • sel, piment

Préparation
  1. Nettoyer les têtes d'ortie, les mixer avec l'huile d'olive et un peu de sel pour obtenir un pesto. Réserver
  2. Nettoyer les légumes feuilles et les couper en petits morceaux
  3. Faire cuire les légumineuses dans 1.5 L d'eau bouillante avec le cube de bouillon et le morceau de citron.
  4. Cinq minutes avant la fin théorique de la cuisson des légumineuses, ajouter les vermicelles et les légumes feuilles, laisser cuire cinq minutes. 
  5. Penser à enlever le morceau de citron
  6. Servir chaque bol avec une cuillèrée de pesto d'orties
Remarque: le pesto d'ortie ne se conserve pas super bien au frigo, il noircit. On peut à la limite le congeler mais le plus sage est de n'en faire qu'un petit peu à la fois.

jeudi 29 septembre 2016

Melanzane a la Parmigi'aneth

L'aneth va super bien avec les aubergines (si ce n'est pas encore fait, testez une recette de babaghanoush avec de l'aneth). Et en plus, l'aneth va aussi super bien avec les amandes: ça ça tombe bien, parce que dans les versions vegan des aubergines à la parmigiana on utilise justement souvent des amandes en poudre. Testons. La recette est un peu laborieuse mais c'est quand même mopins pire que des lasagnes...



Pour deux portions
  • 1 aubergine
  • 1 oignon
  • 3 gousses d'ail
  • 3 càs d'huile olive
  • 500 ml de passata de tomates ou de tomates concassées
  • 1 poignee d'aneth
  • 1 tasse d'amandes en poudre
  • 1/3 tasse de levure maltée
  • pas mal de sel
  • encore plein d'huile d'olive

Préparation
  1. Couper l'aubergine en rondelles de 6 mm d'épaisseur, placer les rondelles dans une passoire ou sur un torchon propre, les supoudrer de gros sel et les laisser dégorger 30 minutes
  2. Pendant ce temps, préparer une sauce tomate: acher l'oignon, écraser l'ail
  3. Faire chauffer de l'huile d'olive dans une poele, y ajouter l'oignon, et l'ail 30 secondes plus tard
  4. Remuer, et après une minutes ou deux ajouter la passata
  5. Laisser cuire la sauce tomate et réduire tout en remuant; couper le feu
  6. Revenons aux aubergines: quand les rondelles ont dégorgé, les frotter (voire les rincer) pour enlever le sel
  7. Les faire frire à feu moyen dans une poele avec de l'huile d'olive
  8. Pendant ce temps, hacher l'aneth
  9. Enfin, mélanger les amandes en poudre, les amandes et une càs de sel fin dans un gros bocal
  10. Nous avons à présent tous les ingrédients, plus qu'à les disposer en couches dans un plat allant au four - préalablement huilé- et en suivant cet ordre:

1 - une couche sauce tomate + brins d'aneth hachés
2 - une couche de poudre d'amandes
3 - une couche de rondelles d'aubergines
1 - et on recommence: ...tomate, aneth
2 - ...amandes
3 - ...aubergines
1 - ...sauce tomate, aneth
2 - ... Et pour finir une couche d'amandes

Illustration:











mardi 27 septembre 2016

Anesto

L'anesto, c'est un pesto, mais avec de l'aneth: un bijou culinaire que j'ai découvert l'été dernier pendant mes super vacances en Lettonie - le paradis de l'aneth.

Excellent sur des gnocchi ou des pâtes bien entendu, mais aussi sur des pommes de terre, du tofu grillé, des grompererkichelcher, des lokše, ou tout simplement sur une galette de maïs.


Ingrédients
  • une poignée d'aneth
  • quelques feuilles de basilic (en volume, ça donne +/- 2/3 aneth 1/3 basilic)
  • huile d'olive
  • un pincée de sel

Préparation
  1. Nettoyer les herbes et les prédécouper grossièrement avec des ciseaux ('didju!)
  2. Les placer dans un hachoir et Bzzzzt! (à défaut, on peut le faire au mixeur-plongeur)
  3. Couvrir d'huile aux 3/4, ajouter le sel, re-bzzzzt
  4. Gouter et rectifier l'assaisonnement si nécessaire
Regardez comme c'est beau







vendredi 26 février 2016

Limoncello au citron bergamote

Aujourd'hui je n'ai rien inventé, juste testé une recette ultra culte, et j'avais envie de partager ça avec vous:  j'ai fait du limoncello!!!! Oah, le bonheur à l'état citron.

Évidemment c'est une recette qui demande beaucoup de temps mais pas beaucoup d'ingrédients... Ingrédients à choisir avec grand soin quand même.

J'ai cherché de l'alcool pour fruits à 40%, comme celui que j'achetais dans les magasins Cactus et que j'utilisais pour mes mirabelles à l’époque où j'habitais en Lorraine, mais je n'en ai pas trouvé à Bruxelles. J'ai donc utilisé l'alcool que j'ai trouvé, à 96% (on en vend chez Colruyt. La caissière était quadrilingue et fort sympathique m'a dit "ahaaaah vous allez faire une goutte maison!")... Finalement, ce n'est pas plus mal d'utiliser un truc plus fort puisque d'après Wikipédia (je sais, je suis un puits de science, j'ai beaucoup lu), utiliser de l'alcool à 96% permet de mieux extraire l'essence présente dans le zeste. Évidemment, après, il faudra ajouter de l'EAU si vous voulez boire ce truc sans détruire tous vos neurones d'un coup. 


