Affichage des articles dont le libellé est restes. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est restes. Afficher tous les articles

mercredi 29 avril 2020

Goulash du bout du roule

Vous avez un jour passé des vacances en hongrie et/ou en république tchèque? Alors vous avez certainement ramené du paprika, et un mélange pour goulash. Voire une dizaine de paquets.

Eh bien voilà, c'est le moment de vous en mettre plein la panse. Ce qui est bien avec les goulash, c'est qu'on peut y taper non seulement plein de restes d'épices, mais aussi d'autres restes, des légumes un peu lassants, de vieilles boulettes, des morceaux de seitan abandonnés au fond du congélateur, voire un reste de knedlecki raté recyclé en saucisses à la farine (je vous promets, c'est très bon).


Pour deux ou trois portions
  • Un reste de seitan, de boulettes, de saucisses, de knoedeln, ...
  • Légumes disponibles: oignons, échalotes, carottes, un bout de poireau, un petit poivron, un fond de jus de tomate, ...
  • De l'huile (olive, mais, tournesol, arachide, ... bref un fond de bouteille)
  • De l'ail sous n'importe quelle forme
  • Quelques càs de paprika et autres épices à goulash
  • Autres herbes et épices - selon ce que vous avez: piment, grains de moutarde, herbes de Provence, laurier, ... 
  • Herbes fraîches: persil, ciboulette, ail des ours, thym, ...
  • 1 larme de vinaigre (de vin rouge si possible), ou une ou deux cuillère de pickles si vous en avez dont vous voulez vous débarrasser
  • Eventuellement: un peu de levure maltée


Préparation
  1. Hacher les légumes et couper les boulettes ou autres en morceaux
  2. Faire chauffer l'huile à feu modéré dans une casserole en fonte ou autre, et y faire revenir l'ail avec les grains de moutarde, le laurier et les herbes de Provence
  3. Y faire dorer les morceaux de boulettes quelques minutes
  4. Y ajouter les légumes, le paprika, un peu de sel, un chouia d'eau ou de jus de tomates, et mélanger 
  5. Couvrir, baisser le feu et laisser mijoter une vingtaine de minutes en mélangeant affectueusement une fois de temps en temps
  6. Verser une larme de vinaigre, couper le feu, mélanger
  7. Goûter et rectifier l'assaisonnement (sel, piment, levure maltée, vinaigre)
  8. Ajouter les fines herbes hachées et servir avec un beau knedlecki, de la purée ou encore un plat de lentilles



vendredi 24 avril 2020

Les makis du maquis

C'est reparti pour une super recette aux herbes sauvages. Et par la même occasion, si vous avez au fond du frigo un bocal de raifort acquis il y a plusieurs années dans un moment d'égarement -  personne ne vous juge- c'est l'occasion de vous en débarrasser.


Pour deux portions

  • 150 grammes de riz rond style bomba
  • Une sélection d'herbes du sauvages: ail des ours, lierre terrestre, orties, etc.
  • Quelques càs de tamari
  • Selon vos disponibilités: graines de sésame, tofu lactofermenté, radis, concombre, ... 
  • Du wasabi, ou bien, selon vos disponibilités: pâte de raifort, moutarde, tahini, piment, ail, huile, vinaigre, jus de citron, ... à mixer/goûter/rectifier...




Préparation

  1. Faire cuire le riz et le laisser refroidir
  2. Laver les herbes et les mixer avec le raifort et tous leurs amis
  3. Pour façonner les makis, je me suis amusée à découper une boîte de lait de soja pour l'utiliser comme tapis, ça marche pas trop mal. Il faut l'assouplir par avance en le pliant pour qu'il se roule bien: étaler un rectangle de riz et y étaler la farce avant de le rouler en serrant bien.
  4. Former de grands boudins et les réfrigérer
  5. Pour couper les makis, prendre un grand couteau (idéalement en céramique, ou antiadhésif), et le mouiller
  6. Servir avec de la pâte wasabi et de la sauce tamari










jeudi 23 avril 2020

RANCHOOOOOOO!

Aujourd'hui, direction Portugal, on va se régaler.

Un fond de paquet de pâtes, une boîte de tomates, quelques pois chiches: de grands habitués des fonds de placards, et qui vont nous permettre de réaliser une super chouette recette portugaise aussi goûtue que rustique: le RANCHO. Ne pas confondre avec la bagnole des années '80. :) 





Bien sûr, l'ingrédient en principe indispensable, c'est la star du potager portugais: LE CHOU. Si vraiment vous n'en avez pas, vous pouvez prendre des feuilles de radis, de moutarde ou de navet, ou, à défaut, la verdure que vous avez sous la main.

Enfin, on peu agrémenter le rancho de petits morceaux de saucisse piquante style chouriço. Vous pouvez utiliser les saucisses, boulettes ou burgers qui hantent votre congélateur. Alternativement, prenez la recette de boulettes d'avant-hier (et ajoutez du piment tant que vous y êtes).  