Pour deux petites bouteilles
  • 400ml alcool à 96%
  • 600ml d'eau
  • 5 à 6 beaux citrons bergamote bio avec une belle peau bien jaune
  • 300g de sucre de canne
Préparation
  1. bien nettoyer les citrons et les essuyer
  2. peler les citrons en séparant bien le blanc du jaune (rappelez-vous, vous faisiez ça quand vous étiez encore ovo-lacto)
  3. bref il faut juste le jaune, essayez de prendre le moins de blanc possible 
  4. placer les épluchures dans un bocal, recouvrir avec l'alcool, fermer le bocal et laisser macérer tranquillement pendant 10 jours
  5. les citrons pelés peuvent être conservés au frigo deux trois jours, dans un sac en plastique pour qu'ils ne sèchent pas trop
  6. après dix jours, faire fondre le sucre dans l'eau
  7. ouvrir le bocal et filtrer l'alcool au citron - normalement il est bien jaune
  8. jeter les peaux
  9. mélanger l'alcool avec l'eau sucrée et mettre en bouteille
  10. conserver dans le congèl' (normalement ça ne va pas se solidifier, y a assez d'alcool)
  11. le truc de pro qui en jette à mort c'est de conserver aussi les verres dans le congel avec les bouteilles
 





samedi 17 octobre 2015

Ragú de luxe

Quand j'étais étudiante en Histoire, j'avais trouvé une recette de spaghetti à la bolognaise dans un Vie féminine des années '50... Le choc. Ainsi donc, tout le monde ne savait pas déjà en faire? Eeeh non, si le "spaghetti bolo" est devenu ultra populaire à la fin du 20 à siècle -jusqu'à atteindre le statut de "plat par défaut" pour les scouts et les étudiants des années 1990 - les Belges des années 50 (appelons-la Sylvie) n'étaient pas vraiment familièr-e-s avec ce plat mystérieux et exotique: au fond, la cuisine italienne devait avoir à l'époque le même statut d'exotisme que la cuisine vietnamienne a aujourd'hui.
 

L'arrivée des Italiens venus travailler en Belgique après la deuxième guerre mondiale a favorisé comme partout dans le monde, la popularité d'une cuisine italienne internationale - pas toujours représentative de l'authentique, puisque dans le Sud de l'Italie en particulier - c'est de là que venaient beaucoup de nos nouveaux camarades- l'essentiel de la cuisine était à base de blé et de tomates (...et d'huile d'olive): ni viande, ni beurre, ni crème, ni rien d'onéreux, juste des ingrédients accessibles dont la saveur se suffit à elle même... 

Le ragù à la bolognaise est différent, c'est un truc de luxe. Autre luxe: le temps. Voilà une recette pour quand vous avez toute la journée, parce que c'est meilleur mijoté longtemps à feu très doux. C'est le mode de cuisson le plus adapté aux proténes de soja texturées (PST)*, qui ont  besoin de temps pour s'imprégner un max de saveurs.


Ingrédients
  • 1 tasse de protéines de soja texturées (pst)*
  • 3 gousses d'ail
  • 3 à 6 échalotes
  • 3 càs de huile d'olive
  • 1 pincée de piment, 
  • 1 pincée de poivre
  • 1 pincée d'origan, 
  • 2 feuilles de laurier, 
  • 1 pincée de cumin
  • 1 pincée d'ail en poudre
  • 1 verre vin rouge
  • 1 càs de tamari
  • 1 càs de vinaigre balsamique
  • 2 tomates (pelées, si vous avez vraiment beaucoup de temps)
  • 1 boîte de concentré de tomate
  • bouillon végétal ou eau
  • ail en poudre

Préparation
  1. Dans un grand bol, verser les pst et les faire réhydrater dans de l'eau chaude avec le tamari ail en poudre et le laurier, et ce envirron 30 minutes
  2. Écraser les gousses d'ail, peler les échalotes et éventuellement les couper en 2 ou 4 dans le sens de la longueur (faut voir leur taille)
  3. Dans un poele: faites revenir dans l'huile d'olive, à feu très doux, les échalotes et l'ail (20 à 30 minutes)
  4. Rincer les PST, ajouter 1 cuillère ou 2 de tamari
  5. Ajouter les pst égouttées et le laurier dans le poelon
  6. Ajouter les herbes et épices
  7. Couvrir et laisser mijoter
  8. Pendant ce temps, couper les tomates en grands morceaux
  9. Ajouter les tomates sur le reste et recouvrir, laisser mijoter
  10. Après 30 minutes, touiller avec une cuillère en bois, (éventuellement enlever les grands bouts de peau de tomate qui font désordre - c'est un peu laborieurx mais bien moins que de peler les tomates au début)
  11. Ajouter le concentré de tomate
  12. Laisser mijoter encore au moins 20 minutes
  13. Ajouter le vin rouge
  14. Rectifier l'assaisonement
  15. Rectifier éventuellement l'épaisseur (ajouter de l'eau si ce n'est pas assez fluide)
  16. Tout à la fin: verser sur la sauce un filet d'huile d'olive
  17. Servir avec pâtes courtes (ou faites-en une lasagne, si vous avez vraiment plein de temps)... Au fait, le ragout est encore meilleur le lendemain, évidemment...

*L'ingrédient déjanté: les PST

Le grand défi de l'après guerre: comment nourrir tout le monde? ...Notez, d'un point de vue strictement chronologique, nous nous trouvons toujours "après la guerre" - et la question de nourrir tout le monde n'est toujours pas réglée.

Les pst, en tout cas, c'était et c'est toujours un excellent début de réponse. Pour plus de blabla sur les pst, n'hésitez pas à relire la recette de shepherd's pie.