Pour trois ou quatre portions

  • Environ 100g de pâtes courtes*
  • 1 petite boîte de tomates en cubes, tomates pelées ou autre
  • 1 oignon haché
  • Quelques belles feuilles de chou (idéalement du chou pointu - également appelé chou-coeur au Portugal - trop mignon!), netotyé et coupé en morceaux
  • 1 belle portion de pois chiches cuits
  • Plein d'ail
  • Plein d'huile d'olive
  • Du piment sous n'importe quelle forme
  • Quelques brins de persil (je n'adore pas le persil mais là il y a une valeur ajoutée je trouve)
  • Une larme de vinaigre de vin rouge
  • Éventuellement: une feuille de laurier et un chouia d'herbes de Provence si vous en avez

Préparation:

  1. Faire chauffer l'huile à feu modéré dans une petite casserole et y faire cuire l'oignon haché et l'ail avec les herbes (sauf le persil)
  2. Une fois l'oignon attendri, ajouter la boîte de tomate et les pâtes, mélanger
  3. En principe la boîte de tomates contient plein d'eau, mais dans le doute ajoutez-en un peu
  4. Poser le couvercle et laisser cuire à feu modéré cinq minutes - jeter un coup d'oeil et mélanger une fois de temps en temps
  5. Ajouter les pois chiches et le chou et laisser cuire encore dix minutes
  6. Pendant ce temps, couper les boulettes en rondelles et les faire roussir dans de l'huile d'olive avec du piment et de l'ail
  7. Verser les boulettes et le persil haché dans le ragoût, ainsi qu'une petite larme de vinaigre de vin rouge et une grosse larme d'huile d'olive - 
  8. Goûter et rectifier l'assaisonnement
  9. Servir avec un chouette vin rouge portugais


* Le concept ressemble à un one-pot-pasta mais en fait pas du tout c'est juste un ragoût aux chou et pois chiches avec deux trois pâtes dedans.

mercredi 22 avril 2020

Bananes frites et herbes sauvages façon pondu

Cela fait maintenant dix jours que vous êtes allé-es faire des courses pour la dernière fois. 

Vous aviez acheté deux belles grappes de bananes, mais maintenant elles sont toutes brunes et il en reste beaucoup. Trop beaucoup.

Vous pouvez en faire de la glace, du pain perdu, ou encore de la confiture. Mais vous pouvez aussi les manger frites en accompagnement d'un délicieux ragoût d'herbes sauvages presqu'aussi bon que le saka saka de la rue Longue Vie. En effet, on croit souvent qu'il faut obligatoirement des bananes plantain pour ce faire, mais en fait non, pas obligé.

Une petite sauce aux arachides sera aussi du plus bel effet (et mon petit doigt me dit que beaucoup d'entre vous ont toujours un seau de dix litres de pindakaas sous la main)


Pour deux portions

  • Deux bananes
  • De grosses poignées d'herbes comestibles que vous pouvez trouver: une grande proportion d'orties, ail des ours, achillée, pulmonaire et/ou lierre terrestre, et éventuellement des herbes plus acides ou plus amères mais en plus petite proportion: pissenlit et/ou herbe à Robert par exemple. Si vous avez des feuilles vertes dont vous ne savez que faire, style fanes de radis ou autres, allez-y gaiement.
  • De l'huile d'arachide ou autre (n'importe quelle huile supportant la cuisson)
  • Un ou deux oignons et/ou échalotes, et/ou poireaux
  • 1 petite tasse de bouillon
  • De l'ail sous n'importe quelle forme
  • Du piment sous n'importe quelle forme

Préparation

  1. Nettoyer l'ail des ours et les autres herbes séparément (avec de l'eau et un chouia de vinaigre blanc), et les hacher
  2. Nettoyer et hacher l'oignon, écraser l'ail 
  3. Faire chauffer l'huile dans une petite casserole, y faire cuire l'oignon et l'ail
  4. Ajouter toutes les herbes hachées sauf l'ail des ours
  5. Ajouter un petit peu de bouillon, mélanger 
  6. Couvrir et laisser cuire une dizaine de minutes en ajoutant un peu de bouillon en cours de route si nécessaire
  7. Couper le feu, épicer, rectifier, ajouter l'ail des ours haché, mélanger, recouvrir
  8. Peler les bananes, couper les en trois ou quatre tronçons, et les faire frire dans une poele avec une bonne couche d'huile
  9. Servir avec une sauce moambe ou mafé, des haricots, un peu de riz, un reste de légumes, etc. 


Knoedel People

Vous avez les boules? Mangez des boulettes.

L'autre jour j'ai bricolé des boulettes avec un peu tout ce qui traînait: quelques vieilles croûtes de pain, un fond de farine, des herbes de Provence du siècle dernier, un oignon, des graines, tout ça. Notez que je ne disposais pas des trucs que je mets habituellement dans les boulettes comme des légumes secs, du tofu ou du gluten, donc c'était un peu challenge: les boulettes que j'ai obtenues étaient un peu trop denses pour être mangées telles quelles (hélas, pindakaas: la faute à trop de farine - même si un oignon haché ça aide), cependant, une fois coupées en rondelles et frites avec plein d'épices elles prenaient une consistance à se taper le cul par terre - et peuvent être utilisées dans plein de plats en sauce... 

Bref, on est tout à fait dans l'esprit des recettes à base de vieux pain type "knoedel", comme les strangolapreti, les knedlecki, les vieux croutons, ou encore bien sûr les fameuses boulettes de ma maman... C'est d'ailleurs en fabriquant des knedlecki que j'ai eu l'idée de tester ces boulettes.

Au fait: retrouvez ici toutes nos recettes anti-gaspi!



Pour une quantité approximative de boulettes. 
  • Trois ou quatre vieilles croûtes de pain
  • Un peu de farine et/ou de chapelure pour lier
  • Un peu de bouillon
  • Un chouia de vinaigre balsamique ou autre (vin rouge, cidre, ...) 
  • Un oignon, une échalote ou un vieux bout de poireau haché
  • De l'ail sous n'importe quelle forme
  • Des graines: moutarde, sésame, tournesol, ... ce que vous avez.
  • Des épices: des herbes et du qui pique
  • De l'huile, ou du gras sous n'importe quelle forme
  • Du sel ou n'importe quoi de salé (mélange d'épices, bouillon en poudre, etc)

Fabrication
  1. Détruire le pain en miettes ou très petits morceaux
  2. Le réhydrater avec un chouia de vinaigre et un peu de bouillon (le moins possible: juste assez pour ramollir le pain)
  3. Ajouter l'oignon finement haché et tous les autres condiments (graines, herbes et épices)
  4. Mélanger consciencieusement, rectifier l'assaisonnement et laisser reposer une demi heure
  5. Si c'est trop mouillé, ajouter de la farine et/ou de la chapelure, tout en malaxant jusqu'à pouvoir façonner des boulettes
  6. Façonner donc les boulettes, de préférence en forme de petits boudins ou quenelles, que vous pourrez couper en tranches.
  7. Les enrouler de farine et laisser reposer une petite demi heure
  8. Les faire cuire dans de l'eau bouillante salée une bonne vingtaine de minutes
  9. Maintenant ovus avez des boulettes de base, prêtes à être coupées en rondelles et frites dans plein d'épices et dégustées avec n'importe quelle sauce, voire incorporées dans un bon gros ragoût. (goulash, ragoût au chicon, carbonnades, al berdouille, ...)

mercredi 25 septembre 2019

Voilà Maggi


Marthe Villalonga vous le dira aussi bien que moi: confectionner un bouillon en poudre maison vous permettra non seulement de donner un sens à la vie de vos fanes, mais aussi de remplacer avantageusement les bouillons industriels, suremballés et à la composition parfois douteuse. En outre, réduire les légumes en poudre permet une économie de volume considérable, surtout par rapport à d'autres techniques de conservation comme la congélation de soupes.



FUN FACT! Le Saviez-vous? La livèche a été baptisée Maggikraut pas nos voisins néerlandais, car son odeur rappelle la poudre Maggi. Ironiquement, le célèbre bouillon en poudre ne contient pas de livèche... Bref... Tout ça pour dire que vous n'êtes pas obligé-e d'en mettre.


Ingrédients

Un assortiment de feuilles, fanes, herbes voire certaines épluchures (ciboulette, livèche, feuilles de moutarde, vert de poireau, céleri, restes d'une botte de persil ou de thym, épluchures bio et bien propres de carottes, courgettes, navet ou chou rave...)

Préparation
  1. Hacher finement les feuilles et épluchures et les disposer sur une plaque pour les faire déshydrater. Utiliser de préférence un déshydrateur - à défaut, laisser sécher à l'air libre (ça peut prendre du temps), ou, s'il ne fait pas assez sec chez vous, mettre au four à la plus basse température possible
  2. Réduire en poudre avec un mortier, un moulin ou un mixeur 
  3. Ajouter un peu de sel (ou pas) et conserver dans un petit bocal
  4. Utiliser pour aromatiser les soupes, sauces, burgers, tartinades, etc.
Astuce

En fait, il ne faut pas attendre d'avoir plein de légumes différents, vous pouvez les faire sécher dès que vous en avez au fur et à mesure et les mettre dans le bocal avec les précédents, secouer un coup. Comme ça votre bouillon en poudre est chaque fois un peu différent.


mardi 24 septembre 2019

L'école des fanes


1984. Qu'est ce qu'on grignote en somnolant devant Jacques Martin le dimanche après midi? Une bonne trappiste, accompagnée de quelques cubes de violife saupoudrés de ... sel de céleri bien sûr!

Ne pas confondre avec sel AU céleri - un mélange de sel et de poudre de céleri. Le sel de céleri contient juste un tout petit peu de bon sel naturel tandis que le sel au céleri c'est trop de sel et le sel, c'est mal. 

Voici une recette que j'ai testée récemment, alors que j'avais acheté une énorme botte de céleri vert pour faire une Waldorf Salad comme dans Fawlty Towers (...Encore une vieille série culte qui passait à la télé dans les années 80. La recette, en bref: "It's celery, apple, walnuts, grapes! In a mayonaise!" - testez, c'est vraiment très bon.)

J'avais espéré pouvoir mettre les feuilles dans la salade avec les branches, mais même en tout petits morceaux, c'est vraiment trop amer et coriace. Que faire donc? J'ai simplement déshydraté les feuilles pour les réduire en poudre. L'économie de volume est très impressionnante et c'est vraiment sympa sur des cubes de violife avec une bonne bière. (On vend du violife en bloc chez Vegasme, et aussi du wilmwerburger en bloc. C'est une crasse industrielle mais je m'en fous.)

Alternativement, sachez que le sel de céleri entre souvent dans la composition du gomasio ou encore du bloody mary.


Ingrédients

Feuilles de céleri bien fraîches

Préparation
  1. Nettoyer les feuilles de céleri et les couper en morceaux
  2. Les disposer sur une plaque pour les faire sécher (idéalement au déshydrateur, alternativement à l'air libre ou au four à très basse température)
  3. Une fois les feuilles parfaitement sèches, les réduire en poudre avec un mixeux ou dans un mortier
  4. Consommer immédiatement ou conserver dans un petit bocal à l'abri de la lumière (pas dix ans, non plus)






vendredi 16 février 2018

Strangolapreti

Strangolaptreti signifie littéralement "étrangle-prêtre"... Quand j'ai découvert l'existence d'un plat au nom si poétique, je ne pouvais pas ne pas en tester la recette! D'ailleurs c'est le carnaval, si on ne peut pas être un peu iconoclastes cette semaine, quand le sera-t-on?



Bref, voici un plat très étouffe-chrétien et adorablement simple à base de vieux pain et d'épinards (...voilà encore un chouette adjectif qu'on devrait utiliser plus souvent). C'est comme des gnocchi mais à base de pain, donc comme des semmelknödel, si vous préférez.

C'est un petit peu long à réaliser mais en dehors de ça, la principale difficulté c'est de faire attention à ne surtout pas mettre trop de lait pour réhydrater le pain, sans quoi on se retrouve avec une pâte trop molle, à laquelle on doit ajouter plein de farine pour compenser, du coup non seulement c'est un peu moins bon (car il y a proportionnellement moins d'épinards et on ne les goûte plus), mais surtout, on rate l'objectif anti gaspi, puisqu'on aura utilisé proportionnellement moins de pain, alors que le but était de s'en débarasser, et qu'en plus on va se retrouver avec une quantité plus grande que prévu: ça c'est malin!

Pour éviter d'utiliser trop de lait, donc, le mieux est de prendre du pain découpé en fins morceaux. D'autre part, j'ai utilisé des épinards surgelés -je sais c'est mal mais je suis une fainéante- et en laissant dégeler ensemble les épinards et les bouts de pain, j'ai pu utiliser un peu moins de lait.

Pour deux portions
  • 100 à 150 g de pain en petits morceaux
  • 200g d'épinards (ici : congelés)
  • 10 cl lait de soja
  • quelques càs de farine
  • 1 gousse d'ail rapé (très important)
  • une petite pincée de noix muscade rapée (surtout pas trop)
  • 2 à 4 cl huile olive
  • sauge
  • pour servir: quelques càs de parmesamande (= 90% amandes en poudre, 9% levure maltée, 1% sel)
Préparation
  1. Faire tremper pain dans lait soja
  2. Y ajouter les épinards
  3. Mixer le tout dans un hachoir (ou l'écraser à la fourchette)
  4. Assaisonner et ajouter un peu de farine (le moins possible, pour bien faire)
  5. Façonner des gnocchi
  6. Les faire cuire dans del' eau bouillante (au bout de quelques minutes, ils remontent à la surface: c'est cuit)
  7. Les faire sauter à la poele dans plein d'huile d'olive avec une ou deux feuilles de sauge
  8. Servir avec l'huile et un peu de parmesamande. Excellent avec un vin blanc sec.

Pour les gens qui évitent le gluten: vous savez certainement déjà qu'on paut faire ce genre de plats avec un reste de pommes de terre ou un reste de polenta.

mercredi 14 février 2018

Fattouche du jardin

Fattouche, ça rime avec pas touche, parce que le jour où vous vous en amenez au boulot tous vos collègues vont vouloir vous le piquer.

Je me suis cassé le pèt' à sculpter un coeur dans une tomate.

BREF. Le fattouche, c'est une salade libanaise pleine de bons gros croutons juteux - des croutons  plats puisque faits avec du pain libanais.

Eh oui, je suis une grande adepte du pain libanais; c'est l'un des derniers brols que je consomme encore en conventionnel. Je les achète par trois ou quatre (pour économiser dix centimes) et ensuite je les congéle, comme ça j'en ai toujours sous la main pour improviser une flammekueche ou même un fond de pizza (je sais, c'est décadent).

Dimanche dernier justement j'avais des invités et j'avais décongelé trois quatre pains libanais (je les mets deux minutes dans le four - ça reste mou et c'est parfait pour accompagner un foul ou un tajine)... A la fin, on n'avait pas tout mangé, il me restait donc un pain libanais décongelé et tout sec. Comme j'avais justement aussi acheté plein de persil et de menthe (faut pas me laisser aller seule chez Freshmed), j'ai eu l'idée de me faire un petit tabouleh amélioré pour mon lunch du lendemain (et pour une fois utiliser du pain libanais pour faire un plat libanais.) C'est seulement là que je me suis rappelé que je faisais justement une semaine vieux pain cette semaine et que ce serait pas mal d'intégrer le fattouche dans l'agenda des publications! Comment n'y avais-je pas pensé plus tôt!


Alors, si pour la base du fattouche on utilise souvent des tomates, concombres, persil plat, rappelez-vous le but du jeu cette semaine c'est de pour se simplifier la vie et de gaspiller moins, en utilisant ce qu'on a sous la main - dans le jardin ou dans le frigo.  Personnellement, j'ai pris du pourpier et de la mizuna qui survivent bravement sur le balcon, ainsi que du persil plat et de la menthe, et une petite tomate acquise dans un monent d'égarement.

Pour deux chouettes portions


Pour les croutons:
  • 1 pain libanais 
  • huile d'olive 
  • sel
Pour la salade:
  • Assortiment de crudités (a priori laitue-tomates-concombre, et/ou ce que vous avez de disponible: pourpier d'hiver, radis en tranches, laitue iceberg, persil plat, ...)
  • 1 poignée de menthe ciselée
  • 1 jus de citron
  • quelques càs d'huile d'olive
  • 1 pincée de sumac (si vous n'en avez pas, et même si vous en avez, prenez un peu d'écorce de citron rapée)
  • sel, chili
  • le plus pour faire classe: quelques graines de sésames toastées (facultatif)
Préparation
  1. Déchirer ou casser le pain en petits morceaux de quelques cm de côté, les badigeonner d'huile et les faire dorer au four quelques minutes. Vous pouvez également les frire si vous avez une friteuse.
  2. Nettoyer et couper les crudités et la menthe
  3. Assaisonner avec le jus de citron, l'huile d'olive et tous les aromates
  4. Ne mettre les croutons qu'au tout dernier moment, pour qu'ils restent bien croquants

mardi 13 février 2018

Les boulettes de Mami

Voici une recette bien rustique et qui me vient en droite ligne de mon enfance, puisque quand j'étais petite, ma maman faisait souvent des boulettes artisanales. La toute première étape du processus: faire tremper une ou deux tranches de pain dans du lait. La suite, j'ai oublié.

Mais je me rappelle qu'au moment de les manger, je trouvais toujours immensément cool de reconnaître un bout de croûte de pain dans ma boulette. Comme quoi, savoir ce qu'il y a dans qu'on mange, c'est toujours rassurant. Comme je le disais l'autre jour, c'est d'ailleurs un des grand avantages quand on est végétarien-ne et qu'on prépare ses boulettes et burgers soi-même.

Dernier détail: pour les personnes qui évitent le gluten et qui ont justement un reste de riz sous la main, allez-y en remplaçant le pain par le riz!


Pour trois à quatre portions
  • deux ou trois tranches de pain
  • un demi verre de lait de soja
  • 200g de tofu fumé,
  • 50g de protéines de soja texturé réhydratées dans du bouillon avec un peu de tamari
  • 1 oignon haché finement
  • 2 à 5 gousses d'ail écrasées (facultatif)
  • 1 càc de marjolaine
  • 1 pincée de cumin
  • 1 pincée de piment, 1 pincée de sel
  • Huile pour la cuisson
Préparation
  1. Réhydrater le pain dans le lait et le déchirer en petits morceaux (attention de ne pas mettre trop de lait
  2. Réhydrater les pst dans le bouillon additionné d'un peu de tamari
  3. Mixer le tofu fumé
  4. Quand le pain et les pst sont réhydratées, mélanger tous les ingrédients: tofu mixé, pst, pain, oignon haché, ail, condiments
  5. Bien mélanger, rectifier si nécessaire l'assaisonnement et la consistance (au pire, si c'est trop mou, vous pourrez ajouter un peu de farine ou de maïzena)
  6. Laisser reposer la pâte au frigo une heure ou deux
  7. Pour façonner les boulettes: mouillez-vous bien les mains pour que ça ne colle pas, et formez des boulettes de 5 ou six cm de diamètre, légèrement applaties
  8. Les cuire à la poele dans de l'huile, à feu moyen
Servir 

... avec une bonne bière, des frites et votre sauce préférée, par exemple de la compote de pomme, ou une sauce tomate avec des échalotes et du thym, ou un bon vieux gravy aux oignons, ou encore la cultissime sauce lapin.

1. Réhydrater le pain dans le lait

4. Tous les ingrédients: tofu mixé, pst, pain, oignon haché, ail, condiments



jeudi 18 mai 2017

Kluski faciles aux orties


Attention séquence émotions et souvenirs d'enfance: j'ai découvert les kluski quand j'avais 10 ans grâce à une amie polonaise de ma soeur - quelle découverte pour moi qui ne connaissais que les frites et les patates bouilllies! Un tout grand moment. Au fond, la découverte des kluski marque pour moi la sortie des années 80.


J'ai refait des kluski toute seule comme une grande, la semaine dernière, un peu par hasard. J'avais l'intention de faire des gnocchis mais finalement je n'ai pas eu le courage de faire plein de mini boules, et j'en ai juste fait six grosses. Et c'était très bon.



Pour deux portions
  • 300 g de pommes de terre ou un reste de purée
  • 24 têtes d'orties
  • 1 tasse de farine - voire davantage
  • 2 càs d'huile de coco
  • Noix muscade

Préparation
  1. Réduire les pommes de terre en purée si ce n'est déjà fait
  2. Hacher les orties
  3. Mélanger la purée, les orties, l'huile de coco fondue, la noix muscade et ajouter progressivement la farine, jusqu'à obtenir une pâte élastique mais ferme, relativement sèche
  4. En faire des boules de la taille d'une balle de golf (utiliser de l'eau et/ou de la farine pour éviter que la pâte ne colle à vos doigts)
  5. Cuire les boules dans de l'eau bouillante (trois ou quatre minutes à partir du moment ou ça flotte)

Servir immédiatement avec un filet d'huile d'olive et une petite salade. Ou alors avec un onion gravy. Encore mieux: un pesto d'ail des ours pour rester dans le thème "plantes sauvages".

mardi 16 mai 2017

Croquettes de riz aux orties et à la bardane


Il n'y a pas très longtemps j'ai fait cuire du riz compet avec de la racine de bardane pour tester une idée de recette (...publication bientôt!) UPDATE: wrap de bette à la bardane!

Comme j'en avais beaucoup trop, et que j'avais aussi fait un peu trop de pesto d'orties pour mon minestrone, j'ai tout mélangé pour faire des croquettes. Bonne surprise: ortie et bardane se marient très bien (et en plus c'est bon pour la peau, paraît-il).



Pour 4 ou 5 petites croquettes
  • 80 g de riz complet
  • 1 càs de racine de bardane séchée (on en trouve dans les herboristeries ou magasins bio)
  • Une douzaine de têtes d'orties
  • 2 càs d'huile d'olive
  • 2 càs d'amandes en poudre
  • 1 gousse d'ail écrasée (facultatif)
  • sel, poivre, levure maltée (facultatif)
Préparation
  1. Faire cuire le riz dans de l'eau bouillante avec la bardane
  2. Préparer un pesto en mixant les orties, l'ail et l'huile d'olive
  3. Mélanger le riz, le pesto et les autres ingrédients (assaisonner et goûter)
  4. Façonner des petites croquettes 
  5. Faire dorer les croquettes à la poele dans un peu d'huile d'olive

mardi 25 avril 2017

Oranje balletjes

Ce 27 avril, c'est le koningsdag: la fête nationale néerlandaise et les 50 ans du Roi Alex: ...des boulettes oranges s'imposent donc!

Pour une expérience encore plus dutch, vous pouvez remplacer la pâte de noisettes par du pindakaas, évidemment! En ce qui concerne les graines, le lin est indispensable pour la texture, mais à part ça, prenez ce que vous avez dans le placard (sésame, tournesol, potiron, cumin, chanvre, ...).




Pour une douzaine de balletjes
  • 2 carottes cuites
  • 2 grosses càs de pâte de noisette (ou de pindakaas)
  • 2 càs de graines de lin
  • 2 càs de graines de chanvre décortiquées (ou d'autres graines)
  • 2 càs de graines de sésame (ou d'autres graines)
  • 2 càs de graines de sésame pour rouler les boulettes dedans
  • 2 càc de thym
  • 2 pincées de piment
  • 2 pincées de sel
  • 2 càc de vinaigre de cidre 
  • 2 càc d'oignon séché
  • 2 càc de raisins de Corinthe (facultatif)

Préparation
  1. Mixer les carottes cuites avec la pâte de noisettes
  2. Ajouter tous les autres ingrédients, mélanger, goûter et rectifier l'assaisonnement
  3. Laisser reposer la pâte une petite heure au frigo
  4. Former des boulettes (il faut se mouiller les mains pour que ça ne colle pas)
  5. Rouler les boulettes dans les graines de sésame
  6. Conserver au frigo
  7. Excellent avec un petit verre de maitrank artisanal
Fan des Pays-Bas?...Retrouvez toutes nos recettes néerlandaises! 

mercredi 22 mars 2017

Le René Collin

Comme on est en plein dans la campagne 40 jours sans viande, l'autre jour je me suis fait un bon petit burger super local et j'ai décidé de la baptiser René Collin, en hommage à notre cher ministre de l'agricultre.


Je me suis dit que je publierais bien cette recette le 22 mars, pour la journée mondiale de l'eau (et l'anniversaire de mon neveu): l'occasion de rappeler ce que "consommer local" et "moins de viande" signifient en terme de consommation d'eau.

Bref, on a lu pas mal d'inepties ces dernieres semaines, donc rappelons juste une chose: quand on parle de l'empreinte "eau" de la production de viande, il ne s'agit pas juste de l'eau bue par les vaches, mais aussi, entre autres, de l'eau nécessaire à la production de fourrage mangé par la vache. Et ça ça peut déjà faire mal... A fortiori quand le fourrage n'est pas produit ici. (Et rappelons que non, à 11 millions sur 30.000 km carrés on ne peut pas se nourrir tous les jours avec de la vache qui mange simplement de l'herbe)

Autrement dit, non seulement la production de viande nécessite des tonnes d'eau (littéralement), mais en plus, ce n'est même pas "notre" eau (... et le problème c'est qu'il n'y en a pas partout autant qu'ici...) Mais ceci n'est encore qu'une toute petite partie du problème... Pour en savoir plus sur le sujet, je vous conseille cette page. Ou encore cet article.

Et maintenant, un petit burger super local pour soutenir nos agriculteurs maraîchers (et faire plaisir à mon neveu).

Pour 6 à 8 petits burgers
  • 150 à 200 g de flocons d'avoine
  • 40 g de graines de lin
  • 15 cl de chouffe
  • 1 gros poireau
  • 1 oignon
  • 1 pomme (topaz ou elstar, par exemple)
  • 1 petite pomme de terre cuite (ou un reste de purée)
  • 2 càs de moutarde a l'ancienne
  • thym, sauge du jardin
  • 4 cas d'huile de tournesol ou d'olive
  • 3 ou 4 cas de vinaigre de cidre
  • sel, piment

Préparation
  1. couper le poireau en fines rondelles, l'oignon et la pomme en mini cubes
  2. réduire la pomme de terre en purée
  3. mélanger avoine, poireau, moutarde, purée, lin, en ajoutant la bière petit à petit, et assaisonner avec les autres ingrédients; bien mélanger
  4. la préparation doit ressembler à une pâte à biscuits - souple, un peu mouillé mais pas trop
    (si c'est trop ou pas assez ferme, on peut toujours rectifier en rajoutant un peu d'eau ou au contraire un peu d'avoine)
  5. laisser reposer plusieurs heures au frais (impératif pour que l'avoine et le lin s'imbibent!)
  6. façonner des burgers (avec un cercle à dresser et les faire cuire à la poele, dans un peu d'huile
...Servir sur un petit pain avec plein de salade et votre sauce préférée (pourquoi pas une végannaise du commerce: elles ne contiennent pas beaucoup moins de lait et d'oeufs que la mayo des friteries...). On peut aussi remplacer le pain par une feuille de chou (...le chouburger sera LA tendance de 2018, je vous le dis!)


lundi 24 octobre 2016

Bibeleskaes

Prononcer "bibeuleuskèss". Je crois. 



Le bibeleskaes traditionnel est tout simplement un fromage blanc, assaisonné avec de l'ail, de l'échalote et de la ciboulette, et servi avec des pommes de terre sautées - en fait, pour accommoder un petit reste de pommes de terres, c'est parfait!

Lorsque l'on reçoit, les différents condiments (échalote hachée, ciboulette, ail) sont présentés sur la table dans de petits raviers, de façon à ce que chacune et chacun puisse se faire son propre petit mélange. De plus, à ma connaissance, aucune loi n'empêche de proposer également l'une ou l'autre herbe - cerfeuil, persil, bref ce que vous avez dans le jardin... Et en avril, the crème of the crème: l'ail des ours bien sûr !!!!! (courage, plus que 6 mois)

Pour une version vegan, j'ai simplement pris du ricofu auquel j'ai ajouté un peu de crème pour plus d'onctuosité.

Pour quatre portions 
  • 200 à 250g de tofu ferme
  • 1/2 citron pressé
  • 2 càs d'huile d'olive 
  • 5 cl de crème de soja
  • 1 bonne pincée de sel
  • Poivre noir du moulin
  • Pour l'assaisonnement: 2 échalotes, 2 gousses d'ail, quelques brins de ciboulette, et éventuellement d'autres herbes selon vos goûts
Préparation:
  • Couper le tofu en morceaux et les faire cuire 5 à 10 minutes à la vapeur
  • Laisser refroidir 5 minutes, ensuite mixer le tofu cuit avec le jus de citron, l'huile, le sel
  • Ajouter la crème et le poivre, remixer. La consistance doit être bien céremeuse et homogène, sans grumaux
  • Transvaser dans un bocal et laisser bien refroidir
  • Hacher les échalotes, l'ail et les herbes, et les disposer dans des petits bols individuels
  • Servir avec des pommes de terre sautées et bien sûr un verre de riesling - what else?

lundi 11 avril 2016

Pain à l'ail des ours

Pour le coup, je n'ai rien inventé du tout, mais allez savoir pourquoi, quand je fais une petite fête et que je sors les pains à l'ail, c'est un débordement de joie collective et incrédule: "mais c'est superboooon!?" ... Bin oui, c'est des pains à l'ail quoi. 

Bref, ça en jette, c'est vraiment pas cher, et en plus c'est un bon moyen de finir une baguette de la veille.



Ingrédients (comptez deux à trois tranches de baguette par personne)
  • Une baguette ou un pain étroit genre ciabatta
  • Quelques cuillères à soupe d'huile d'olive
  • Une bonne pincée de sel (genre sel marin fumé)
  • 5 ou 6 feuilles d'ail des ours, ciselées
Préparation
  1. Couper le pain en tranches épaisses (10 à 12 mm) - si la baguette est fine, la couper en biais
  2. Verser l'huile dans une soucoupe, y ajouter le sel
  3. Tremper les tranches de pain (sur une face) dans l'huile
  4. Les placer 2-3 minutes au four à 180 degrés ; si vous êtes en train de faire la fête, attention n'oubliez pas de les enlever à temps - c'est la partie la plus difficile!
  5. Ajouter l'ail des ours dessus juste après
Alternativement, on peut faire toaster les tranches de pain nature et les badigeonner après avec un gros pinceau (...soyez généreux et désintéressés). (Obligatoire pour les privilégié-e-s qui possèdent un grille pain - et coupez des tranches assez fines pour qu'elles rentrent dedans).

Pour du pain à l'ail normal, ajouter une gousse d'ail pressée mélangée à l'huile; si vous n'aimez pas d tout l'ail, vous pouvez utiliser juste de l'origan.

lundi 7 décembre 2015

Haut les mains, trente-six boudins!

C'est l'hiver! C'est Noël!!!!

Le boudin, alors, le boudin.

Le boudin, c'est LE truc rustique et traditionnel par excellence. Mais c'est traditionnellement un produit carné me direz vous?

Eh bien, en fait, non, pas tant que ça. Si les boudins de boucherie dont la fabrication est décrite longuement par Zola dans Le Ventre de Paris (à lire absolument), ou encore les boudins qui puent des marchés de Noël, servent à faire quelque chose des déchets de cadavres histoire de ne rien jeter (nous on fait des soupes avec les feuilles de chou fleur, eux ils font des saucisses avec du sang et des boyaux - à chacun son truc n'est-ce pas), les recettes de campagne sont beaucoup plus proches d'un mode de vie 100% végétal: essentiellement, c'est du pain, des herbes et des légumes du jardin (choux, oignons); et  éventuellement du saindoux -mais faut pas oublier que le saindoux au départ c'est un truc de luxe et qu'au début du siècle dernier on ne risquait pas d'en trouver en grandes quantités dans les humbles chaumières de nos campagnes. Bref, je ne  dois pas être la première à faire un boudin végétal, je suis sûre que mes ancêtres ont du en manger beaucoup.




Dès demain, From Belgium Witloof vous propose quatre recettes de boudin qui réjouiront petits et grands.


mardi 1 décembre 2015

Pesto de tiges de pourpier

C'est mardi, je reviens du marché de Saint Julien... C'est encore la saison du pourpier dites donc! Soupes, salades, quelques feuilles sur un sandwiche à l'américain...

Les tiges du pourpier sont plus coriaces que les feuilles -et encore plus acidulées. Comme elles sont coriaces, elles ne conviennent pas pour les salades et encore moins pour la soupe. Alors que faire? Les jeter? ... NON!!! Coupées en fines rondelles, on peut en faire une très sympathique vinaigrette.

Dans cette recette, on utilise de l'ume su et de l'huile de lin (...omega 3 mon ami!): comme ces deux là ne se mélangent pas, ça donne un joli effet de couleur.



Ingrédients:
  • Les tiges d'une petite botte de pourpier, coupées en petites rondelles
  • 3 càs d'huile de lin
  • 3 càs d'ume su  (attention, c'est salé)

Mélanger tous les ingrédients dans un petit bocal (on peut le conserver deux trois jours au frigo)
Servir sur une salade de mâche aux noisettes, voire un plat de purée, de couscous ou de polenta, bref tout plat d'hiver qui réclame une touche de peps. 



samedi 7 novembre 2015

Paupiettes des morts

Chères, chers compatriotes, savez-vous ce qu'est une paupiette? Parce que personnellement je l'ignorais jusqu'il y a peu! Mais grâce à wikipedia, maintenant je sais: les paupiettes, c'est les oiseaux sans tête.

Chères amies françaises, chers amis français, savez-vous ce qu'est un oiseau sans tête? Et bien c'est une paupiette. Nous en Belgique on aime bien manger des trucs avec un nom dégueu.



Pour 4 paupiettes
  • 1 ou 2 beaux  poireaux
  • une belle poignée de tdm (trompettes des morts)
  • 2 tdp (tranches de pain)
  • 1 tasse de bouillon
  • 4 ou 5 noix en morceaux
  • 1 pincée d'ail en poudre
  • 1 pincée de sel
  • 1 càc de levure maltée
  • 3 ou 4 càs de gluten en poudre
Préparation
  1. Couper précautionneusement les feuilles de poireaux afin d'en obtenir 4 grandes feuilles blanches de 20 cm de long (et 8 de large environ)
  2. Garder le reste des poireaux pour faire une bonne soupe
  3. Émietter le pain dans une assiette et le mouiller avec un peu de bouillon
  4. Y ajouter l'ail, les trompettes des morts, les noix, le sel et la levure
  5. Bien mélanger pour obtenir un truc mouillé, homogène et pâteux sans complètement casser les bouts de pain
  6. Enfin, verser le gluten en pluie tout en mélangeant: le gluten va agluttiner la préparation mouillée
  7. Placer une grosse noix de cette farce à l'intérieur de chaque feuille de poireau, dans le premier tiers de la feuille, et en laissant bien au moins 2 cm de poireau de chaque côté
  8. Rouler ensuite la feuille de façon à obtenir un petit tube, et le faire tenir à l'aide d'un cure-dents
  9. Faire cuire les paupiettes à la vapeur environ 30 minutes (profitez-en pour faire cuire les restes de poireaux)
  10. Vous pouvez éventuellement les faire dorer à la poele



Servir 

Avec de la purée, des pleurottes, et une bonne compote de pommes. Accompagner de vin blanc se.
 Alternativement, utiliser des tranches d'aubergines à la place des poireaux

mardi 3 novembre 2015

Boulettes des morts

Ça, c'est un truc que j'avais improvisé un jour pour caser un reste de riz... C'est toujours comme ça qu'on pond les meilleurs trucs.

Vous pouvez évidemment cuire du riz exprès, ce n'est pas interdit. Mais c'est aussi une idée à retenir pour le jour où vous avez un reste de riz à caser, donc - et vous pouvez congeler les boulettes pour les ressortir lors d'un petit apéro improvisé.




Pour six boulettes
  • 1 gros bol de riz cuit (du riz rond et collant)
  • 7 trompettes des morts séchées et émiettées
  • 100g de tofu fumé, écrasé à la fourchette
  • 1 petit oignon rouge, haché
  • 2 càs de pâte de noisettes
  • 1 càs de thym
  • 1 càc d'ail en poudre
  • 2 à 3 càs de graines de tournesol, de lin et/ou de sésame

Préparation
  1. Dans un grand bol, bien mélanger le riz avec le tofu, l'oignon haché, les trompettes des morts, la pâte de noisettes, le thym, l'ail et le poivre
  2. Goûter et rectifier éventuellement l'assaisonnement
  3. Former de betites boulettes bien compactes (5,8 cm de diamètre) (conseil: humidifiez vos mains pour que ça ne colle pas)
  4. Mélanger les graines de tournesol, de lin ou de sésame dans une assiette plate et roulez-y les boulettes
  5. Faire cuire les boulettes au four ou dans une poele avec un peu d'huile d'olive

Servir
Comme entrée, plat, accompagnement, voire comme petite bouchée apéritive... Avec un vin blanc pas trop sec voire un chouette pinot noir.